Cinq ans et pas une plainte

Les Soirées de Paris. Couverture du numéro 23. Photo: PHB/LSDPAu mois de juillet 2010, sur l’île de Sein, deux individus scellaient un pacte visant à relancer « Les Soirées de Paris », une revue littéraire et artistique créée par Guillaume Apollinaire et ses amis en 1912. Le premier article de la nouvelle formule a été publié le 15 octobre 2010 ce qui nous fait cinq ans pile aujourd’hui. Le 16 octobre 2010 nous décomptions au moins deux lecteurs dans une communauté d’essence parfaite avec les deux auteurs.

Depuis l’affaire n’a toujours pas quitté la route, sauf entre 1914 et 2010 mais c’est une autre histoire. L’article le plus lu l’a été par plus de dix mille lecteurs, le moins lu par cent et nous avons trois cent cinquante fidèles abonnés à la newsletter qui part chaque matin d’Atlanta aux Etats-Unis. Nous avons commenté 340 expositions, évoqué 112 fois Apollinaire ou encore critiqué 112 livres pour 1400 chroniques au total. Derrière tout cela il y a eu une grosse trentaine d’auteurs que je tenais par ce petit mot à remercier vivement et du fond du cœur aujourd’hui, sans oublier Nicolas Boccaccio qui veille comme un père malgré qu’il soit mon neveu, sur le backoffice. Merci derechef à tous ainsi qu’à nos milliers de lecteurs sans lesquels nous ne serions rien. PHB

Auteurs : Alexandre Boksenbaum, Alexandre Garabedian, Antoine Landrot, Arnaud Sainsot, Bruno Sillard, Byam, Capucine Cousin, Catherine Boccaccio, Célia Breton, Elisabeth Blanchet, Gérard Goutierre, Guillemette de Fos, Isabel Violante, Isabelle Fauvel, Jacques Bonnet, Jade Soulet, Juliette Delaporte, Laurence Marchal, Lottie Brickert, Louise Lalande, Marie Mawad, Marie-Charlotte Mallard, Marie-Pierre Sensey, Marie J., Martine Esquirou, Nonos de Lutetia, Paola Andreotti, Pascal Aubert, Pierre Chiquelin, Sandrine Chicaud, Stéphanie Salti, Tiphaine Pocquet du Haut-Jussé, Valérie Maillard, Violaine Blaise.

La presse vu par Georges Braque dans le numéro 23 des Soirées de Paris. Photo: PHB/LSDP

La presse en « nature morte » vu par Georges Braque dans le numéro 23 des Soirées de Paris. Photo: PHB/LSDP

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Non classé, Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Cinq ans et pas une plainte

  1. Byam dit :

    Cinq ans déjà ?
    Et ce n’est toujours que du plaisir
    Merci à toi Philippe
    Vivement la prochaine fois sur l’île
    Byam

  2. Pascal Aubert dit :

    Impressionnante la liste des auteurs! Mais il manque un nom… celui d’un certain Philippe Bonnet, auteur « céphalopodien » doté de surcroît de plusieurs cerveaux fonctionnant visiblement simultanement. Le seul défaut qu’on lui connaît est sans doute l’extrême modestie. Sans lui, comme nous le savons tous, rien de tout cela n’aurait été possible et nos journées n’auraient pas la même saveur.

  3. Isabelle Fauvel dit :

    Quelle merveilleuse entreprise ! Un grand merci à Guillaume Apollinaire, Philippe Bonnet et toutes ces belles plumes que je prends tant de plaisir à lire chaque matin. Sans vos billets, mes journées n’auraient pas la même saveur. Merci à vous tous et longue vie aux Soirées de Paris !

  4. VAM dit :

    Je retiens : cinq ans et pas une plainte. Au delà de l’intérêt (grand) et de la qualité (bonne donc) du propos, il y a des passionné(e)s fédéré(e)s par un seul individu : un chef (éclairé) et un meneur de troupe (bienveillant). Merci Philippe! Et longue vie aux Soirées. Sans nul doute qu’Apollinaire dirait encore : “Vienne la nuit sonne l’heure/Les jours s’en vont je demeure.”

  5. Menou dit :

    Bon anniversaire Philippe.
    Merci merci.
    À quand tu veux sur l’Île de Sein.
    Ambroise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *