Les dessous chics du métro parisien s’affichent

Il s’agit d’un mauvais comportement qui n’a pas encore été épinglé par la RATP via ses campagnes rééducatives. Ce sont ces gens qui déchirent les affiches publicitaires et qui obtiennent des effets artistiques parfois ratés (tout dépend de ce qu’il y a en-dessous) et parfois des plus réussis. Un coup de dés n’abolira jamais le hasard disait Mallarmé qui devait s’y connaître.

Ces temps derniers il semble que le phénomène s’accroît, notamment, ce qui est logique, dans les couloirs dépourvus de caméras de surveillance. L’œil et parfois le regard entier se laissent ainsi surprendre et distraire par ces coups de griffes heureux, ces lacérations que l’on devine un peu rageuses.

Ainsi, sous une vilaine affiche saturée par des offres alléchantes de rôti de bœuf au kilo ou de matériel informatique  au rabais, apparaît comme une aubaine un visage de femme dont la grâce inopinée atténue d’un coup la dureté de ce monde mercantile.

L’idée forte sinon aimable qui ressort de tout cela c’est que derrière le décor, il y a d’autres décors, de la même façon que derrière une robe on trouve des dessous et que de dessus en dessous on finit un  beau jour par trouver le boson de Higgs. C’est parfaitement lumineux, non ?

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les dessous chics du métro parisien s’affichent

  1. FMaurel dit :

    c’est très mignon

  2. Bruno Sillard dit :

    Réveil douloureux de fantômes cachés, querelles d’anges gardien qui en ont plein les ailes à nous suivre, peut-être simplement la mémoire du métro qui passe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *