La contagion artistique s’étend chez Metrobus

Quelqu’un s’amuse. Nous avions déjà fait cas aux Soirées de Paris de cet écran Métrobus repéré à la station Miromesnil début avril, écran qui s’était lancé dans une démonstration vidéographique impromptue. Et voilà que le vendredi 25 avril, mais à la station République cette fois, juste avant l’embarquement sur la ligne 11, un autre écran doublement griffé Métrobus et Samsung a lui aussi largué les amarres.

On en raterait son métro de plaisir pour profiter de cette nouvelle boucle de 30 secondes qui nous offre un second set de zigouigouis électroniques  joliment colorés quoique de façon moins franche qu’à Miromesnil. Cela donne envie de ressortir l’appareil photo de la poche, de  faire trois clichés en vitesse et de les confier à Photoshop pour tenter de parfaire ou du moins enrichir le premier exposé.

Panneau Métrobus à la station République. Photo (modifiée): PHB

On connaissait le détournement de l’affichage par arrachages sauvages, l’auto-détournement quand le logiciel s’affole et le détournement de l’auto-détournement qui permet de grimper  encore dans  les hauteurs. Quelqu’un s’amuse peut-être à dérégler ces appareils par des interventions illicites ou la machine souffre-t-elle  peut-être d’un vice de forme mais au bout du compte nous voilà encore une fois distraits par ce brin d’imprévu.

Voir ou revoir le premier épisode.

 

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Publicité, Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La contagion artistique s’étend chez Metrobus

  1. Alain Saboret dit :

    Ces objets, tellement technologiques, qui ponctuent notre quotidien ont, comme nous, besoin de poésie, d’Amour, d’attention. Surtout d’attention, car nous finissons par ne plus les voir. Certains tombent en dépression et cafouillent, d’autres explosent et meurent, mais quelques uns relèvent le défi de Diaghilev à Cocteau et ils nous étonnent !

  2. Bruno Sillard dit :

    Voilà que la pub numérique déprime… On n’a pas fini!

  3. de FOS dit :

    Et si tu lançais la mode ? Philippe, l’Andy Warhol des métropolitains…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *