Quand les sauterelles s’en mêlent…

Hip hip hip ! Le Tome 4 des Vieux Fourneaux vient de paraître ! Depuis deux ans qu’il se faisait attendre ! Vous vous souvenez ? Antoine, Pierrot, Mimile… Nos remuants syndicalistes octogénaires si sympathiques… Nos anarchistes à l’énergie peu commune… En 2015, à cette même période, Les Soirées de Paris vous présentaient une chronique du Tome 3 de cette bande dessinée française hors pair, totalement atypique, créée par Wilfrid Lupano et Paul Cauuet en 2014, le premier au scénario et le second au dessin.
Si ce dernier né est peut-être moins surprenant que les précédents tomes, sa lecture n’en est pas moins réjouissante. Cette fois-ci “La magicienne” s’intéresse plus particulièrement au cas de Sophie, la petite fille d’Antoine. Vingt-huit ans, mère célibataire, la jeune femme vient de s’installer à la campagne, non loin de chez son grand-père. Sillonnant les routes au volant de sa camionnette rouge, elle a repris le « Le Loup en Slip”, le théâtre de marionnettes de sa grand-mère récemment disparue. Antoine l’a accompagnée dans sa première grande tournée et fait office de baby-sitter auprès de son arrière-petite-fille Juliette. Malgré toute sa ténacité, il n’a cependant toujours pas réussi à découvrir le nom du père de Juliette. Pari donc perdu auprès des copains. Il faut dire que dans le genre têtu, Sophie est une battante. Bon sang ne saurait mentir. Il faudra une maison qui prend l’eau et la difficulté de trouver un couvreur pour lui arracher son secret.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Il y est, aussi et avant tout, question de l’extension de l’usine Garan- Servier qui devrait relancer l’économie dans la région, projet soutenu avec ferveur par Antoine. Mais la découverte d’œufs de magicienne sur les terrains à construire va tout remettre en cause et attirer sur place une équipe de fervents zadistes. “Une magicienne” nous demanderez-vous ? Une magicienne dentelée, pour être exact. Quésaco ? Une sauterelle qui ne saute pas, car dépourvue d’ailes, et se reproduisant par parthénogenèse, c’est-à-dire de manière asexuée, vous répondront les entomologistes.

Et les zadistes ? De gentils écolos babas cool voulant protéger une Zone A Défendre (ZAD) ou bien des intégristes de la pire espèce, selon les points de vue.  Au milieu de ce joli boxon arrivent Pierrot et son groupe militant du 4ème âge “Ni yeux ni maître”… Là-dessus, Pierrot et Antoine n’ont pas abandonné l’idée de retrouver un jour leur trésor de pirates… Mimile, toujours en Ecosse, continue sa “tendre” correspondance avec Berthe tandis que cette dernière, avec l’argent de la vente de ses terrains, s’est acheté une flamboyante Chrysler 300H rouge décapotable, modèle 1962, la même que celle de Marilyn Monroe. Il y est aussi question d’un wifi pas des plus efficaces, de piratage industriel, d’une Fédération de chasse et de “Guimauve Frombze” – là, pas d’explication, on vous laisse découvrir –. Bref, les personnages sont toujours aussi loufoques, les situations cocasses et les réparties savoureuses.

À Antoine qui résume en ces mots la situation “Bande d’égoïstes ! (…) C’est bien la France, ça ! Vous passez votre temps à râler que rien ne change, et quand ça change, vous gueulez que ça sera plus comme avant ! ”, il lui est rétorqué tout de go “Eh ben, quoi ? On veut le changement dans la continuité, c’est notre droit. ” Sans commentaire…
Lupano et Cauuet nous offrent là encore un beau portrait de notre société rurale contemporaine, attachant et caustique à souhait. La protection des zones rurales, la croissance capitaliste, la peur des migrants, le désert médical… sont abordés avec un réalisme non dénué d’humour. La tendresse est aussi toujours au rendez-vous.
 

À une époque où les centenaires se font de plus en plus nombreux, nous souhaitons longue vie aux Vieux Fourneaux et de nombreux épisodes à venir. Et puis, bonne nouvelle, une adaptation cinématographique est annoncée pour bientôt avec Pierre Richard, Eddy Mitchell et Roland Giraud dans les rôles des trois lascars. Hip hip hip !

Isabelle Fauvel

Les Vieux Fourneaux – Tome 4 “La Magicienne” Edition Dargaud 11,99€

L’intégrale des Vieux Fourneaux sur Les Soirées de Paris

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans BD. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *