Mille titres divers

Il disait « Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut » et que pour « la prose il y a les journaux ». Ainsi écrivait Guillaume Apollinaire  dans « Zone » qui évoquait aussi « des portraits de grands hommes et mille titres divers ». On se souviendra de 2018 comme l’année du centenaire d’un grand poète. Un homme toujours aux affaires si l’on fait le décompte de tout ce qui a été produit afin de célébrer l’événement. Et son sillage ainsi continue de nous faire signe, éparpillant mousse et étoiles mêlées. Sur Les Soirées de Paris, la frontière des deux mille articles publiés a été franchie à l’automne et voilà maintenant plus de huit ans qu’en une tangible association, lecteurs, commentateurs et contributeurs ont redonné vie à ce titre fondé en 1912.

Deux mille cinquante trois « titres divers » sur maints sujets à ce jour de décembre, mais comme chaque année le moment est venu de faire une pause, avant de nous retrouver dans la première semaine de janvier.  On pourrait, dans cette perspective, reprendre une citation de Racine dans Britannicus et demander aux dieux  « de favoriser notre réunion ». Au sens premier du mot réunion bien sûr, sinon c’est clair, la barbe les réunions. Bonnes fêtes.

PHB

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Apollinaire, Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Mille titres divers

  1. philippe person dit :

    Cher Philippe,
    encore une fois merci pour cette année des « Soirées de Paris ». Je me répète tous les ans mais c’est un grand bonheur – même quand un texte me met de mauvaise humeur – de lire tous les matins ces belles choses envoyées par les uns et les autres. Je les félicite aussi de leur générosité intellectuelle, de leur envie de partager ce qu’ils aiment et leur souhaite ainsi qu’à vous une belle année à venir.
    Comme il n’y aura pas de « Soirées » avant 2019, je tiens à conseiller à tout le monde un très beau film qui sort le 26 décembre : « Un violent désir de bonheur » de Clément Schneider. Nul doute qu’en le voyant, un des collaborateurs des « Soirées » aura envie de le faire découvrir.
    Ayant animé hier un débat lors d’une avant-première du film, j’avoue que j’ai été impressionné par ce jeune réalisateur qui allie intelligence et modestie et qui a donné avec « Un violent désir de bonheur » un film à la fois singulier et familier, d’une grande beauté formelle et d’une aussi grande beauté de coeur
    Bien à vous tous !

  2. Marie J dit :

    Merci beaucoup aux Philippe pour leurs mots et leur présence active et revigorante !

  3. anne chantal dit :

    Bonsoir, Je ne lis pas tous vos articles, mais j’aime me laisser accrocher et/ou séduire, sur tel ou tel sujet qui me tient à coeur.
    Votre éclectisme, votre plume, votre fidèlité sont de jolis atouts pour les soirées de paris.
    Que 2019 soit un bon cru pour nous tous .
    Cordialement.

  4. Byam dit :

    Les Soirées de PHB, en 2019 et forever, merci Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *