Balivernes de jardin

Frédéric II les fit venir des forêts de Thuringe. On l’avait instruit d’une particularité comportementale de ces petits êtres : une phénoménale propension au mouchardage.
Dispersés dans le parc de son château de Sans Souci, les gnomes informèrent le monarque de la vie cachée des bosquets et contre-allées, endroits où le courtisan volontiers manigance, où les couples transitoires se forment et se défont le temps d’un spasme. Les meilleurs historiens s’accordent à considérer que les nains de jardin surent l’éclairer du caractère nettement putassier de monsieur de Voltaire, expliquant ainsi la brouille qui s’ensuivit. De même que son père avait fixé la taille des soldats de sa garde personnelle, les fameux Géants de Postdam, à 1,88 mètre, le roi, par un rescrit de 1772, détermina l’uniforme et les conditions d’aptitude à la Königlichegartenzwergenbrigade (brigade royale des nains de jardin) : taille inférieure à 68 centimètres, du talon à la pointe du bonnet rouge, sourire béat, teint rose et longue barbe blanche. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 3 commentaires

Festivals choisis

À moins que le coronavirus ne nous joue quelque mauvais tour in extremis ou chemin faisant, voici le grand retour cet été des festivals artistiques qui investissent la France entière, témoignant d’une passion très française. À commencer par «Paris, l’été» (depuis 1990) proposant du 12 juillet au 1er août un éventail de «grands rendez-vous artistiques et culturels» aussi bien au musée du Louvre qu’au lycée Jacques Decour ou à la Cité universitaire, entre autres festivités mêlant tous les arts.
Écoutons le grand écuyer poète Bartabas nous présenter le spectacle proposé en son Manège de la Grande Ecurie du Château de Versailles (outre la projection en plein air de son film «Les chevaux voyageurs» au théâtre Zingaro) : «Aujourd’hui, j’éprouve de plus en plus de plaisir à m’entretenir solitairement avec mes chevaux, très tôt le matin, avant la vie des hommes. C’est au lever du soleil, dans le silence et la concentration, que le corps et l’esprit sont le plus disponibles pour une écoute profonde. En tant qu’interprète, je suis à la recherche de ces moments de grâce, impossibles à reproduire.» Continuer la lecture

Publié dans Musique, Spectacle | Un commentaire

Tout le chic de la gravure

« Metropolis » était à peine sorti sur les écrans qu’il inspira une œuvre profondément originale à l’artiste Pierre Gatier. D’abord par le traité moderne, gravure au burin et à la pointe sèche et ensuite parce qu’il avait surtout choisi de mettre en avant la salle où était projeté le film événement de Fritz Lang. C’est une spectatrice et une ouvreuse presque caricaturées qui font le premier plan (ci-contre) tandis qu’un feu d’artifice synthétique très identifiable occupe le second. L’imagier sage était pour l’occasion sorti de ses gonds ce qui n’était pas si courant. Pierre Gatier (1878-1944) fait l’objet actuellement d’une remarquable exposition au musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq de l’Isle-Adam dans le Val d’Oise. Rien de proprement révolutionnaire chez cet homme, mais les quelque 130 œuvres exposées nous convoquent néanmoins par leur élégance insigne, une matière qui aurait quelque peu tendance de nos jours à se raréfier. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 3 commentaires

Les bons conseils de Maître Jacques

Il vécut au temps de la Révolution (1771-1842) mais ne professait pas pour autant des idées révolutionnaires. S’il laisse une trace dans l’histoire, c’est plus pour ses écrits en faveur du bien-être de ses contemporains agriculteurs pour lesquels il vouait une authentique passion. Né dans un village des Deux-Sèvres un premier janvier, Jacques Bujault, fils et petit-fils d’avocat, fut abord imprimeur puis avocat lui-même et, à ce titre, s’intéressa au sort des populations rurales, souffrant «de les voir ignorantes, routinières, parfois débauchées et chicanières». Son œuvre maîtresse fut «Le Grand Almanach du bon cultivateur», ouvrage qui devait se retrouver «sous le toit le plus obscur» afin «d’instruire et moraliser le cultivateur même le plus humble». Effectivement, le tirage de cet Almanach atteignit, nous dit-on, jusqu’à 500.000 exemplaires. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | Commentaires fermés sur Les bons conseils de Maître Jacques

Divas d’aujourd’hui et d’hier

Il suffit de l’entendre et de la voir pour se dire aussitôt, selon son degré de wagnérisme, «Voilà une Walkyrie !» ou «Voilà une Brunhilde ou une Isolde !». C’est exactement ce qui s’est passé, il y a six ans, au fameux concours international « Operalia » fondé par Placido Domingo en 1993 pour lancer les voix nouvelles, où l’on découvre chaque année les divas et divos du jour.
Écoutons un témoin, Clément Taillia, dans la revue «Forum Opera» le vendredi 26 mars 2021: «Il n’avait fallu rien de plus que les trois minutes d’un «Dich teure Halle» souverain devant le public surchauffé du concours Operalia 2015 pour que l’affaire fût entendue : notre époque s’était trouvée en Lise Davidsen une chanteuse pouvant s’inscrire dans la lignée des grandes wagnériennes de l’Histoire.» L’aria étant le «Toi, cher hall» d’Élisabeth dans «Tannhäuser» de Wagner. Continuer la lecture

Publié dans Musique | 6 commentaires

De la coupe au calice

L’un des secrets de la France pour amadouer un chef d’État ombrageux en visite officielle se trouve d’abord en cuisine. Et ensuite sur une de ces tables garnies pour les grandes occasions où le cristal, l’argenterie et la belle porcelaine se liguent pour flatter les plus grincheux. Pour son exposition sur les arts du repas à travers les âges, le Musée national de céramique a consacré tout un chapitre scénographique en regard de cette compétence française sur la réception des hôtes internationaux. C’est entre la poire et le fromage, l’estomac déjà tapissé des meilleures sauces et des meilleurs vins que se dénouent sans doute maints problèmes de frontières et que se scellent aussi nombre de contrats d’armement. La diplomatie tricolore est ainsi faite. Si dans les sous-sols de l’Élysée se trouvent à la fois la cave à vins et le PC Jupiter, c’est que l’on sait jouer habilement sur les deux tableaux. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 3 commentaires

Le Grand Palais à tout prix

Depuis 1939, le Maréchal Joffre ou du moins sa statue de bronze, ne voyait qu’une chose. Au bout d’une perspective de 800 mètres il pouvait en effet embrasser la totalité du Champ de Mars, admirer la Tour Eiffel et derrière encore, le Palais de Chaillot. Mais voilà, l’homme réputé vainqueur de la première guerre mondiale a été incarcéré dans le Grand Palais éphémère, construit à toute vitesse le temps que le vrai soit rénové à grands frais. Dans cette démarche diablement inclusive -c’est la mode-, Joffre se retrouve face à son altier reflet pour une durée d’au moins quatre ans, le temps que certaines épreuves des Jeux Olympiques de 2024 s’y déroulent. Selon un de ces communiqués abscons qui fleurissent désormais tous les jours, la structure vendue comme provisoire pour 40 millions d’euros, « est une construction flexible, agile » et surtout « bio-sourcée-circulaire ». Il fallait inventer ce combo-lexical, ça manquait à un tableau langagier déjà bien fourni en inepties. Il paraît que l’on discerne l’ensemble sur les photos prises par Thomas Pesquet depuis la station spatiale internationale, mais pour les détails, faut descendre. Chacun son piédestal. Continuer la lecture

Publié dans Architecture | 6 commentaires

Photographier la guerre et montrer ce que l’on ne voit pas

Si aujourd’hui les images de la guerre nous sont devenues si familières, il n’en fut pas toujours ainsi. Il fallut l’invention et le perfectionnement de la photographie puis du cinéma pour que cela le devienne. Auparavant, peintres et dessinateurs accompagnaient l’armée tout comme aujourd’hui les « soldats de l’image » du service de L’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) dont sont issues les photographies d’une exposition qui vient de débuter au Mémorial 14-18 Notre-Dame de Lorette. Elle met justement en lumière les liens qui unissent la mémoire et les images d’hier à aujourd’hui. Si les techniques sont différentes, elles concourent toutes au même résultat, informer ceux qui ne sont pas sur le théâtre des opérations, faire témoignage et alimenter les archives. Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Histoire | Commentaires fermés sur Photographier la guerre et montrer ce que l’on ne voit pas

Sur un air de Joséphine Baker

Après des mois et des mois de fermeture, voici que la Comédie-Française peut enfin rouvrir ses portes au public. Ô joie ! Elle rouvre le Studio-Théâtre avec une pièce d’un des auteurs contemporains les plus joués en France et devenu, après sa mort, un classique du XXème siècle : Jean-Luc Lagarce (1957-1995). Double joie. Moins connue sans doute que ses pièces les plus souvent à l’affiche (1), “Music-hall” (1988) est une sorte de “monologue à trois voix” au cours duquel une chanteuse sans âge, accompagnée de ses fidèles compagnons de tournée, revient sur sa vie d’artiste de cabaret. Trois ans après la délicate et très réussie mise en scène de “J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne” (Chloé Dabert, Théâtre du Vieux-Colombier, 2018), Lagarce, entré au Répertoire de la Comédie-Française en 2008 avec “Juste la fin du monde”, revient donc faire entendre son écriture raffinée et poétique sur les plateaux du Français. Porté par une Françoise Gillard épatante et méconnaissable, ce spectacle ne pouvait être mieux trouvé pour sceller des retrouvailles tant attendues ! Continuer la lecture

Publié dans Spectacle | Un commentaire

Ni avec elle ni sans elle

Consuelo ne savait pas s’il était mort. Et malgré une intuition de plus en plus prégnante depuis le silence brutal de son mari aviateur disparu en service commandé, elle a continué d’entretenir cet amour qui l’unissait à Antoine de Saint-Exupéry en sculptant notamment son visage et son buste. Un livre paru en 2005 aux éditions Les Arènes nous raconte que José Martinez, l’héritier de Consuelo qui préparait une exposition sur ses archives, avait fait enlever le cadre d’un portrait peint de l’écrivain et pilote. Et il a eu la surprise de découvrir qu’au verso était caché un portrait de Consuelo. Le même livre nous dit qu’Antoine conservait en permanence dans son portefeuille, une photo de leur mariage. En fait il conviendrait de lire cet ouvrage en guise de briefing avant de découvrir la correspondance entre les deux époux qui vient de paraître chez Gallimard. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 4 commentaires