La nuit tombe sur le clan

"Les Chirac". De Béatrice Gurrey. Photo: Les Soirées de ParisQue reste-t-il à raconter ? Journaliste au Monde, Béatrice Gurrey s’est attaqué au clan Chirac pour révéler les arcanes d’une fin de parcours. Elle l’a fait avec une énergie méritoire tant le personnage central est protégé, la plupart du temps par devers lui, des journalistes. Cela a valu à l’auteur le prix du livre politique 2015.

Devant les remparts justement érigés pour défendre le vieil homme qu’est devenu Jacques Chirac, faute de face à face, Béatrice Gurrey est allée chercher l’anecdote auprès de gens qui ont connu l’ancien président de la République dont des personnalité très proches comme François Pinault ou Jean-Louis Debré. La liste des personnes remerciées en toute fin d’ouvrage permet notamment de situer qui est le fournisseur de certains éléments de narration, notamment quand Dominique de Villepin traite tel ministre de « connard ».

De toutes les anecdotes qu’elle a ainsi glanées, elle parvient avec une réussite certaine à tirer le portrait d’un clan en état de guerre permanent (du moins c’est que l’on ressent) à côté du chef dont elles partagent (pas toujours) la vie.

Ce livre vaut beaucoup parce que sa publication intervient en fin de parcours. Le risque de déjà écrit/déjà vu s’en trouve limité. Sans cacher une affection pour l’homme, Béatrice Gurrey prend comme point de départ l’accident cérébral dont a été victime Jacques Chirac. Le costaud, l’infatigable homme politique, la légende inébranlable, n’est plus. Son pas se fait glissant, sa mémoire connaît des éclipses, « Les Chirac, les secrets du clan » raconte le déclin pathétique d’un personnage qui trouve encore la force de décocher des flèches en déclarant en 2012 qu’il va voter Hollande et en 2017 qu’il votera Juppé. Il n’apparaît pas complètement sous le contrôle de ses proches et prouve à l’occasion qu’il fait et dit encore ce qu’il veut. Le fait qu’il se soit remis à fumer des cigarettes, nous révèle le livre, n’est pas un détail. Tant qu’il bronche, c’est finalement bon signe.

Les amateurs d’anecdotes et d’informations seulement connues du microcosme peuvent se mettre à table, les agapes sont riches à chaque page. Dans la lutte à mort qui l’oppose à Sarkozy, l’homme sur lequel on peut marcher car cela porte chance dixit Chirac, il est surprenant d’apprendre que l’actuel mari de Carla Bruni a aussi été le petit ami de Claude Chirac. La fille et le père se vouant une passion commune, on comprend mieux l’épaisseur du contentieux qui perdure.

Sur la maladie, le livre a le mérite de clarifier la situation notamment à l’adresse de ceux qui trouvent pratique de faire de l’ancien président un has been sénile. Béatrice Gurrey est précise autant que prévenante, ce qui ne manque pas de sa part d’une élégance assez peu courante par les temps qui courent. Ainsi écrit-elle, selon les témoignages qu’elle a pu recueillir, qu’il serait exagéré de dire que « Jacques Chirac a sombré ad vitam dans un brouillard éternel. Ni qu’il ne sait plus ce qu’il dit comme d’aucuns voudraient le faire croire. Et son anosognosie (le nom de sa maladie ndlr), ne l’empêche pas de ressentir, intuitivement, la réalité de son état ».

"Les Chirac". De Béatrice Gurrey. Photo: Les Soirées de Paris

« Les Chirac ». Photo: Les Soirées de Paris

Sous la plume de la journaliste, nombreux sont ceux qui s’en sortent avec quelques coquards, Bernadette Chirac en tête qui apparaît comme vacharde et féroce en diable, mais aussi des gens comme Copé expédié d’un seul mot, celui de menteur, ou encore de Villepin et bien sûr Nicolas Sarkozy. C’est leur propre comportement qui veut ça, ce qui fait que dans le même ordre d’idées, d’autres personnalités si différentes comme François Hollande, Jean-Louis Debré, Alain Juppé et inévitablement l’industriel François Pinault s’en sortent beaucoup mieux.

La valeur de ce livre tient donc dans la narration d’un trajet crépusculaire. Les armes sont rangées depuis longtemps pour Jacques Chirac. Et Béatrice Gurrey qui a démarré l’ouvrage sur sa maladie a trouvé cette chute admirable de simplicité et de vérité en écrivant : « Il sait que la nuit vient ».

Les Chirac. Les secrets du clan. 18,50 euros.

PHB

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Livres, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La nuit tombe sur le clan

  1. de FOS dit :

    Un commentaire plein de tact et de sensibilité sur un livre qui en est empreint.

  2. Bégard Joëlle dit :

    Un article qui donne envie d’en savoir plus sur le clan Chirac et ce qu’il en advient, et de le lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *