Présage à la plage

Cassis. Photo: Philippe BonnetL’image qui me reste de lui est celle d’un beau jeune homme quarantenaire qui crawlait d’un bord à l’autre d’une crique méditerranéenne. Il allait et venait avec une belle souplesse en profitant d’un été qui s’attardait encore un 28 octobre. L’eau était un peu fraîche mais c’était une caractéristique géologique du lieu, qui s’offrait au débouché de plusieurs cours d’eau souterrains.

On ne peut pas nager éternellement encore que l’on manque d’informations sur ce point et c’est d’ailleurs ce qu’on lui souhaite, car il est mort. Trop jeune.

Ayant décidé d’une pause, il nous avait rejoint sur un rocher afin de se sécher commodément au soleil. Au milieu d’une conversation décousue et légère, il nous avait néanmoins fait part de crampes agaçantes dont il était l’objet. Et nous avions embrayé un peu bêtement sur le sujet en confirmant que « oui » les crampes constituent toujours une surprise désagréable quand on nage. Et nous étions passés à autre chose car l’atmosphère nous encourageait à passer d’un sujet à l’autre avec la désinvolture propre aux estivants attardés que nous étions.

En fait, Thierry ne savait pas encore qu’il était atteint de la maladie de Charcot, soit en termes techniques, la sclérose latérale amyotrophique qui affaiblit les muscles et conduit à la paralysie. Cette maladie touche moins de deux personnes sur cent mille mais elle avait choisi de tomber sur lui.

Je ne l’ai plus revu depuis cette séquence  à la plage, il y a plusieurs années, en 2006 ou un peu après. Il a été enterré aujourd’hui, le 19 janvier. Par chance je ne garde de cet homme aimable, acteur et père de famille, que cette image d’un homme plein de vie, un jour ensoleillé d’octobre. Puisse-t-il reposer en paix au bord d’une  jolie crique.

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Présage à la plage

  1. Anne Archen Bernardin dit :

    Image de ciel bleu pour tous ces disparus qui nous manquent tant.

    Revoir Johanthan Livingston, le Goéland… Le lire aussi… mais il manque la musique qui nous a fait tant planer et espérer…Un karst et une crique aux eaux de cristal… des eaux claires de Loire et des bancs de sable qui s’enflamment au soir couchant dans des ocres Turner… Passe le temps et passent les semaines, ni temps passé ni les amours reviennent…Hélas…………..

    Annnnnn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *