La mouche du coach

Le coach malgré luiLa farce imaginée par Molière pour son Médecin malgré lui était si bonne que même très adaptée à nos aliénations actuelles, elle fonctionne encore. « Le coach malgré lui » en format opérette, interprété jusqu’à la fin du mois d’avril au Théâtre du Funambule utilise le même registre de la crédulité et s’empare du « coaching », terme à tout faire qui remplit les poches des gens malins.

Si cette pièce signée Jacques Lafarge souffre de quelques pesanteurs au démarrage, la faute à une intervention surchargée en verlan de l’un des personnages, elle s’égaie et nous égaie ensuite avec toute la légèreté et la drôlerie requise. D’autant qu’elle est aussi bien clamée que chantée et que ce dosage là est bien équilibré.

Cette œuvre nous raconte la vie d’un chômeur qui se complait dans sa situation au point qu’il exaspère sa compagne. Elle use alors d’un stratagème qui fera de lui un « coach malgré lui ».

Des costumes signés Ana Gross

Costumes signés A. Gross

L’opérette convient à cette histoire qui prête largement à sourire. Nous sommes tous à la merci des coachs tapis dans l’ombre et prêts, nous font-ils croire, à nous améliorer dans nos vies, il est vrai malmenées voire maltraitées. Les coachs sérieux, car il en existe, ne sentiront pas visés.

Cette satire musicale qui se veut « légère et désinvolte » selon le compositeur Michael Goldberg, est finement accompagnée par un pianiste enjoué (Philippe Hattat). Les costumes sont extravagants avec une pointe de loufoquerie. La gaieté est de mise de bout en bout, infusée par des comédiens et chanteurs de talent qui semblent s’amuser au moins autant que le public qui a suivi le filage.

 

Au Théâtre du Funambule, rue des Saules. Du 7 au 29 avril 2014

 

Avec Anne Dorian (soprano), Emmanuelle Naharro (soprano), Anne-Sophie Petit (soprano), Jean-Daniel Senesi (ténor), Jean-Michel Sereni (baryton), Lionel Muzin (ténor).

 

PS: Le théâtre du Funambule pratique les trois coups et le lever de rideau (rouge). C’est appréciable.

 

 

 

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Musique, Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *