L’étoile pâlie d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo sur une affiche électorale. Photo: Philippe BonnetTout n’ayant pas été nettoyé, les affiches électorales de la dernière campagne municipale persistent sur un mur du quinzième arrondissement, rue de Dantzig. Elles ont perdu de leur superbe et celle figurant Anne Hidalgo également, en résonance il faut bien le dire, avec sa façon très personnelle de conduire sa mandature.

Il fallait bien que l’affaire fût peu glorieuse pour aller demander au premier ministre un de ces passages en force dont cet amateur de tennis se régale. Priver les promeneurs parisiens d’un hectare de tranquillité dans le jardin des Serres d’Auteuil, en voilà une belle affaire pour l’Etat qui n’avait semble-t-il pas d’autres dossiers plus urgents à résoudre. Tout ça au bénéfice de la Fédération française de tennis et du stade Roland-Garros qui ont laissé croire que l’existence du tournoi et même celle des jeux olympiques pour faire bon poids, étaient en jeu. Les permis de construire relatifs à la construction d’un stade de 5000 places sur le site pourtant classé du jardin des Serres d’Auteuil devraient être délivrés sous peu.

L’opposition des riverains, des non-riverains, des associations, du Conseil de Paris, n’auront pas suffi. Avec un autoritarisme voilé de  (hum) démocratie participative, Anne Hidalgo a récemment fustigé « l’entre-soi » des riverains du jardin des Serres d’Auteuil déniant par conséquent, chose tout de même inouïe, le droit des gens à vivre paisiblement entre eux. La dimension disciplinaire (interdictions, limitations, sanctions, augmentations drastiques des tarifs de stationnement) de son action municipale laisse aujourd’hui rêveur. A côté, l’opposition de droite ressemblerait presque à un nid de gauchistes. Malgré de belles créations de nouveaux espaces verts, c’est indéniable, l’étoile Hidalgo a tout de même beaucoup pâli comme en témoignent les affiches défraîchies de sa campagne électorale. Tout le contraire de Ségolène Royal, laquelle, sur le sujet de Roland Garros et quelques autres, a sauvé l’honneur.

Une autre des grandes formules à tout faire de la maire de Paris, utilisée en l’occurence pour l’extension de Roland Garros au détriment du jardin des Serres d’Auteuil, est qu’il ne faut pas que Paris stationne dans un bocal de « formol ». Pour paraphraser l’humoriste Gad Elmaleh dans un de ses sketchs, à partir de cet instant, c’est « la porte ouverte à toutes les fenêtres ». Avec un tel aveu de la part de notre édile, le Louvre pourrait aussi bien laisser la place à une tour Triangle végétalisée de la tête aux pieds et Roland Garros s’étendre jusqu’à la Porte de Vincennes. Tout est désormais permis (de construire).

PHB

Derniers jours tranquilles pour le jardin des Serres d'Auteuil. Les trvaux pourraient commencer en septembre. Photo: LSDP

Derniers jours tranquilles pour le jardin des Serres d’Auteuil. Les travaux pourraient commencer en septembre. Photo: LSDP

PS: Les associations de défense du Jardin Botanique des Serres d’Auteuil vous invitent « à la vente aux enchères des plus beaux joyaux de notre patrimoine »Dimanche 7 juin à 14h30/3 avenue de la porte d’Auteuil, Paris XVIe/A l’entrée du Jardin Botanique des Serres d’Auteuil/(Grilles d’honneur)/Métro porte d’Auteuil

 

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Humeur, Jardins. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’étoile pâlie d’Anne Hidalgo

  1. Bruno Sillard dit :

    Sûr que l’on fait fort, on va finir par croire que les Parigots n’aiment pas les constructions en ferraille, vu la manière dont ils ont bazardé les Halles. Mais là, ils veulent construire un court de tennis pour cinq mille personnes et deux joueurs, avec la variante quatre joueurs mais là pas certain que l’on trouve cinq mille personnes. Surtout que même maintenant Roland Garros ne fait le plein que la dernière semaine. Enfin je dis ça , je n’y suis jamais allé, mais bon admettons que l’on organise de ci de là quelques rencontres au final cela va donner quoi, deux semaines pleines par an ? Bon d’accord, il faut bien quelques structures géantes, genre le Stade de France, le parc des Princes ou Bercy pour accueillir Johnny, surtout que les grands stades restent vides pas mal de temps dans l’année, et on pourrait penser une autre manière de les adapter.
    Oui ? Euh, bien sûr, cinq mille place se serait super pour un concert privé avec tout son public que , lui, il aime, Johnny.

  2. Steven dit :

    Il faudrait enterrer un amphore ou deux sur le terrain visé et quelques pièces romaines… A moins qu’ils aient décidé de zapper l’archéologie préventive… S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *