Un voyage des plus lunaires

Nous avons la chance, nous les Français, qu’un fils de chantre de synagogue allemand, un émigré nommé Jacob puis Jacques Offenbach, soit arrivé à 14 ans à Paris, ville où un musicien juif pouvait alors s’épanouir. Doué de génie musical et d’une oreille lui donnant un sens suraigu de la langue française, «le petit Mozart des Champs-Elysées» selon Rossini sut enchanter le public du Second Empire. Intraitable avec ses librettistes comme Meilhac et Halévy, il savait orchestrer et composer sur leurs paroles des airs à l’égal des plus grands. Nous avons vraiment de la chance, parce qu’après la défaite de Sedan, le génial Offenbach (1819-1880), traité volontiers de «Juif prussien», s’il dut s’exiler, daigna revenir les choses un peu calmées, pour se lancer dans les «opéras-fééries». Il composa d’abord un «Roi Carotte» de six heures, puis «Un voyage dans la lune» de la même durée, inspiré par Jules Verne qu’il oublia de prévenir. Le succès fut énorme, au point de considérer ces œuvres et d’autres comme des «blockbusters» oubliés. Il se joue en ce moment même à l’Opéra Comique. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Un commentaire

Parlez-vous le journaliste?

Arrivée à la croisée des chemins, ayant le vent en poupe et caracolant en tête des sondages, l’opposition ne connaît pas la crise. Soucieuse de faire entendre sa petite musique, elle en rajoute une couche en mettant les pieds dans le plat. Jouant désormais dans la cour des grands, elle invite le gouvernement, attendu au tournant, à revoir sa copie. Décidément, c’est un véritable bras de fer qui s’engage, dont l’issue paraît cependant incertaine, tant au royaume des aveugles les borgnes sont sourds. Car depuis que le projet est connu, l’inquiétude demeure, devant le test de la rue. Parallèlement, ironie de l’histoire, les syndicats, vent debout, dégagent en touche en renvoyant la balle dans le camp du ministre du travail, demeuré droit dans ses bottes. Puisque celui-ci fait la sourde oreille, ils n’entendent pas baisser les bras. Pas question de noyer le poisson en jetant le bébé avec l’eau du bain. Certes, ils affichent un front uni, mais pour combien de temps ? Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Humeur, Presse | 11 commentaires

Deux grands reporters au pays des Soviets

Le recto trop austère cache bien son jeu. La quatrième de couverture (ci-contre) suscite au contraire l’envie d’en savoir plus, avec un lumineux tirage de Robert Capa et un résumé prometteur. Car à l’été 1947, l’écrivain John Steinbeck (1902-1968) et le photographe Robert Capa (1913-1954) décidaient d’aller visiter l’Union Soviétique malgré tous les ennuis qu’on leur avait promis. L’affaire s’était scellée dans un bar de New York, après moult cocktails. Si abondamment servis que Steinbeck précisait dès son premier chapitre que le barman était pour ainsi dire partie prenante du projet. C’est bien à deux cependant qu’ils s’envolèrent de Helsinki (Finlande) pour Moscou, munis de certaines autorisations. L’association de ces deux grands talents bien décidés à rapporter tout ce qu’ils verraient, a produit un livre captivant, pour la première fois traduit et publié dans son intégralité chez Gallimard. L’ouvrage est un genre de combo puisque l’œil de Steinbeck fait qu’il contient en outre, une sorte de reportage plein d’humour sur les us et coutumes de Robert Capa. Continuer la lecture

Publié dans Livres, Photo | Un commentaire

Le grand retour de l’énigme

Mais qui est donc cet hurluberlu d’Américain qui s’obstine à ressusciter le film à énigme, que l’on croyait révolu depuis les années 1970 avec «Mort sur le Nil», «Le crime de l’Orient Express» ou encore «Le limier» de Mankiewicz? Et ce ne sont pas les récentes tentatives de Kenneth Branagh qui ont pu nous faire croire que le genre était revenu en grâce. Or un Californien nommé Rian Johnson, 45 ans, vient de faire mouche à deux reprises, avec «À couteaux tirés» et sa suite «Glass Onion». Après avoir tourné «Star Wars: les derniers Jedi», il a pris sa plume pour raconter, dans la pure tradition Agatha Christie, comment la famille d’un célèbre écrivain de polars se réunit dans son château pour célébrer son quatre-vingt-cinquième anniversaire, et comment on découvre le lendemain le cadavre de l’aïeul bienfaiteur et tyrannique. Grand succès au box-office, et il faut évoquer ce premier film à énigme, «À couteaux tirés», sorti en salle en novembre 2019, avant de passer au second «Glass Onion. Une histoire à couteaux tirés», qui vient de sortir sur Netflix sans passer par les salles en France, ce qui attriste Rian Johnson. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | 4 commentaires

Merveilles d’Ouzbékistan

L’exposition qui se tient actuellement à l’Institut du monde arabe, “Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or”, nous offre à voir des trésors qui n’avaient à ce jour jamais quitté l’Ouzbékistan. Nous voilà ainsi plongés dans le faste et l’éclat des cours des plus grands émirs du XIXème et du XXème siècles ! C’est une véritable caverne d’Ali Baba qui s’ouvre à nous : caftans d’or, de soie et de velours aux superbes coloris, apparat équestre d’une richesse exceptionnelle, vestiaire féminin aux couleurs chatoyantes, suzanis (1) et tapis de toute beauté, bijoux somptueux… Un véritable enchantement !
Situé aux confins de l’Europe et de l’Asie, au carrefour de plusieurs civilisations, l’Ouzbékistan, dont les villes légendaires ont pour noms Samarcande, Boukhara ou encore Khiva, hérite d’une histoire et d’une culture millénaires. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 3 commentaires

Super woman

On lui prêtait la capacité d’adoucir le cœur des pécheurs, de vaincre le démon, la chair, la mort et quelques autres pouvoirs discrétionnaires. Du moins c’est ce qu’affirmait entre autres prédicateurs et chroniqueurs, le poète médiéval Hélinand de Froidmont, à propos de la Vierge Marie. Il imaginait la grossesse miraculeuse comme une « infusion de grâce » et certifiait qu’aucun péché n’avait pu entrer dans le « jardin clos, la fontaine scellée du corps et de l’âme de Marie ». Dans son livre longuement documenté, Rachel Fulton Brown démontre en quoi les auteurs de liturgies au Moyen-Âge, s’étaient inspirés du Cantique des cantiques, « magnifique poème d’amour contenu dans le canon biblique ». Une affaire au long cours puisqu’il a fallu pas moins de huit ans à cette professeur de l’université de Chicago pour venir à bout de cette thèse et quatre au frère Jonathan de Marie Joseph, carme déchaux au couvent de Toulouse, pour traduire les quelque 700 pages (avec les annexes) en français. Publié aux éditions Honoré Champion, le travail abattu suscite le respect. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 4 commentaires

L’Afghanistan rêvé

Encore deux semaines pour se précipiter au musée Guimet à l’exposition «Afghanistan, ombres et légendes». Dans le contexte actuel, les moments passés là apparaissent comme miraculeux. À grand renfort de photos de sites de fouilles grandioses, de présentation de statues et d’objets aussi bien néolithiques que bouddhistes, indouistes, hellénistiques, islamistes ou chinois, d’abondants panneaux retracent de mystérieuses découvertes dans des lieux aux noms qui font rêver. Nous voilà embarqués dans un voyage stupéfiant, découvrant une contrée immense, insaisissable, en complète contradiction avec ce que nous en connaissons aujourd’hui. Il s’agit de célébrer à Guimet le centenaire de «La Délégation archéologique française en Afghanistan» (DAFA) datant exactement de 1922. Et quel meilleur guide pourrions-nous prendre que Joseph Kessel, qui s’était lancé à l’aventure sur ces routes impraticables où seules cheminaient les caravanes, et avait franchi les cols et les vallées les plus impénétrables lors de son voyage en 1956 (« Le Jeu du roi, Afghanistan 1956 », Texto). Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 7 commentaires

La vieille dame qui parlait aux oiseaux

Sur la petite scène du Mouffetard, devenu depuis peu Centre national de la marionnette, se jouait en novembre dernier un fort joli spectacle : “Suzanne aux oiseaux”. En ce début d’année, voici qu’après les dates parisiennes, celui-ci entame sa tournée. Adaptation fort sensible de l’album jeunesse éponyme de Marie Tibi et Célina Guiné (Éditions le Grand jardin, 2017), ce spectacle de marionnettes tout en poésie et délicatesse s’adresse en réalité autant aux grands qu’aux petits. Et si la lecture de l’album nous laissait la gorge nouée, sa version scénique, très réussie, est tout aussi poignante avec, en prime, une belle dose de fantaisie et d’humour. Drôlerie et nostalgie y font fort bon ménage. Créé et interprété par la comédienne et marionnettiste franco-britannique Emma Lloyd qui anime deux marionnettes portées à taille humaine, “Suzanne aux oiseaux” nous parle, entre autres choses essentielles, de la solitude, du temps qui passe, mais aussi et avant tout de l’amitié, de la force du souvenir et des sentiments qui perdurent par-delà la mort. Un spectacle d’une belle humanité. Continuer la lecture

Publié dans Spectacle, Théâtre | 2 commentaires

Ponts aériens

Il y a ceux qui s’acharnent à détruire les ponts, ceux qui s’épanouissent à les construire et, le cas échéant, ceux qui s’appliquent à les reconstruire. Cela fait un peu plus de deux siècles que le Pont Napoléon à Lille, fait à la fois de l’ombre et du charme à la Deûle, la rivière canalisée qui passe juste en dessous. Détruit deux fois par les Allemands lors des deux dernières guerres, ce rare édifice de pont couvert exclusivement voué au passage des piétons, est à nouveau en usage, avec ses deux sphinges gardant chacun des escaliers. C’est un beau pont dessiné à l’origine par un certain Benjamin Joseph Dewarlez et, à le regarder de près comme de loin, il ne fait pas que nous emmener d’une rive à l’autre: il réveille en nous toute une imagerie de nos souvenirs liés aux ponts. On ne les croyait pas si nombreux, s’enchaînant les uns aux autres comme une file sans fin de tabliers, de cintres et de câbles. En partant incidemment de celui traversant le Tibre à Rome lequel est à l’origine du mot latin pontifex (faiseur de ponts) et donc lié par héritage à la désignation du souverain pontife. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | Commentaires fermés sur Ponts aériens

Adultère à mots couverts

Le 1er janvier, la direction du Théâtre du Rond-Point passait aux mains de Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel, précédemment à la tête du Monfort. Jean-Michel Ribes quittait les fonctions qu’il occupait depuis 2001. C’est néanmoins sa programmation qui court jusqu’en juin. Rien d’étonnant donc d’y retrouver la délicieuse Isabelle Carré, une fidèle des lieux depuis 20 ans, dans “La Campagne” (“The Country” 2000) de l’auteur britannique contemporain Martin Crimp (né en 1956), un “thriller domestique” selon l’expression de son metteur en scène Sylvain Maurice. Pièce à trois personnages, un homme et deux femmes, “La Campagne” n’est pas sans rappeler l’univers d’un autre dramaturge anglais, Harold Pinter (1930-2008) et notamment sa pièce “Old Times” (“C’était hier”, 1970). Milieu bourgeois, adultère, mensonges, non-dits, rapports de force et de domination, enchevêtrement du vrai et du faux, allusions, sous-texte… nous voici en terrain pour le moins “pinteresque”. Crimp égale Pinter dans la noirceur. Sa vision du couple est des plus sombres : un jeu de dupes où le rapport à l’autre s’avère inquiétant, menaçant, et renforce un sentiment latent de solitude et de violence. Brillant et glaçant ! Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | 2 commentaires