Le candidat Lamartine à la source

Ce n’est sans doute pas son fait d’armes le plus saillant mais il se trouve que Alphonse de Lamartine a été candidat à la présidence de la République. C’était, comme l’on dit pudiquement de nos jours, une candidature de témoignage. Car celui qui pensait pouvoir lire dans l’avenir « la raison du présent » a été, en 1848, largement distancé par le vainqueur, Louis-Napoléon Bonaparte. En tout cas cela faisait, en 2022, une bonne raison de se rendre sur les lieux de la ville qui l’a vu naître, Mâcon. Et pour se pénétrer du sujet, quoi de mieux que d’aller dîner au restaurant Le Lamartine fondé en 1804, sur le quai Lamartine, face à la statue de… Lamartine, laquelle borde la Saône. Et de s’y désaltérer d’un verre de Mâcon car cet homme était avant tout un gentilhomme qui cultivait la vigne. Et par n’importe laquelle car le vin de Mâcon (blanc pour l’essentiel) fait partie de ces breuvages divins à même de réconcilier toutes les tendances politiques. Continuer la lecture

Publié dans Histoire, récit | 2 commentaires

Le pays Toy, un petit territoire enchanteur des Hautes-Pyrénées

Niché au cœur des Hautes-Pyrénées, le pays Toy est un petit territoire cerné de montagnes qui s’étend le long de vallées souriantes. Au-dessus de sa capitale, Luz-Saint-Sauveur, des villages perchés aux belles maisons traditionnelles de pierre bravent les pentes raides, agrippés à une arête rocheuse pour éviter les couloirs d’avalanche. On ne connaît pas exactement la signification du mot «Toy», que les habitants de la plaine utilisaient pour désigner avec condescendance les rudes montagnards qui vivaient en autarcie avec leurs troupeaux au pied des sommets. Toy dériverait du catalan et signifierait «petit». Le surnom donné à ces hommes, sans doute robustes et trapus, est resté associé à ce territoire de 43.000 hectares. Le pays Toy, aux paysages somptueux et variés, a su tirer profit de l’héritage agropastoral qui a forgé son caractère. Mais ce sont les eaux thermales, déjà connues des Romains, qui ont très tôt fait sortir les Pyrénées de l’anonymat. Au fil des siècles, les thermes pyrénéens ont attiré les têtes couronnées, la bourgeoisie ainsi que des écrivains tels Victor Hugo, de Vigny, Chateaubriand, et George Sand. Continuer la lecture

Publié dans Découverte, Histoire | 3 commentaires

Aux bons soins du docteur Beauvillard

La seule page cornée à l’intérieur de cette édition (moisie) du « Médecin des pauvres », figure à la rubrique apoplexie. La personne touchée par ce qui bien souvent se termine par un décès, a-t-elle eu le temps en attendant le médecin et selon les recommandations du livre, de prendre un bain de pieds au vinaigre additionné de cendres ou de moutarde? Le bon docteur Beauvillard ajoutait que si l’homme de science tardait trop à venir, il convenait alors de disposer des sangsues sur l’anus du désespéré. Mais surtout, concluait-il à l’adresse des anxieux, s’ils ne voulaient pas qu’un tel désagrément se produise, le mieux était de boire régulièrement de l’infusion de salsepareille ou du thé des Chartreux. Produits que l’on pouvait commander dans son établissement médical qui se trouvait non loin de la gare de Lyon à Paris. Ses conseils lui étaient donc, en dépit de ses revendications humanistes, au premier chef profitables. Sans compter que dans cette édition de 1919, soit deux ans après l’achèvement de ce bréviaire des indigents, se trouvait une seconde partie bien plus amusante. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Livres | Un commentaire

Les cosaques zaporogues terminent leur séjour parisien

Leur présence au sein de « La Chanson du Mal aimé » avait indisposé Paul Léautaud. Le critique du Mercure de France était, on le sait, le dédicataire du célèbre poème d’Apollinaire. C’est d’ailleurs lui qui en avait permis la première publication dans sa revue le 1er mai 1909, entre un article sur le compositeur et écrivain Ernest Reyer, et un autre sur le statut des fonctionnaires. Quelques années plus tard, lorsque le même Léautaud découvrit la version augmentée parue dans Alcools, il ne cacha pas sa déception. Ce n’était pas l’absence de ponctuation, délibérément choisie pour toutes les pièces du recueil, qu’il regrettait, mais le rajout de nouveaux chapitres. L’irruption de cosaques zaporogues au cœur de ce long poème de 300 vers lui parut inutile et déplacée (Apollinaire a «bien abîmé» le poème originel, écrira-t-il plus tard dans son journal littéraire). Quoi qu’il en soit, il faut croire qu’Apollinaire avait été suffisamment captivé par cette histoire pour qu’il décide de l’intégrer à la «Chanson». Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Exposition | 6 commentaires

Eva Jospin ou l’art du carton

Sa signature est le carton, son univers, la nature. Une nature fantastique, onirique, source de poésie. Eva Jospin, artiste plasticienne née en 1975, investit jusqu’au 20 mars le Musée de la Chasse et de la Nature avec ses merveilleuses créations de carton. Une œuvre en particulier est au cœur de cette exposition, à laquelle elle donne son nom : “Galleria”. Réalisée spécialement pour l’occasion, il s’agit d’une spectaculaire structure architecturale, aux dimensions monumentales, qui elle-même contient d’autres œuvres dans lesquelles l’artiste magnifie le carton comme jamais et rejoue un certain nombre de thèmes qu’elle travaille par ailleurs : le dessin, la broderie, le fil de laiton… Dans les étages, ses fabuleuses constructions imaginaires, ainsi que les réalisations de ses artistes invités, s’inscrivent à bon escient dans le parcours de ce musée si singulier (1), jouant harmonieusement des correspondances. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | Un commentaire

Phénoménale Barbara

Quel extraordinaire personnage ! Quelle musicienne ! Quelle bête de scène ! Quelle chance que cette Canadienne ait abordé aux rives de la Seine depuis quelques années ! Quel flair, de la part de Radio France, d’en avoir fait une artiste en résidence en 2021 et 2022 ! Chacune de ses apparitions déchaîne les applaudissements, et le public en rajoute du début à la fin, il ne veut pas qu’elle le quitte et que l’apparition se dissipe. Que leur importe tous les virus du monde, une pluie torrentielle et un vent dangereux, comme samedi dernier, le 8 janvier, les fans se précipitent à la Maison Ronde quand les uns et les autres restent peureusement chez eux. Il suffit qu’elle surgisse des coulisses de son pas décidé et qu’elle prenne place sur le podium pour que le charme de Barbara Hannigan opère, car on n’a jamais vu une cheffe ou une cantatrice comme elle à l’engagement dramatique exceptionnel (voir mes articles du 16 octobre 2017 et du 4 juin 2020) : une longue chevelure blond clair juvénile, de longues jambes prises dans un pantalon moulant, une longue chemise blanche manches relevées, de hautes bottines noires, des bras interminables, une souplesse de danseuse de tout le corps accompagnant les larges gestes des bras, pas de baguette. Elle est un spectacle à elle toute seule, elle est la Femme, elle est la Musique, elle est la Danse. On se demande comment les musiciens du Philharmonique s’y retrouvent avec une maestra aussi imprévue, mais ils semblent fascinés eux aussi. Continuer la lecture

Publié dans Musique | 9 commentaires

Journalistics

Le journaliste causant dans le poste a souvent la langue chargée. Chargée de poncifs, de pléonasmes, de catachrèses, de barbarismes, de métaphores et autres épitopes. Sans compter moults américanismes, pandémie contre laquelle il n’est pas de traitement. Il dit opportunité pour occasion, initier pour commencer, supporter pour soutenir, revisiter pour revoir, finaliser pour conclure, et, last but not the least, solutionner pour résoudre. Pour lui, circonlocution se prononce circonvolution. Son vocabulaire se pare d’anciens vocables, escarcelle, giron, férule, fief, houlette, manne (qu’il lui arrive de confondre avec mânes), viatique, dont il peut ignorer le sens originel. Ce qui n’a d’ailleurs aucune importance, puisqu’il les emploie volontiers à contretemps : les espèces sont sonnantes et trébuchantes, même comptabilisées en billets verts. Il serait, notamment, fort surpris d’apprendre que cette sellette, sur laquelle il place tant de gens ou d’institutions, était un siège instable, ou, selon la procédure pénale de l’Ancien régime, le prévenu était placé, lors d’un interrogatoire, afin de lui faire perdre sa dignité. (On a cessé de l’utiliser par le décret des 8 et 9 octobre 1789). Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Presse | 18 commentaires

Dernière station avant l’autoroute

Ils y pénètrent avec ce qui leur reste de lucidité. Et ils n’en sortent que les pieds devant, le corps froid, emballés dans une housse. La maison de retraite est bien le dernier endroit où l’on a envie de se rendre. C’est le dernier palier, l’ultime étape, la dernière station avant l’autoroute. Sauf pour ceux qui y travaillent, sauf pour les visiteurs, l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) signe la fin du parcours terrestre, pour ceux que l’on appelle les résidents. Exception à la règle, le Collectif 2222, a séjourné dans l’un de ces établissements afin d’en faire un spectacle intitulé « Pourquoi les vieux, qui n’ont rien à faire, traversent-ils au feu rouge ». Des comédiens de plusieurs nationalités, tous issus de l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq, ont été durant huit semaines, des résidents expérimentaux auprès des confinés permanents que sont les vieux. Ils ont su éviter toutes les caricatures que l’on aurait pu craindre comme le misérabilisme ou la maltraitance. Au contraire, ils ont tiré sur les ficelles de l’humour, de l’humanité et pour tout dire du cœur. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Un commentaire

Baudelaire, le spleen pour aider à vivre

Si l’on devait juger de l’importance d’un écrivain au nombre de publications qui lui sont consacrées, il est probable que Baudelaire arriverait en tête, sans doute aux côtés d’Arthur Rimbaud et peut-être de Proust (Apollinaire n’est pas mal placé non plus). La consultation des fonds universitaires en France mais aussi à l’étranger, notamment aux États-Unis, aboutit à une énorme bibliographie. Cette surabondance témoigne d’un intérêt qui ne s’est jamais démenti. À preuve aussi le nombre relativement important d’expositions sur la vie et l’œuvre du poète critique d’art. Baudelaire est un sujet chéri des conservateurs de musées et des directeurs de bibliothèques. C’était le cas il y a quelques années ans au Musée de la Vie romantique de Paris (Les Soirées de Paris du 17 janvier 2017). Toujours à Paris, pour quelques semaines encore, Baudelaire est la star de la Bibliothèque nationale qui célèbre le bicentenaire de sa naissance (Paris, 8 avril 1821). Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Poésie | 2 commentaires

Oedipe enfin innocenté

Pierre Bayard est un phénomène unique dans la littérature française : ayant la double casquette de professeur de littérature (Université Paris 8) et de psychanalyste, il fait dialoguer comme personne ces deux disciplines de la façon la plus réjouissante. Tous ses livres (une vingtaine) sont publiés aux Éditions de Minuit, et certains, dont «Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?» ou «Comment parler des lieux où l’on n’a pas été », ont connu un succès mondial. Comme quoi on peut être à la fois sérieux et facétieux, comme il l’a démontré dans sa fameuse série de «critique policière» comprenant «Qui a tué Roger Ackroyd ?», «Enquête sur Hamlet», «L’Affaire du chien des Baskerville», et «La Vérité sur «Ils étaient dix». Les amoureux d’Agatha Christie, de Shakespeare et d’Arthur Conan Doyle y reconnaîtront les leurs… car Bayard s’amuse beaucoup à reprendre l’enquête à leur place et à démontrer qu’ils se sont trompés de coupable (voir mon article du 11.1.2017). Continuer la lecture

Publié dans Livres | 2 commentaires