A Bruxelles: art déco, art et « Decor » à la villa Empain

Villa Empain, façade principale. Photo: MF LabordeVéritable manifeste Art déco la villa Empain, est dorénavant dédiée à l’art. Juste retour des choses. Propriété depuis 2006 de la Fondation Boghossian, et restaurée avec soin, elle abrite depuis 2010 le Cercle d’art et de dialogue entre les cultures d’orient et d’occident, qui organise de superbes expositions ouvertes au public. C’est donc devenu pour les amateurs d’art comme d’architecture, un passage obligé. Cette année l’expo s’intitule « Decor ».


Qui dit Empain, dit empire industriel, capitalisme conquérant et enlèvement. Mais le commanditaire de la villa, Louis Empain, second fils du baron Edouard, fondateur de la dynastie, était plus porté vers les arts que vers les affaires. En 1930, à tout juste 22 ans, il fait appel à l’architecte suisse Michel Polak, figure marquante de l’Art déco bruxellois, pour construire sa maison. Mais sensible au dépouillement et à la simplicité du Mouvement moderne et en particulier du Bauhaus, il souhaite un édifice aux lignes épurées.

Vœu exaucé pour les façades aux baies horizontales et aux volumes revêtus de granit gris poli qui présentent un aspect lisse et presque monacal, mais relevé par le brillant des cornières de laiton dorées à la feuille d’or (quand même !). Pour le reste, c’est l’Art déco qui domine, dans les ferronneries extérieures, grilles et porte d’entrée aux motifs géométriques et surtout dans l’omniprésence du décor intérieur. Passé la lourde porte et nonobstant les installations d’usage (accueil, etc..) ainsi que les œuvres contemporaines, on bascule dans l’Entre-deux-guerres, dans un autre univers, où décor et raffinement occupent le moindre recoin.

Andy Warhol, Silver Clouds, 1966. Installation dans le patio. © Nicolas Lobbet

Andy Warhol, « Silver Clouds », 1966. Installation dans le patio. Villa Empain © Nicolas Lobbet

Marbres, bois précieux, fer forgé, verre gravé, revêtent chaque détail mais sans saturer l’espace tant les formes, géométriques toujours, sont élégantes. Peut être sous l’influence de son père, passionné d’Egypte et par ailleurs créateur de la ville nouvelle d’Héliopolis, Louis Empain a organisé sa maison autour d’un patio central, mais climat belge oblige, protégé par une verrière. Le visiteur peut déambuler librement entre le rez-de-chaussée et le 1er étage, revenant toujours vers cet espace lumineux. Ou bien, par beau temps, vers la vaste piscine située à l’arrière, qui fait très envie, mais seulement.

Louis Empain, empreint de mysticisme et de convictions socialistes, lègue sa maison qu’il a peu habitée à l’Etat belge en 1937, pour qu’elle soit transformée en Musée royal des Arts décoratifs contemporains, sous la houlette d’une fondation qui portera son nom. La guerre interrompt le projet et la villa aura un destin un peu chaotique jusqu’à l’arrivée de la Fondation Boghossian. Cette dernière, créée en 1992 par une famille de joailliers d’origine arménienne a pour vocation la formation et l’éducation à travers le rapprochement entre les cultures d’orient et d’occident avec, par le Centre d’art, le choix d’un langage universel, celui de l’expression artistique. Au rythme de deux à quatre expositions par an, la Fondation tient ses promesses.

Cet automne, avec « Decor », elle explore l’aspect décoratif dans l’art moderne et contemporain en s’interrogeant sur le rapport entre l’art et la décoration au cours des temps, avec toujours en perspective, la relation est ouest. C’est donc au fil des pièces, les oeuvres de 18 artistes, dont quelques stars (Warhol, Buren, Huyghes) qui apportent leur réponse, proposant des objets isolés mis en scène ou bien ou la mise en scène de la villa.

Jorge Pardo. Installation. © MF Laborde

Jorge Pardo. Installation. © MF Laborde

Cette dernière est le cadre idéal et certains artistes s’en sont directement inspirés comme Daniel Buren dont l’installation sur les vitres fait écho à la tradition du vitrail dans l’art déco. Ou encore la franco brésilienne Dominique Gonzalez-Foerster qui avec Chambre (l’inhumaine) rend hommage à Georgette Leblanc, actrice du film de Marcel Lherbier dans un reconstitution « cinéphilo-art déco ». Dans ce souci de confondre art et déco, la marocaine Latifa Echakhch apporte la proposition la plus politique en revêtant les murs de l’ancienne salle d’escrime du baron de feuilles de carbone (vous vous rappelez ?) rendant à la fois hommage aux tracts militants ronéotypés et à Yves Klein. Cette installation sert d’écrin à l’exposition d’objets (vases, etc.) de la collection Boghossian, renvoyant face à face différentes formes de perception de l’art et de la décoration.

Chaque pièce (dans tous les sens du terme) est une découverte. C’est le propre des expositions collectives de garder intactes la curiosité et la capacité d’émouvoir au fil des déambulations et à la villa Empain, c’est un vrai bonheur. D’autant plus qu’on peut tester les meubles (Ah les chaises longues du cubain Jorge Pardo…), se renvoyer les ballons nuages d’Andy Warhol et s’attarder au bord de la piscine ou bien au bar, authentique bar à l’américaine des années 1930. Les plaisirs des sens et de l’esprit pour un petit tour en Thalys.

Marie-Françoise Laborde

Exposition « Decor » jusqu’au 20 janvier 2017.

Façade arrière. Daniel Buren, Entrelacer, 2016. Filtres colorés transparents, pour 17 fenêtres. © Nicolas Lobbet

Façade arrière. Daniel Buren, « Entrelacer », 2016. Filtres colorés transparents, pour 17 fenêtres. © Nicolas Lobbet

 

 

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Architecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à A Bruxelles: art déco, art et « Decor » à la villa Empain

  1. Bruno Sillard dit :

    En complément de cette visite bien attirante où nous invite Marie -Françoise Laborde, je signale un circuit « Art nouveau » à Bruxelles , visite en groupe, ça dure trois heures, c’est jouable avec le premier Thalys du matin, ensuite la villa Empain et je crois qu’il vous restera du temps pour souper au Leon de Bruxelles , l’original qui n’a rien à voir avec ce que l’on en connait des variantes Parisiennes mais qui vaut le déplacement.
    http://www.arau.org/fr/t/1-bruxelles-1900-art-nouveau/1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *