Complainte pour Patachou

Patachou. Sur Google images. Photo: LSDPPatachou, une voix gouailleuses de la chanson française d’après-guerre, elle avait tenu un célèbre cabaret parisien à Montmartre avant de se lancer elle-même sur les planches, elle s’est éteinte jeudi à 96 ans. Une voix de Paris.

Je me disais bien que ce n’était pas normal qu’il pleuve hier. J’ai enfilé mon paletot, vissé ma casquette sur ma tête et je suis monté vers la place du Tertre. Je regarde le Sacré-Cœur, il en fait toujours trop mais il a su se rendre indispensable au paysage de Montmartre.

Les escaliers de la Butte, tu te rappelles comme on les grimpait autrefois. Maintenant j’peux plus, je souffle comme un phoque qu’aurait trop fumé de cibiches.

Ecoute… « La lune trop pâle / Caresse l’opale / De tes yeux blasés / Princesse de la rue / Soit la bienvenue / Dans mon cœur blessé. » Oui, c’est ça, chante encore, chante « Les escaliers de la butte sont durs aux miséreux, / les ailes des moulins protègent les amoureux. »

Quoi ? Ben non je ne pleure pas, mais tu me fais courir. Ca me fait pleurer de courir, j’ai comme l’impression que la vie passe trop vite. Pourtant Patachou aura bien vécu son presque siècle.

Je sais il fallait bien qu’un jour elle parte. «Si tu reviens jamais danser chez Temporel, / Un jour ou l’autre / Pense à ceux qui tous ont laissé leurs noms gravés / Auprès du nôtre… / »

Le Montmartre d'avant. agence Meurisse. Source: Gallica

Le Montmartre d’avant. Agence Meurisse. Source: Gallica

Tu l’auras bien fait chanter, la chansonnette, même qu’après être passée par chez toi, elle est devenue la chanson avec un P majuscule. On se doutait bien avant la guerre qu’un bonhomme comme Trenet, était plus qu’un chanteur, c’est lui qui a « inventé » les accords modernes qui ont permis à la chanson moderne d’être au rendez-vous des poètes, avec un C majuscule. Tiens regarde, ce n’est pas Brassens qui passe là-bas. On devrait bien croiser Brel aussi. Peut-être est-il resté sur ses îles. On cherche Barbara, mais eux, ils ont fait leur monde ailleurs. Il fait froid sur la Place du Tertre. Tiens Cora Vaucaire et Catherine Sauvage, sont ensemble, elles ont retrouvé Marianne Oswald et les frères Prévert.

C’est le Paris des années cinquante déjà nostalgique d’un futur trop propre, plus aseptisé qu’autrefois. Ca ne sent plus la pisse au fond des passages ou dans les arrière-cours et cela fait belle lurette que la mauvaise herbe a disparu des pavés, les gamins de Paris aussi et les tableaux de la butte sont maintenant peints en Chine.

Nous voilà au « Diable vauvert » derrière la Place du Tertre, là les poètes de la rime imparfaite, du pied bancal éclusent leur mauvais pinard. Eh, où tu vas toi, ce n’est pas que l’on soit obligé de saluer chapeau bas tout le monde, mais quand même, Bernard Dimey, respect ! Un vers au bout de sa plume et ce fut l’éternité pour Syracuse… Bon c’est vrai ce petit port sicilien est mignon ! Ecoute Leo Ferré quand il parle de cette vieille canaille de Paris, moi je m’embarque dans le Paris de Francis Lemarque.

« … Et y’a ceux, ceux qui ont fait leur nid / près du lit de la Seine / et qui se lavent à midi
tous les jours de la semaine dans la Seine / et les autres / ceux qui en ont assez
parce qu’ils en ont vu de trop / et qui veulent oublier/ alors y s’jettent à l’eau … »

C’est le Paris des années cinquante qui découvrait le disque de 25 centimètres, on y chantait la rue des Blancs-Manteaux et la rue de Lappe. Bientôt le rock tournera en 45 tours et on chantera au Golf Drouot.

Bruno Sillard

Vous allez pouvoir écouter:
La complainte de la butte (Paroles Jean Renoir, musique Georges Van Parys).

Bal chez Temporel ( Guy Béart)

Un gamin de Paris (Patachou)

Paris canaille ( Leo Ferré)

A Paris ( Francis Lemarque)

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Anecdotique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Complainte pour Patachou

  1. Benoît dit :

    Je t’ai vu hier Bruno faire tourner les ailes du moulin Place Blanche
    … Vivement le Golf Drouot …

  2. de FOS dit :

    Beau flash back musical, un brin nostalgique.

  3. person philippe dit :

    Et La Bague à Jules ?
    Et « Les Amoureux des Bancs Publics » ?….
    ET « Papa, maman » ?
    ET « La Chose » ?

  4. Bruno Sillard dit :

    La très délicieuse  » chose »
    https://www.youtube.com/watch?v=udtXnhovSsw

  5. Ravary dit :

    Tres bel article
    j ´ai les larmes aux yeux aussi ;ce sont les belles chansons françaises que chantaient mes parents. Elles touchent l âme .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *