Un siège, un siège pour notre âme au Musée Dapper

Dans certains pays d’Afrique mais en l’occurrence dans la région de Sinkat au Soudan, on utilise un petit support en bois que l’on pose à même le sol pour reposer sa tête au moment de la sieste.  Cet oreiller en dur est de surcroît fourré de « charmes » destiné à protéger des maléfices un dormeur par définition vulnérable. Cela fait partie des informations intéressantes que l’on glane à l’épatant Musée Dapper dans le cadre de l’exposition « Design en Afrique, s’asseoir, se coucher et rêver ».

Epatant mais trop discret. Qui le savait? Cette exposition a ouvert ses portes  en octobre 2012 et se termine heureusement le 14 juillet car cela laisse encore un peu de temps pour en profiter, à deux pas de la place de l’Etoile. La scénographie confronte intelligemment le passé et le futur de l’Afrique. On y voit ainsi un lit funéraire ancien, très beau, mais qui ne donne pas brrr… envie de s’y étendre et aussi un meuble de rangement « moderne », superbe, réalisé par Ousmane Mbaye avec des tubes galvanisés et des éléments de fûts de pétrole dans leur couleur d’origine. Le génie de l’épure dans le premier cas le dispute à l’inspiration née de la récupération de déchets dans le second. Le talent africain se manifeste également dans cette bibliothèque que de loin on confond avec un grand masque.

Hemba/RDC Siège. Archives Musée Dapper et Hughes Dubois

En Afrique, démontre cette exposition, le siège n’est pas qu’un support pour les fesses. Chez les Asante (Ghana), il est dit qu’il « n’est pas de secret entre un homme » et son fauteuil. Car le siège est censé celer une part de l’âme de son utilisateur.

Pour les chefs, rois et sultans, c’est évidemment une autre paire de manches et même toute une affaire. L’entrée de l’exposition présente à ce sujet une série de photos prises par Daniel Lainé et montrant différents dirigeants sur ce qui ressemble à des trônes avec une mention spéciale pour le palanquin en forme de Mercedes utilisé au Ghana par Nana Philip Kodjo Gorkelu, Asafoatse Gorkelu IV, pour ses déplacements.

Intelligente, cette exposition qui se parcourt classiquement debout,  donne à réfléchir sur le siège sans âme du métro qui vous emmène ailleurs et vous force à reconsidérer votre siège de bureau ou votre canapé du salon. D’ailleurs lorsque par facétie on s’assoit dans le fauteuil  de son chef on ressent forcément quelque chose entre un sentiment d’usurpation et de confort satisfait. C’est l’âme du manager qui prend alors possession de votre esprit.

 

Musée Dapper

35 bis, rue Paul Valéry. Métro Etoile, Victor Hugo ou Boissière

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Exposition. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Un siège, un siège pour notre âme au Musée Dapper

  1. Pena Maria dit :

    Dommage! je serai à Paris début août!

  2. Ping : Manger pour émettre au musée Dapper | Les Soirées de Paris

  3. Ping : L’état de siège aux Gobelins | Les Soirées de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *