Le ciel avait ses deux témoins

Les Soirées de Paris entament leur pause estivale à compter d’aujourd’hui. Si les parutions quotidiennes sont suspendues jusqu’au 23 août, la maison reste ouverte. Près de 1750 articles ont été publiés depuis le mois de septembre 2010, époque à partir de laquelle la revue fondée en 1912 par Guillaume Apollinaire et ses amis, a été relancée. Les outils d’analyse de diffusion du site permettent de constater que chaque année, malgré l’interruption estivale, une centaine de lecteurs continue au quotidien à explorer la bibliothèque des chroniques déjà parues. Il me reste à remercier les lecteurs de leur fidélité et à adresser ma profonde gratitude à tous ceux qui depuis le début ont contribué à rendre cette publication vivante et…

…quant à la photo ci-dessus, elle résume bien à mon sens le plaisir éprouvé à regarder un horizon maritime. Ici le ciel avait ses deux témoins, saisis dans un état de proximité qui ne pouvait laisser indifférent. Un couple, un banc, un paysage, trois éléments d’un ensemble saisi à Villers sur Mer au début de l’été. Bonnes vacances. PHB

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Anecdotique, Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le ciel avait ses deux témoins

  1. Merci pour les magnifiques articles. Et pour cette belle photo qui, par association d’idées spontanée, me fait penser au dernier film d’Agnès Varda (et JR) — Visages Villages. L’une, comme l’autre, réchauffe le coeur par leur humanisme et poésie.

  2. Bonnes vacances à vous aussi et merci pour tous vos articles. On ne s’en lasse pas et les thèmes sont vraiment très variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *