Derniers repérages avant travaux au lac Daumesnil

À partir d’un champ de vision ordinaire il faut mentalement cerner près d’un hectare de l’espace, y rajouter une rotation de 1000 baigneurs selon une fréquence à préciser et cela permet enfin d’imaginer le futur plan de baignade du lac Daumesnil. Dès 2019, l’initiative devrait correspondre aux objectifs de la mairie de Paris pour la natation, les loisirs et l’adaptation à ce changement climatique qui a toujours bon dos. L’eau de baignade sera filtrée naturellement, l’emballage est garanti écologique, toute critique étant comme d’habitude considérée à l’avance comme injustifiée.

Il y a 86 ans, pour son exposition coloniale, le gouvernement ne s’était il est vrai, pas davantage embarrassé de savoir si cela pouvait gêner la faune ou les usagers du site. Les 12 hectares avaient été intégralement mobilisés au service d’un événement censé démontrer les bienfaits de la politique coloniale de la France. Il en reste le très beau musée de la Porte Dorée, un pavillon africain qui abrite de nos jours une association bouddhiste et un zoo.

Le douzième arrondissement est lourdement mis au service d’une idéologie municipale pas toujours facile à saisir, entre la construction de tours à sa périphérie, l’érection de plusieurs immeubles sur l’espace vert du Centre Sportif Léo Lagrange le long du boulevard Poniatowski et les futurs aménagements du lac Daumesnil. Les éléments de langage (autrement dit la police des mots) sont là pour faire passer des pilules estampillées joie de vivre que nombre d’habitants trouve douteuses.

En attendant les travaux, les plus tranquilles sont encore les innocents oiseaux qui palment l’eau verte sans aucune conscience politique, pas plus que les rameurs ou les promeneurs dont on sait qu’une grosse moitié a dernièrement choisi de bouder les urnes. Le PS a d’ailleurs perdu localement une de ses huiles, allez savoir s’il y aurait un rapport.

Comme ailleurs dans les parcs parisiens, la cohabitation lacustre fait plaisir à voir. Il y a de la place pour tout le monde entre ceux qui font vrombir à la surface de l’eau leur esquif télécommandé, ceux qui mouillent la ligne et ceux qui canotent. Sans compter les oiseaux on l’a dit, dont des bernaches du Canada et quelques cygnes naturellement ombrageux. On connaît moins bien le caractère des carpes, silures et autres perches-soleil qui croisent dans les profondeurs. À noter que cette perche-soleil est une espèce invasive, introduite artificiellement, en provenance d’Amérique. Les pêcheurs ont d’ailleurs pour consigne de ne pas les remettre à l’eau. Le règlement, sur ce point sensible, n’a pas encore été établi pour les baigneurs.

En ce qui les concerne justement (pour les naturistes ce n’est pas encore fait)  ils seront répartis en trois espaces (ludique et familial, baignade autonome, espace de nage) et il faudra bien attendre l’été 2019 pour voir si l’intégration se fait sans douleur. Au demeurant l’activité nautique ne s’inscrira pas au-delà d’une période allant de la mi-juin à la mi-septembre, c’est du moins ce qui est annoncé. Il reste la question -essentielle- de savoir si l’équipe municipale se mettra à l’eau le jour de l’inauguration. Ce serait assez logique et ça ferait de bien belles images.

PHB

 

Le pourtour du lac Daumesnil totalement occupé par l’exposition coloniale de 1931 selon une vue d’artiste signée J.Bouchaud et parue dans L’Illustration

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Jardins. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Derniers repérages avant travaux au lac Daumesnil

  1. Merci Philippe Bonnet pour cet excellent article une fois de plus.
    Il synthétise merveilleusement cette histoire complexe où la Mairie évacue allègrement l’impact des piétinements et autres afflux du public et prétend compenser par des aménagements dits environnementaux…

    • Eh oui Christine et Philippe,

      ce projet de la mairie de Paris me semble aussi catastrophique que bien d’autres (suivez mon regard…Serres d’Auteuil, tour Triangle, grande roue quasi permanente place de la Concorde, centre sportif Léo Lagrange amputé, etc, etc). Je ne connais pas cette ile de Bercy pleine d’oiseaux, mais on a envie de s’y rendre illico… inventaire avant démolition?

  2. Merci pour cet article! Il est publié sur mes pages facebook à mon nom et au nom de mon association « Vivre à Paris-Picpus XIIème » avec le commentaire de Christine Nedelec plus haut!
    J’attends le résultat de l’examen par la Commission Européenne demandé par la commission des pétitions à la suite de ma pétition (la protection des oiseaux migrateurs notamment entre bien dans ses compétences, les directives Oiseaux et Habitats ayant été reconduites par le vote du 5 février 2016 du Parlement Européen.
    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-sauvez-les-oiseaux-migrateurs-de-l-%C3%AEle-de-bercy-d-un-nouveau-paris-plage (221 signatures à ce jour)
    Une autre pétition a vu le jour il y a 2 mois seulement et comporte déjà 1504 signatures (à ce jour!) : https://www.change.org/p/paris-sauvez-le-lac-daumesnil

  3. CAROLE MAUQUO dit :

    Bonsoir Philippe.
    J’ignore pourquoi je ne recevais plus vos précieuses publications !
    Vous avez dû apprendre la (demi) bonne nouvelle concernant le recul de la Mairie concernant le stade Léo Lagrange ?
    Nous attendrons que ce soit acté devant le Conseil de Paris pour nous réjouir…
    même si son extention Cal Lavigerie reste hélas visée par un projet de collège (sur quoi nous reviendrons ultérieurement…)
    Plus d’infos sur ma page communautaire https://www.facebook.com/mon.quartier.ponia/?ref=bookmarks
    Bien cordialement.
    Carole

  4. CAROLE MAUQUO dit :

    Concernant la « répartition des espaces » sur le Lac Daumesnil…
    Nous attendons de savoir comment la Mairie compte imposer aux poissons de ne frayer qu’à tel endroit, aux oiseaux de ne lâcher leur fiente qu’en certain lieux autorisés, et aux arbres de ne laisser tomber leurs feuilles que là où il pourra y avoir encore de la vase et du limon au fond du lac !
    Lequel n’étant guère profond… on ne voit pas comment y créer sérieusement des couloirs de nage ???

Répondre à CAROLE MAUQUO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *