Le 100 rue Réaumur est resté figé dans le progrès

En 1924 on aimait s’amuser. Et on aimait le progrès parce qu’il était plein de promesses étourdissantes, euphorisantes. L’immeuble du 100 Réaumur, achevé cette année -là, en témoigne. Avions, trains, voitures, navires transatlantiques, toutes ces machines filaient vers un avenir doré. Tandis que sur le front de l’immeuble, sur son faîte, un parement sculpté mettait en avant l’élégance féminine de cette belle époque. Que mettrait-on de nos jours sur ces grandes médailles fixées sur la porte métallique du 100 rue Réaumur si l’on construisait un autre immeuble. Quels seraient les nouveaux symboles du progrès ? Les réponses ne sont pas ou plus si évidentes. Petit diaporama des réponses d’antan. Il faut cliquer sur une image puis sur les flèches en bas pour faire défiler.

 

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Architecture, Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Le 100 rue Réaumur est resté figé dans le progrès

  1. Steven dit :

    Aujourd’hui le symbole serait assurément le processeur.

  2. J’aurais pu préciser que l’adresse a été connue pour abriter, après guerre, les locaux de France Soir, journal précisément torpillé, entre autres choses, par la vie moderne. Un titre qui n’a jamais eu de successeur. Son fondateur, Robert Salmon, vient de disparaître à l’âge de 95 ans. PHB

  3. de FOS dit :

    Belle évocation illustrée, merci Philippe !

  4. Steven dit :

    Je répète encore mieux, le successeur c’est le processeur.

  5. Ravary dit :

    Les tours , ,les effets lumineux un À 380 les cheminées du nucléaire (ou la pile nucléaire , la Ferrari Ou lamborghini Un engin spatiale au choix +un hélicoptère un drone helas !un processeur un vaisseau de croisière Costa Un humain qui fait du tai Ji et bien sur un ordinateur 。Ou processeur

  6. Bernard dit :

    Très interressant l’explication sur la porte d’entrée; on peut également préciser que le 100 rue Réaumur était, durant la derniere guerre, le siége de  »Combat, Franc-Tireur, Défense de la France’, et d’autres journaux du mouvement CDLR (Ceux de la Résistance)

  7. rando dit :

    Le 100 rue de reaumur a en effect connu l occupation Nazi de 1940 1944 qui imprimait les journaux de l occupation collaborationiste encourager par le gouvernement de Vichy diriger par le marechal petain et pierre laval et bien d autres de sinistres reputation tel bousquet touvier rene brasillac avec son journal je suis partout ce fut pour la france la periode la plus noire de son histoire

  8. Ping : Art déco, une histoire parisienne | Les Soirées de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *