La courge spaghetti se démêle comme un chignon

Photo: Guillemette de FosElle a des rondeurs enfantines
Comme la lune au firmament…
Mais son cœur cache des filaments
Aussi  mêlés que bois d’épines
Qu’il vous faut dénouer prudemment.

J’ai à plusieurs reprises cuisiné une courge-spaghetti. Ce drôle de végétal me fait irrésistiblement penser à la chèvre-araignée.  Mais n’allez pas croire que je saute du coq à l’âne. Je reste dans la sphère du croisement de gênes. Monde animal, monde végétal…

«Je vais vous parler de la chèvre araignée…»,  avait lancé l’intervenant sûr de son effet à l’adresse des congressistes mobilisés pour l’opération Téléthon. La  responsable de la communication que j’étais alors sentit le sol se dérober sous ses pieds. Elle douta un instant de la santé mentale de l’orateur sollicité.  Le comble pour un homme davantage reconnu pour ses exploits en chirurgie que pour son flair en politique… J’avais tort.

L’exposé fut aussi brillant que convaincant. Il fut question des progrès de la recherche médicale pour produire du fil d’araignée à grande échelle. Pourquoi du fil d’araignée ? Parce qu’il s’agit d’une fibre réputée pour son élasticité et sa résistance. Plus mince qu’un cheveu, elle s’étire mieux que le nylon et s’avère plus solide que l’acier. Grâce au génie génétique, on était sur le point de permettre la production de ce fil magique par simple transfert du gène approprié de l’araignée à la chèvre. Et du lait de celle-ci, les savants sauraient faire bien mieux que Perrette, synthétisant le fameux tissu au niveau industriel.

Photo: Guillemette de Fos

Photo: Guillemette de Fos

Mais revenons à la courge et  laissons les OGM à la recherche médicale. La courge spaghetti  est une curieuse cucurbitacée. Vue de l’extérieur, c’est un végétal de forme ovoïde et de couleur jaune-beige Une fois ouverte, sa chair débarrassée des pépins se démêle comme un chignon pour laisser place à de longs spaghettis, d’où son appellation mixte. Wikipédia nous enseigne qu’elle fait partie des « courges coureuses ».  Sûrement par référence à sa forme gironde.

Servir une telle courge en l’accommodant comme des pâtes, voilà qui fait son petit effet auprès des convives. Mais la vraie surprise a été ressentie en cuisine. La cuisinière ne manquera pas de narrer l’expérience à table.  Pourquoi pas sous forme de chanson : une courge, qu’y a-t-il à l’intérieur d’une courge, qu’est-ce qu’on y voit …

Pour une courge-spaghetti- partie à six personnes, procurez-vous une grosse courge (3 kg environ).

Le  végétal est coriace. Il faut  du temps pour l’amollir. Comptez 40 minutes de plongée en grand faitout d’eau bouillante salée.  La courge flotte malgré l’énormité de sa taille. On dirait une  baleine. Ne perdez pas votre temps à  l’enfoncer. A Paris ou ailleurs, fluctuat nec mergitur !

Une fois cuite, ouvrez la courge dans le  sens de la longueur et retirer les pépins. Séchés au four, certains les utilisent salés à des fins apéritives mais je n’ai pas encore essayé.

A l’aide d’une fourchette, détachez délicatement la chair de la coque (non comestible). Elle se dénoue en longs filaments plus croquants que des pâtes cuites al dente.

Photo: Guillemette de Fos

Photo: Guillemette de Fos

Reste à assaisonner ces filaments : à la carbonara (crème, lardons et jaune d’œuf),  au pesto (huile d’olive, tomates, basilic), à la bolognaise (tomates, viande hachée), au chèvre et aux noix…  Moins farineuse que les pâtes, la courge-spaghetti séduit davantage Eve qu’Adam.

On trouve d’alléchantes et très belles recettes illustrées de courges « dans tous leurs états » sur le site www.fermedelamotte.com.

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Gourmandises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La courge spaghetti se démêle comme un chignon

  1. Steven dit :

    Spaghetti squash in english

  2. tristan felix dit :

    J’ondule à vos recettes de courge, féériques, instructives, tendres, farcesques. J’espère que vous constituez un recueil de ces fabulettes végétales. Pour ma part, je ne refuserais pas une proposition de texte dans La Passe, une revue des langues poétiques, que je codirige depuis 10 ans, et qui accueille prose, vers, lettres, aphorismes, calligraphies, langues imaginaires, dessins, photos n et b …. le tout dans un esprit de potlatch, d’échange, de contrefaçon, jovial et saturnien à la fois. Voir sur le site …

    Merci encore.
    Tristan Felix et al.

  3. hache Joëlle dit :

    Un régal avec du beurre demi sel …
    Si la plante de courge « spaghetti végétal » est dite « coureuse », c’est d’abord pour sa propension à circuler dans le jardin …. et si elle avoisine un plant de haricot grimpant, voire une tige de maïs sucré, elle s’y enroulera et la courge, pendante, en sera d’autant plus gironde !!
    Par contre, elle n’apprécie pas la compagnie de la pomme de terre, ce voisinage l’attriste et elle maigrit !
    JH

  4. Bruno Sillard dit :

    Une courge qui quand elle ne fait des spaghettis, se balade dans le jardin et qui déprime si elle croise des pommes de terre ! Mais faites attention si vous allez la voir, il y a une chèvre qui se prend pour une araignée. Sûr que les Soirées de Paris méritent d’être lu.

  5. de FOS dit :

    Le haricot grimpant qui fait la courte échelle à la courge, voilà qui est réjouissant !
    Et merci à Florence qui m’a fait découvrir en marchant cette savoureuse coureuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *