Mieux qu’un soda à la bibliothèque Forney

Pour ses affiches vantant la publicité Orangina, Bernard Villemot était astreint à ne faire figurer que des pelures d’oranges  car la boisson contenait moins de 20% de fruits. Son nom a fini par être fortement associé à cette marque car le patron d’Orangina avait décidé de tout miser sur cet artiste originaire de Trouville et né en 1911.

On ne ressort pas de la bibliothèque Forney, qui expose Villemot jusqu’au 5 janvier,  avec le même état d’esprit qu’en entrant. On en ressort gai. Tout est de la faute de cet artiste qui considérait son métier comme une dépendance de la peinture et qui admirait Matisse. Excellent coloriste, graphiste sans reproche, Villemot nous charme, nous enchante, nous invite à sourire. Il est vrai qu’une certaine logique préside aux destinées de l’affiche commerciale et qui se résume en un mot : plaire.

A la bibliothèque Forney, le regard est en ballade et profite des différentes  capacités d’intervention de l’artiste. Pour les chaussures Bally il est à l’extrême limite de l’abstraction, pour Air France et la voiture-lit de la SNCF, il stylise à merveille le voyage. Prestataire des annonceurs, Villemot démontre  que l’on peut faire continuellement  beau tout en donnant envie.

Cette exposition est aussi un petit voyage dans  l’histoire et l’on peut, pour certains «anciens», se rappeler le goût du tabac brun des Fontenoy ou Gitanes sans filtre, cigarettes qui ne nuisaient à l’époque, ni à soi-même ni à personne.

Bernard Villemot – Visitez la Côte d’Azur – SNCF 1967 © ADAGP Paris 2012

Pour lui, le «moteur principal»  était «certainement la couleur» et comment, effectivement, ne pas en être convaincu à la vision de son œuvre. Cantonné à la publicité à partir des années 50, Villemot a aussi opéré pour le cinéma et a dû, pour subsister, travailler pendant la guerre pour le Commissariat général à l’Education et générale et aux sports, ce dont il ne se dira pas fier.

C’est après qu’il servira les marques avec sa généreuse créatitivité, Philips, Pathé Marconi, Perrier, Antar, Vitelloise, Dubonnet, c’est avec plus d’une centaine d’affiches que la bibliothèque Forney nous réjouit de cet affichiste ayant marqué de ses gais coloris et de son audace souvent, les Trente Glorieuses. Toute cette euphorie est bien loin. Raison de plus pour en reprendre un zeste (d’Orangina) ah ah.

 

Bibliothèque Forney, 1 rue du figuier 75004 Paris 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Exposition, Publicité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *