La place de la République offerte au bading

Nœud de circulation tout à fait hostile aux piétons, la nouvelle place de la République a indéniablement gagné en humanité. Tout le vocabulaire habituel, un brin lassant (festif etc…) est venu couronner l’inauguration du site rénové dimanche 16 juin mais, disons-le d’un seul mot plus simple, cette place est devenue accueillante.

L’espace règne, comme l’écrivait Elie Faure dans son histoire de l’art, sur ce lieu non pas pavé mais désormais carrelé comme une cuisine. Les piétons peuvent y retrouver une perspective perdue depuis bien longtemps. Dommage qu’on ait perdu au passage les deux belles fontaines anciennes qui équilibraient l’endroit car on avait là une bonne occasion de les mettre en valeur. Mais les éléments de langage municipaux (festif, convivial, solidaire etc…) sont là pour étouffer les commentaires grincheux.

Au pied de la statue. Photo: Les Soirées de Paris

Du reste il n’y pas de quoi se plaindre. La statue centrale lève son bras vers le ciel tandis qu’une petite fille, dans le bassin en contrebas esquisse le même geste dans un mouvement rendu joyeux par les bienfaits de la baignade sauvage. Plus loin, de jeunes enfants opèrent de jouissives glissades sur une surface mouillée dont ils ont tout de suite repéré les avantages récréatifs. A l’opposé les amateurs de skate board se défoulent sur le nouveau spot. Les Parisiens se sont donc immédiatement appropriés ce lieu que la bagnole à tout va il faut bien le dire, leur avait confisqué.

Il y a de beaux arbres en perspective, on y respire mieux c’est un fait, et ce bénéfice évident aidera peut-être ceux qui vont payer l’affaire d’un détour substantiel lors de leurs déplacements professionnels, à y trouver matière à consolation.

La nouvelle place de la République. Photo: Les Soirées de Paris

Trois jours plus tard c’était au tour des berges de la Seine d’être « libérées », rive gauche, sur un peu plus de deux kilomètres. Et dites un peu, tout cela fait que l’on pourra bader davantage. Vous ne connaissez pas le verbe ? Normal il ne figure pas dans les dictionnaires les plus récents. Bader (à ne pas confondre avec son voisin badiner) est le verbe qui caractérise le comportement oisif, tourné vers les loisirs en opposition à tout ce qui est labeur. Et donc badons, gambadons et baguenaudons dans ces parcelles de Paris toutes neuves dévolues au bading new age des nouveaux badauds.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Architecture, Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à La place de la République offerte au bading

  1. DERENNE Pierre dit :

    Après, une vie professionnelle entière passée à l’étranger et à mon retour en France, il me manquait un verbe pour définir le sentiment que j’ai de mes contemporains. Bader, c’est bien ça ! Partout où je regarde j’ai le sentiment que le travail n’est plus de mise. Tout est fait pour bader. Personnellement pour ne pas avoir trop badé jusqu’à présent, je me sens à l’abri mais suis très curieux de voir, lorsque la bise sera venue, comment ces français continuerons à bader….
    Ceci dit la réponse est déjà sur la place de la République. Assis parterre avec un gobelet de plastique… J’aurais mes pauvres. Comme là-bas…

  2. Steven dit :

    Il y a le bad bading et le good bading…

  3. Blaise Violaine dit :

    Attention, bader c’est aussi (et surtout pour les gens de ma génération) faire un bad trip…
    J’ai hâte de voir la place sans les voitures, ont ils laissé des pistes cyclables???
    De Tokyo
    V.B.

  4. Philippe Bonnet dit :

    Il y a une voie cyclable effectivement, assez bien intégrée. PHB

Répondre à Steven Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *