La télé c’est avant tout visuel…

… et c’est avec cet argument, si évident qu’il en est presque idiot, que le patron de Fox News lorsqu’il recrutait des femmes à des postes de journalistes, leur demandait de montrer leurs jambes. Actionnant les leviers de l’ambition et de la sécurité de l’emploi, il poussait par la suite son avantage. S’il rencontrait de la résistance, celle-là se voyait rétrogradée à une heure d’audience moins favorable. C’est ce qui est notamment arrivé à Gretchen Carlson dans la vraie vie. Dans « Scandale », elle est interprétée par Nicole Kidman. Le titre aurait pu être meilleur mais la traduction de « Bombshell », littérale ou non, n’était pas évidente. Au moins dénomme-t-il le silence choquant qui prévalait dans les sociétés où l’organigramme était, tout en haut de la hiérarchie, masculin. Le fait d’utiliser l’imparfait pour le dire est malheureusement un vœu pieux. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Laisser un commentaire

Chine Sex and Fun. Episode 2/2

À 80 km de Shanghai, la petite ville touristique de Tongli abrite le premier musée de la sexualité jamais ouvert en Chine. Ce petit bijou, fondé par un professeur de sociologie en 2000, n’attire pas les prudes Chinois venus nombreux visiter Tongli. Il est pourtant une excellente introduction à l’histoire de la sexualité de l’Empire du milieu et présente une collection insolite de sextoys historiques.
Le mois dernier, l’épisode 1 de Chine Sexe and sun, laissait les lecteurs à l’entrée du musée fondé par le professeur Liu Dalin. Après 20 années dans l’armée chinoise, cet ancien officier, né en 1932, étudiait la sociologie à l’université de Shanghai. S’intéressant à la sexualité, cet érudit publiait un ouvrage de référence, « l’Empire du désir », dans lequel il explorait 4000 ans d’histoire de la sexualité chinoise. Continuer la lecture

Publié dans Musée | 3 commentaires

Boulevard du rhume

flasque de rhum. Photo: PHB/LSDPAvoir la nette impression que le cerveau ne ressemble à plus rien d’autre qu’un volume de colle à papier peint mijotant dans un caquelon à fondue. Les pensées ne circulent plus et se concrétisent en croutons jaunâtres au milieu de bulles molles. L’odorat s’est absenté. Tout ce qui se hume avec délices a pris le parfum de plastique brûlé. Le chocolat le plus dense en cacao ne transmet plus qu’une saveur de carton à chapeau. Toute légèreté est perdue. Le corps est lourd, la gaieté a quitté la maison. Toute idée d’action est anéantie. Il faut regarder la vérité en face. Le rhume est là qui transforme tout être humain en chose, au mieux en épave geignante. La pharmacopée a déclaré forfait. Et c’est alors que l’ami pharmacien a suggéré à point nommé la préparation d’un grog. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 5 commentaires

Les corps sans formatage de Kiki Smith

rapture (détail) kiki smith. Photo: PHB/LSDPCe visage exprimant tout à la fois méfiance, peine et douleur a été installé sur un corps fort éloigné des représentations sensuelles d’un Rodin. Et pourtant cette sculpture dégage quelque chose de beau. Elle est la figure de proue d’une exposition réservée à l’artiste américaine Kiki Smith au sein de la Monnaie de Paris. Et s’intitule « Rapture and born ». Le premier mot signifie ravissement ou enchantement. C’est effectivement ce que l’œuvre produit comme effet, mais pas avec les ficelles habituelles de ces corps de toute évidence destinés à l’amour. Le buste est lourd, le ventre est rond, les hanches sont bien arrondies. La démarche de cette femme qui enjambe le loup dont elle sort, n’est pas gracieuse.  C’est son regard qui captive le plus. Il interpelle comme une mise en garde signifiant que le formatage global du corps féminin voué aux catalogues, est une erreur. Ici ce sont les normes qu’elle déshabille. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 4 commentaires

Devinez qui

BD Benalla et moi. Couverture. Photo: PHB/LSDPEn juillet 2018, se tient à l’Elysée une réunion de crise destinée à désamorcer l’affaire Benalla. Du nom de ce collaborateur du palais qui s’est fait prendre à jouer les policiers en malmenant un manifestant le premier mai. Alexandre Benalla est un jeune homme qui s’est adroitement faufilé en politique,  d’abord au Parti socialiste, puis au sein de la toute jeune République en marche. Sa spécialité est la sécurité rapprochée. Son caractère serviable, une certaine efficacité, ont fait qu’une fois élu, Emmanuel Macron l’a pris avec lui, au sein de son cabinet. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce qu’une vidéo devenue célèbre, signée Taha Bouhafs, surprenne le personnage en train de faire ce qu’il n’aurait pas dû. Dès lors tout s’est enrayé. Et en ce mois de juillet 2018 les collaborateurs du chef de l’État mettent au point les éléments de langage. On comprend que « dérive personnelle » ou « affaire d’été pas affaire d’État » font partie des locutions retenues. Continuer la lecture

Publié dans BD | 2 commentaires

Redécouvrir Pierre Loti

Qui se souvient aujourd’hui de Pierre Loti, de son vrai nom Julien Viaud (1850-1923) ? Pour certains, la seule évocation de son nom suffit à faire surgir des rêves d’ailleurs, des récits de voyage au long cours, une vision d’un Orient fantasmé… Pour d’autres, il reste un nom imprimé sur de vieux livres jaunis dans la bibliothèque des grands-parents et jamais ouverts… L’écrivain marin voyageur fut pourtant, de son vivant, un auteur à succès, reconnu et apprécié, allant jusqu’à être élu, à 41 ans seulement, à l’Académie française contre Zola ! Une immortalité précoce… Il eut même droit à des funérailles nationales !  Le Lucernaire a eu la très belle idée de le remettre au goût du jour à travers “Le Fantôme d’Aziyadé”, une adaptation-compilation de deux textes de l’auteur de “Pêcheur d’Islande” : “Aziyadé” (1879) et sa suite, “Le Fantôme d’Orient” (1892). En compagnie du talentueux Xavier Gallais, nous voilà donc débarqués sur les rives du Bosphore, à la recherche d’un amour perdu, dans le cadre exotique de la Turquie de la seconde moitié du XIXème siècle… Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Un commentaire

L’aérogare se gare

aérogare des invalides. Photo: PHB/LSDPSa désuétude étant patente et ses sous-sols immenses, l’aérogare des Invalides ne pouvait échapper au vaste plan de réinvention de Paris. On sait depuis l’année dernière que c’est l’architecte Dominique Perrault qui a été choisi par la municipalité afin de remettre ce lieu vieillot aux normes de la mondialisation heureuse. L’auteur de la quadri-totémique BnF a du pain sur la planche. Comme l’indiquait le Journal du dimanche dans une édition datée l’année dernière, l’idée du promoteur est de transformer les aîtres en un espace d’exposition voué « aux métiers de l’art ». De fait l’aérogare devrait changer de nom pour « AéroGart », en soi tout un programme. Si l’on regarde la nomenclature des idées retenues, il faudra compter avec des choses à l’appellation étranges mais trendy comme des « corners », des « fablabs » , des salles pour des animations « ludopédagogiques » (comme quoi la novlangue a encore de beaux jours devant elle) et une salle de dégustation baptisée sans rire de l’acronyme « MIAM », soit « Marché des Invalides dédié à l’Alimentation Multigénérationnelle ». C’est dit. Continuer la lecture

Publié dans Architecture | 4 commentaires

L’image presque introuvable

baty par kisling (détail)Geneviève Dormann (1) raconte que dans les premiers temps de l’automne 1918, Blaise Cendrars et Guillaume Apollinaire commentaient à la terrasse du père Baty, le défilé des corbillards transportant les corps des Parisiens frappés par la grippe espagnole. Maladie qui devait tuer Apollinaire quelques jours plus tard. Ce lieu névralgique, qui concentrait avec le Dôme, la Rotonde et la grande épicerie Hazard toute l’élite de l’art et de la littérature moderne, n’avait pas d’image. Cependant qu’il en existait une, découverte dans un livre de Billy Klüver (1927-2004), « A day with Picasso ». C’est un dessin (détail ci-contre), réalisé par Moïse Kisling en 1916. On voit sur son fronton, qu’en plus du bon vin célébré par Apollinaire dans « La femme assise », on y servait également des huîtres, ce qui est toujours le cas aujourd’hui mais sous une autre enseigne. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Histoire | 2 commentaires

La poésie dans le secret des atomes

Est-ce qu’il pensait déjà à cet ouvrage lorsqu’il décida de devenir éditeur ? On serait enclin à le penser. Le « Système poétique des éléments » que Dominique Tourte (éditions Invenit) vient de publier est le résultat d’une sorte d’utopie qu’il portait en lui sans doute depuis longtemps. L’entreprise n’est pas mince. Elle vise ni plus ni moins qu’à réenchanter le monde, le poétiser, jusque dans les domaines où on s’y attend le moins. La raison – ou le prétexte : les 150 ans du Tableau périodique des éléments chimiques, conçu par le Russe Dmitri Mendeleiev (1834-1907). Véritable génie, Mendeleiev avait notamment anticipé les découvertes postérieures en laissant quelques cases de son tableau vides, réservant aux futurs découvreurs le soin de les remplir. L’Unesco décida de faire de 2019 l’Année internationale de ce tableau. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 4 commentaires

Dans la petite auto de Jiri et Miroslav

Il est toujours pleinement gratifiant de se lancer dans un tour du monde. Rien que l’idée en soi est toujours excitante. En 1947, deux étudiants tchèques, Jiří Hanzelka et Miroslav Zikmund se décident à franchir la frontière de leur pays. En astrophysique il est convenu d’appeler ce type de barrière virtuelle, l’horizon des événéments. C’est à dire l’endroit à partir duquel des choses nouvelles peuvent se produire. Durant quatre ans, ils vont effectuer leur périple, au volant d’une Tatra modèle 87. Ils découvriront de nouveaux peuples, de nouveaux modes de vie. Il se trouve que cette anecdote est d’actualité. Car pour la première fois, le constructeur de la marque Tatra, dont l’origine remonte à 1897, exposera son histoire au mois de février, à Paris, sous les ors du salon Rétromobile. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | Un commentaire