J’ai mangé de la méduse !

Eh oui, j’ai mordu dedans à pleines dents. Ses tentacules,  coupées  en fines lamelles,  étaient  à la fois fraîches (rien d’étonnant s’agissant d’une masse  gorgée d’eau à  97 %) et croustillantes. Epoustouflant oxymore culinaire tout à l’honneur du cuisinier ! « Ma » méduse à moi était servie en salade avec du concombre. Ou du céleri en branche, j’ai oublié, mais qu’importe car la reine de ce plat typiquement pékinois, c’était  « Elle ». 

Pour tout dire, malgré l’amical acharnement,  l’invitation pressante de mes  commensaux à l’avaler,   j’étais plutôt réticente.  La biodiversité, ce n’est pas ce qui manque dans les salades asiatiques… Aussi  louchais-je sur les compositions plus traditionnelles qui figuraient au menu… Des salades au crabe, au poulet, à la crevette. Ou même au poulpe, encore qu’à mes yeux  il s’agisse d’un trop proche cousin. J’eusse préféré ne pas savoir au juste de quoi la fameuse salade était faite. J’eusse aimé déglutir en aveugle.  Mais non, j’ai mâché les yeux grands ouverts et j’ose le dire, courageusement. Chassant de ma tête l’image récurrente de l’ombrelle translucide aux longs filaments ondulants. Oubliant cette gorgone décapitée aux cheveux de serpents magnifiquement sculptée par Camille Claudel. M’interdisant de songer, ne fut-ce qu’une seconde, à  ces chairs blafardes et  moribondes débordant d’un radeau disloqué. Vade retro, Géricault ! 

Est-ce par esprit de vengeance que j’ai en définitive mordu dans l’Urticante ? Même pas !  Je ne garde que de bons souvenirs  du  temps (lointain hélas) où je me bagarrais avec mes petits camarades de vacances à coup de méduses saisies à peine main sur une plage rocailleuse de l’Atlantique.  Tricotés mains, mes chandails furent à jeter  en dépit de nombreux lavages,  au grand dam de leur tricoteuse. Mémoire de l’océan, leurs  fibres de laine conservaient  la trace malodorante tenace de ces projectiles peu ordinaires.   

De quelconques  représailles, d’obscure sanction, il  n’était  donc pas question. Comment en vouloir à un amas inconsistant dépourvu de cœur et de cerveau ? Même pas le QI d’une huître ! D’autant que je n’eus jamais à souffrir  de la moindre piqûre d’un cnidocyste (je me suis renseignée) du  fichu  plancton.  Et pourtant, combien de méduses –  petites, moyennes et même grandes – sont venues traîtreusement effleurer mon ventre alors que  j’évoluais  tranquille entre deux eaux,  fraîches  il est vrai. A m’en croire immunisée contre leurs brûlures comme le sont  les aquariophiles à force de donner la becquée à leurs précieuses  anémones de mer. 

 A ce stade vous vous interrogez.  Où donc a-t-elle bien pu se voir servir de la méduse ?

Dans un restaurant asiatique à la devanture falote situé rue de Bièvre et qui  a pour enseigne  « Au Pays du sourire » (pas de la grimace) et même du rire : celui du serveur est irrésistible.  La légende raconte que Mitterrand  y avait ses habitudes. Il y aurait même emmené Jiang Zemin  selon les dires des serveurs qui étaient déjà en service à l’époque. Délaissant  donc  ses chers ortolans pour des spécialités du nord de la Chine…  Je vous sens médusés.  Moi aussi.  J’ai mangé de la méduse !

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Gourmandises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à J’ai mangé de la méduse !

  1. Bruno Philip dit :

    On dirait une molaire dans l’azur

  2. Bruno Sillard dit :

    Là je l’avoue, ordinairement bavard de la plume comme de la cuillère, souvent gourmand des plats du monde, je reste coi.
    Pourtant curieux, je dois confesser quelques baleines, phoques, macareux ou autruches. Un brin provocateur, je ne répugnerais point d’un chien ou d’un poussin encore dans son œuf, si mes pas me menaient en Chine. Mais là…
    Passe encore des larves de papillons si c’était le prix d’un voyage en Australie quoique le kangourou m’attire davantage. Mais là…
    Irai-je jusqu’à risquer ma vie à manger du poisson-lune dans un restaurant de Tokyo ? A moins que je ne sois contraint à manger une salade d’épinard dans la région de Fukushima.
    Je me vois assis sur une plage, plongé dans un océan d’incertitudes. Ainsi donc, elle a mangé de la méduse !
    Bon appétit Guillemette.

  3. Sophie Rodier dit :

    Je crois savoir que certains ont été moins téméraires?!!
    Je vous embrasse tous les deux!

    • de FOS dit :

      Pour parfaire mon amorce de renommée dans le Livre des records, j’ajoute que j’ai dégusté une cuisse de crapaud dans les Caraïbes… Croyant naïvement que c’était du lapin… En fait, on m’avait posé l’animal… ailleurs que dans mon assiette !
      Je frémis à l’idée d’ingurgiter des épinards de Fukushima, Bruno.
      Et par crainte de leur provenance, j’ai même banni les algues au profit (j’entends déjà les cris d’horreur !) de la bonne vieille Maïzena. Plus de makis, pour sûr !

    • de FOS dit :

      Bien informée, chère Sophie…
      Effectivement, certains ont leur rond de serviette au Pays du Sourire…
      Et si on s’y donnait un prochain rendez-vous ? Je suis prête à y avaler le met recommandé les yeux fermés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *