Pause

À nos lecteurs. Comme chaque année, la parution des Soirées de Paris entame une pause à l’occasion des vacances de Pâques. L’assèchement des activités culturelles dû aux restrictions sanitaires  justifie doublement cet arrêt au stand. La reprise de l’activité est prévue le 19 avril. C’est l’occasion de remercier nos lecteurs et nos contributeurs de leur fidélité et de leur adhésion. À la semaine prochaine!

PHB

Publié dans Anecdotique | Laisser un commentaire

Buster Keaton de chutes en gags

Tout comme son contemporain et ami Charlie Chaplin (1889-1977), Buster Keaton (1895-1966) fut, lui aussi, une légende du cinéma muet. Tel son aîné, il créa un personnage identifiable au premier coup d’œil : un visage impassible, qui ne souriait jamais, sur la tête duquel était vissé un éternel canotier, et une silhouette frêle, de petite taille, dont la souplesse n’avait rien à envier à celle de Charlot. Buster Keaton avait su composer un personnage des plus attachants : introverti, toujours en quête d’amour et téméraire au point de ne pas hésiter à mettre sa vie en danger à travers moult cascades. Après “M comme Méliès”, Molière de la meilleure création Jeune Public 2019 et premier volet d’un triptyque théâtral consacré à la naissance du cinéma, Martial di Fonzo Bo et Elise Vigier, respectivement directeur de la Comédie de Caen et artiste associée, nous invitent à découvrir la figure et l’univers d’un des grands inventeurs du burlesque. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma, Théâtre | 2 commentaires

Quelques pseudos d’Apollinaire et un peu plus

Ses amis les plus proches (ceux-là mêmes qui lui doivent d’être passés à la postérité) l’appelaient «Kostro». C’est que le patronyme Wilhelm de Kostrowitzky, avec ses consonances slaves et rocailleuses, n’était pas simple à prononcer, et encore moins à mémoriser. C’est pourtant sous ce vrai nom de baptême (voir document), celui que lui avait transmis sa mère Angelica, que l’écrivain commence sa carrière de journaliste, activité qu’il ne cessera jamais complètement. En février 1902 le jeune Wilhelm de Kostrowitzky signe donc l’article «Le prestige français en Allemagne» dans La Grande France, revue dirigée par deux cousins originaires de l’île de La Réunion, réunis sous le patronyme commun de Marius-Ary Leblond. Quelques mois plus tard, la même revue fait paraitre le poème «Elégie du voyageur aux pieds blessés» signé cette fois Guillaume Apollinaire. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | 3 commentaires

Vol brisé

Pour une maire écologiste poitevine, les premières images du film « Le vent se lève », de Hayao Miyazaki, seraient proprement insoutenables. On y voit un petit garçon dormir près de sa petite sœur. Et voilà que ce polisson, peu au fait des enjeux environnementaux, se met à rêver éveillé. Il grimpe sur le toit de la maison familiale et rejoint un avion miniature juché sur un mât. Quelques tours de manivelle plus tard, avec sa casquette à visière et ses lunettes de protection, le voilà filant dans le vent qui « se lève » dans un de ces paysages à haute densité poétique qui font la caractéristique du maître de l’animation japonais. Il croise aussi dans le ciel des engins de guerre car Miyazaki ne fait pas pour autant dans l’angélisme béat. Sorti en 2013, « Le vent se lève » n’est pas le premier film où il laisse libre cours à sa passion de l’avion qu’en japonais l’on nomme hikouki. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Cinéma, Poésie | 9 commentaires

Du rhum près de l’encrier

En 2021, avec le recul, cela paraît invraisemblable. Quoique notre époque devrait nous conduire à ne plus nous étonner de rien. Ce protège-cahier d’après guerre (la seconde) était en effet ni plus ni moins sponsorisé par le rhum Negrita. Apparue à Limoges une centaine d’années auparavant, la marque trouvait tout naturel d’orner la couverture du protège-cahier avec dessin humoristique vantant son produit phare auprès des élèves de l’école primaire, mais aussi en dernière page en stipulant que la boisson se devait d’appartenir à « toutes les familles de France ». On imagine sans peine le tollé qu’une telle initiative déclencherait aujourd’hui. Mais au milieu du 20e siècle, apparemment personne n’y retrouvait à redire d’autant que c’était gratuit et que figuraient dans les pages intérieures des choses tout à fait sérieuses comme les grandes dates de l’histoire de France ou encore les tables de multiplication. La marque s’insinuait partout y compris dans deux des trois modèles d’écriture, « La bâtarde » et « La ronde ». Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Publicité | 4 commentaires

Lou qui ne craignait pas Dieu

On ne peut pas dire que Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny, dite « Lou » et amante hautement inflammable de Guillaume Apollinaire, n’avait pas conservé quelque lien avec la religion chrétienne. Au moins dans une lettre postée depuis Marseille (1) le 29 mars 1915, après avoir déjeuner chez Basso, elle écrit à son amant canonnier conducteur à la caserne de Nîmes, qu’elle va tâcher de monter à Notre-Dame de la Garde prier pour « ce qu’elle aime ». Mais on peut affirmer en revanche, qu’elle s’était dans la vie, bigrement éloignée des préceptes de la mère supérieure du pensionnat des Dames de Saint-Maur à Vesoul. Selon ses recommandations que nous avons retrouvées et plus précisément les « conseils pour les vacances », il y avait en effet comme un contraste. Il fallait en effet aux élèves, craindre « le trop de bien-être, l’oisiveté » ou encore « les amitiés sensibles ». Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | 5 commentaires

Un nouveau Faust décapant

Avec la «Carmen» de Georges Bizet, le «Faust» de Charles Gounod demeure l’un des opéras français les plus joués au monde. D’un côté le mythe de la femme libre, de l’autre celui de la jeunesse éternelle, avec un livret inspiré d’une légende allemande moyenâgeuse et de deux poèmes dramatiques de Goethe («Faust I» en 1808 et «Faust II», publication posthume en 1832) : le très savant docteur Faust ne supporte plus son grand âge, et décide de vendre son âme au diable pour retrouver la jeunesse et ses plaisirs.
Tous les grands interprètes l’ont mis à leur répertoire, depuis Caruso entonnant «Salut demeure chaste et pure» jusqu’à Jonas Kaufmann marquant le rôle-titre au Metropolitan Opera de New York en 2011, sans oublier la Callas exécutant le fameux (et si difficile) «Air des bijoux» de Marguerite «Ah je ris de me voir si belle en ce miroir…». Tous les grands airs de «Faust» font partie de notre patrimoine lyrique national, ce qui montre bien que nous avons affaire à un grand mélodiste. Composé en 1859 par un très catho Gounod ayant songé à la prêtrise, l’opéra est imprégné de religion, d’église et d’armée alors intimement liées, et le livret est quelque peu larmoyant, ce qui n’en fait pas a priori une œuvre très contemporaine. Continuer la lecture

Publié dans Musique | 2 commentaires

Merci pour le voyage, Monsieur Tavernier

Le 25 mars dernier, la Grande Faucheuse mettait tristement le réalisateur Bertrand Tavernier (25 avril 1941 – 25 mars 2021) à la une de l’actualité. Le cinéaste à l’importante et éclectique filmographie très appréciée fit l’objet d’un éloge unanime et son œuvre fut, comme il se doit, largement commentée. L’homme était également très estimé. Cinéphile passionné et passionnant, il n’avait de cesse de transmettre son amour du cinéma. Et c’est justement plongée dans sa série des “Voyages à travers le cinéma français” que l’auteure de ces lignes apprit sa disparition, ne pouvant réellement y croire puisque l’homme lui parlait la veille encore par écran interposé. Avec Bertrand Tavernier, admirable conteur, le cinéma était une histoire bien vivante qui perdurerait à travers les générations. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma, Documentaire | Un commentaire

L’anniversaire d’un pacifiste pas toujours bien compris

Le 22 octobre, il y aura cent ans qu’il a vu le jour, à Sète. Le chiffre rond attirant le couillon, sa ville natale organise, par conséquent, une année Georges Brassens, avec moult concerts, colloques et expositions. En près d’un demi-siècle, cet artiste un peu spécial est passé de l’état de quasi clodo au sommet des ventes, croulant sous les disques d’or, raflant les distinctions, primé par l’Académie française, intronisé poète majuscule. Le jeune anar mal dégrossi s’est transmué, avec l’âge, en une sorte de sage tutélaire, pipe rassurante, velours côtelé, bacchantes grisonnantes. Puis, à titre posthume, il est devenu une sorte d’institution, roulé dans la révérence, visité tel un monument, embaumé classique, indiscutable. Continuer la lecture

Publié dans Poésie | 9 commentaires

Kelly la grande

Il est temps de découvrir en France Kelly Reichardt, star du cinéma indépendant US, qui s’est imposée discrètement en sept longs métrages au cours des quelque vingt-cinq dernières années. Tournant tranquillement de «superbes films fauchés dans l’Amérique rurale» (selon la formule du site «troiscouleurs.fr»), elle a peu à peu bâti ce qu’on appelle une œuvre au niveau des plus grands. Elle est même sans doute la seule vraie révélation du cinéma US de ces dernières années.
Opérant résolument à la marge de Hollywood, et femme de surcroît, elle a trouvé beaucoup d’obstacles sur son chemin. Même si elle a reçu d’innombrables récompenses dans le cadre du circuit indépendant, festivals et autres, elle considère que sa participation au jury du festival de Cannes en 2019 a vraiment sonné l’heure de sa reconnaissance. Et cette année, le Festival d’Automne avait programmé au Centre Pompidou, du 23 janvier au 7 février, «une rétrospective de ses films qui revisitent aussi le cinéma américain, road movie, thriller ou western», évidemment annulée. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur Kelly la grande