Enghien numérise ses Bains

Et si les arts numériques réinventaient la ville ? C’est la question que pose le festival des arts numériques d’Enghien les bains, rendez-vous international de la création artistique numérique. Du 9 au 16 juin, la ville se mue en un immense espace de création, s’offre aux artistes, et donne libre champ à leur imagination.

Ainsi, l’art numérique s’empare de l’espace urbain pour le rendre plus poétique, sensible et ludique. Aussi, souffle sur la cité, un vent de liberté, un vent d’euphorie, un vent de technologie. Comme chaque année, de nombreuses performances et créations artistiques autour de la danse, de la musique et des arts visuels seront proposés au public qui en outre, découvrira de nouveaux moyens d’interactions avec la ville.

Et si, le numérique pouvait embellir nos vies, et nos villes ? C’est le postulat que pose le centre des arts d’Enghien les bains, l’une des rares scènes en France à se consacrer aux arts numériques. Ici, les artistes travaillent principalement sur le son et l’image, et mettent les sens en éveil en s’ingéniant à les leurrer. La frontière entre réel et l’irréel s’estompe, voire s’efface pleinement, notamment grâce à la réalité augmentée. Le collectif Mu, en collaboration avec les enfants de la ville a par exemple, créé un parcours sonore virtuel autour du lac. Ainsi, grâce à un iPhone, le public pourra découvrir une faune et une flore imaginaire. Le rêve se trouve donc intimement lié à la réalité, et la ville se transforme en un lieu onirique ou l’illusion devient stimulatrice et propice aux divagations de la pensée.

Capture d'écran à partir du site du festival "Les bains numériques".

 

Et si le numérique pouvait effacer la distance entre les êtres? C’est l’autre interrogation soulevée par ce festival. Outre la frontière entre réel et irréel, l’art numérique outrepasse les barrières terrestres. Il s’agit ici d’examiner et d’explorer la mobilité digitale, de montrer que l’on peut voyager, rencontrer, partager presque physiquement quelque chose, à des milliers de kilomètres  de distance en utilisant notamment le système de capteur de mouvements Microsoft Kinect, bien connu du jeune public amateur de jeux vidéo. Le projet, Me and My Shadow tente par exemple d’unir des utilisateurs par-delà le monde, par le biais de la téléprésence, en projetant leurs ombres 3D dans un espace collaboratif créatif. Loin de nous éloigner, les artistes prouvent donc ici que la technologie peut nous rapprocher.

Par le biais de ce festival, sont expérimentés de nouveaux usages tant dans l’art que dans la vie quotidienne. Mais avant tout, il s’agit d’assurer une médiation, un lien, entre des évolutions technologiques toujours plus rapides, et nos usages familiers. Ainsi, l’on prouve que technologie peut être synonyme de poésie et qu’il est possible d’avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Force est de constater que nous sommes bel et bien entrés dans l’ère du numérique et qu’il est désormais l’avenir de notre univers. La ville d’Enghien les Bains propose ici une vraie réflexion sur la façon dont nous pouvons vivre avec le numérique, et amener l’art et la culture à évoluer non contre lui, mais bien grâce à lui.

Capture d'écran à partir du site du festival "Les bains numériques".

 

Bien d’autres artistes et projets seront présentés lors de cette semaine de juin. Bains numériques, du 9 au 16 juin.

Visionner le programme qui donne envie sur Youtube.

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Poésie, Surprises urbaines, Web. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Enghien numérise ses Bains

  1. Ping : arts numériques | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *