Persécution d’un couple

"Moment d'un couple" Par Nelly Alard. Photo: Les Soirées de ParisUne femme raconte qu’un jour pas fait comme d’habitude, elle apprend l’immixtion d’une autre dans son couple. Elle ne se doute pas encore du caractère névrotique, invasif, incessant de cette relation extérieure malvenue dont l’objectif est la captation de son mari. Est-ce que la notoriété supposée de « l’autre » apporte quelque chose au roman de Nelly Alard, « Moment d’un couple », à vrai dire non.

L’auteur couronné par le dernier prix Interallié a maquillé deux fois l’affaire croit-on comprendre. D’une part pour que personne ne s’y reconnaisse formellement, d’autre part pour que tout le monde arrive sans trop d’effort à savoir qui est qui. Il n’est pas besoin d’être Rouletabille pour mettre un nom sur une élue PS et normalienne.

Cela a certainement fait ricaner le microcosme à la lecture des sous-titres non visibles mais faits pour être audibles, comme si l’on vous soufflait dans l’oreille au cas où vous auriez la comprenette un peu lente. Cette partie « people » du roman qui donne un peu dans le « house wife revenge », pollue plus qu’elle n’est utile.

Si l’on s’efforce d’en faire soustraction, le roman de Nelly Alard est assez bon. L’intensité dramatique nous saisit au collet dès les premières pages et ne nous lâche qu’à la toute fin. Le jour pas fait comme les précédents, c’est celui où « elle » entend pour la première fois, lors d’un appel téléphonique de son mari, parler de « l’autre ». Cette autre qui dès lors déboulera dans le quotidien du couple avec l’effet d’une grenade à fragmentation, c’est à dire provoquant des dégâts partout. Dans ce genre d’affaires, il y a l’heure d’avant, celle où tout va bien, l’heure d’après où le monde se fissure et toutes les semaines et les mois qui suivent où c’est le cauchemar. L’épouse comme le mari n’ont plus qu’elle en tête et si d’aventure ils cherchaient à s’en distraire, les textos et les visites surprises sonnent comme des rappels à l’ordre.

"Moment d'un couple" Par Nelly Alard. Première page. Photo: Les Soirées de Paris

« Moment d’un couple » Par Nelly Alard. Photo: Les Soirées de Paris

Dans un accident de parcours comme celui-là, tout le monde souffre et Nelly Alard laisse filtrer ça et là un filet (très mince) de compassion pour celle qu’elle se contente de citer par la première lettre de son prénom. Elle l’appelle « V » et chacun y mettra la voyelle qu’il voudra.

« Moment d’un couple » est donc l’histoire d’une femme qui se bagarre pour garder son mari sans avoir été au préalable formée à ce genre de combat. Après les premiers jours au régime Lexomil, elle défend sa vie amoureuse pied à pied avec une ennemie bien souvent invisible et très efficace : même lorsque « l’autre » ne se manifeste pas, la crainte qu’elle intervienne mine et tourmente le couple.

Finalement le seul qui s’en sort assez mal dans ce récit qui peut mettre très mal à l’aise, c’est le mari. On sait de lui qu’il débranche les appareils électriques du foyer pour économiser de l’électricité et cesse d’exister dès que son téléphone arrive en bout de forfait. Il est cet homme moderne que des trucs comme la parité, la transparence dans le couple, ont rendu un peu veule. Il est l’objet d’une sensualité tendue de la part de l’une comme de l’autre parce que c’est de bonne guerre mais les gifles qu’il prend des deux côtés lui confèrent une existence de « punching ball » qui ne fait pas envie.

Est-ce que Nelly Alard aurait obtenu du jury Interallié le prix du même nom si son roman aux couleurs du vécu ne faisait pas aussi fortement allusion à quelqu’un de connu ? S’ils ne l’avaient pas fait ils auraient eu tort car le livre vaut bien mieux que l’addition présentée au passage à la persécutrice présumée.

 

PS : Ce qui est parfaitement troublant par ailleurs, c’est la photo de Nelly Alard que l’on voit en bandeau entourant l’ouvrage. On jurerait Ségolène Royal à trente ans. Mais non, là c’est trop…

"Moment d'un couple" Par Nelly Alard. Photo: Les Soirées de Paris

« Moment d’un couple » Par Nelly Alard. Photo: LSDP

Nelly Alard. Moment d’un couple. Gallimard. 20 euros.

On peut également relire « Une souffrance au fond de la poche ».

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Persécution d’un couple

  1. de FOS dit :

    Toute ressemblance avec un personnage réel ne peut être que fortuite…
    Pas le sourire en coin sur le bandeau de l’ouvrage.
    Ségolène Royal radieuse à trente ans ou Ségolène Royal vengée maintenant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *