Le dernier livre de Bruno Sillard se consomme au comptoir

La compagnie des autocars Bruno Sillard propose un parcours des plus pittoresques des rues de Paris. Exceptionnellement d’ailleurs, c’est lui chauffeur de son dernier transport, soit « Les amours turbulentes de Jeanne et Antoine » livre qui vient de paraître aux Editions Unicité. Le ticket du voyage en aller simple est de 16 euros. Chacun est libre d’y embarquer « ou pas »,  deux mots qui ponctuent quelquefois les pages de son livre.

Les lecteurs des Soirées de Paris s’acclimateront sans difficultés à la lecture du récit puisque Bruno Sillard en est l’un des auteurs les plus réguliers. Tant mieux aussi pour les autres qui se décideront à emprunter le marche pied. Ils n’ont rien à craindre. Le chauffeur n’est pas un chauffard.

Jeanne et Antoine déambulent dans les rues de Paris. Les carrefours, les ponts, les rues, les cafés, les salles de jeux, certains lieux qui font chalandise des choses du sexe, sont constitutifs d’une chambre d’échos où résonnent les histoires amoureuses des deux personnages.

La signature de Bruno Sillard. Photo: Les Soirées de Paris

Le lecteur devient ici le troisième personnage d’une errance prévue pour deux. Ce qui revient par exemple à croiser « une ombre perdue dans les rues de Paris, déformée par des années de labeur (…) et qui « passait par là avec ce clébard aussi laid qu’un chien pouvait l’être, blanchâtre, avec le museau en pointe, les pattes tordues soutenant difficilement un ventre rebondi. Il passait par là comme si les souvenirs que Jeanne avait commencé à me conter avaient besoin d’un visage et d’une silhouette pour les accompagner ».

Paris c’est bien connu, ne compte que des provinciaux et Bruno Sillard est de ceux-là qui nous fait justement remarquer qu’à Paris les WC sont souvent en sous-sol alors qu’en province ils sont plutôt à l’étage. On l’apprend au moment ou l’auteur suppose que l’alcôve d’un lieu chaud qu’il a connue est probablement devenue connexe des toilettes d’un établissement alimentaire.

Les histoires de Antoine et de Jeanne, se calquent sur ce cheminement nocturne. Le lecteur marche dans leurs pas sans idée de demi-tour, en écoutant les brèves « tantôt futiles, passionnées, fragiles ou glauques » qui font de la totalité des dialogues un échange sensible, souvent écorché et parfois drôle. Quand les mi-bas de Jeanne décrochent, cela permet à nous lecteurs, de reprendre notre respiration.

On aimera ce passage où l’auteur nous entraîne dans une salle de jeux parisienne. Il y est encore question des bas de Jeanne. Il nous fait pousser une porte métallique, anonyme et nous voilà face à des joueurs chinois après avoir été interrogés par un vigile suspicieux. Il y a quelques incursions dans les bas-fonds dans ce livre, mais Bruno Sillard est un guide très sûr.

« Les amours turbulentes de Jeanne et Antoine » par Bruno Sillard. Editions Unicité. Photo: Les Soirées de Paris

Il y a un côté musique de chambre dans ce livre, une sorte de concert intime donné à partir d’une partition feutrée. Pour aimer cette histoire il faut aimer les autres à la façon dont on écoute parfois le consommateur d’un soir dans un bar et qui livre une partie de lui-même parce qu’il sait qu’il ne vous reverra plus. Dans ce livre c’est la disponibilité du lecteur qui se confronte avec la générosité d’un auteur qui paye sa tournée sur 142 pages. Ou pas.

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le dernier livre de Bruno Sillard se consomme au comptoir

  1. jmcedro dit :

    Eh bien je ne sais pas vous, mais je prends mon ticket immédiatement. Et je compte faire tout le trajet…
    Merci Bruno.

    • Bruno Sillard dit :

      Merci,

      il y a même une escale prévue
      le mardi 19 février de 18 h 30 à 21 h

      Au centre culturel Christiane Peugeot
      62 avenue de la Grande Armée 75017 Paris

      histoire d’arroser ça

      Merci Philippe pour ce papier, il me va droit au coeur.

  2. de FOS dit :

    Je veux savoir si Jeanne porte des bas ou des mi bas, des portes-jarretelles « ou pas ».
    Bientôt, je lèverai le voile.

  3. Ping : Une nuit de poker en Chine parisienne | Les Soirées de Paris

  4. sammy dress dit :

    Alles super nur wenn ich die startServer.bat ausführe kommt kurz nen CMD und das wars?
    sammy dress http://www.sammydress.cc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *