Des perles et des couleurs

Alors que le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne fête aujourd’hui ses trente ans par une troisième exposition personnelle consacrée à l’enfant du pays Jean-Michel Othoniel, avec des œuvres à la tonalité apparemment plutôt sombre, revenons à ce qui a fait la renommée de l’artiste plasticien auprès du public, à savoir ses installations et sculptures en perles de verre colorées. Les Parisiens ont ainsi la chance d’en avoir une pérenne à demeure.

 Si, à Paris, prendre le métro est en soi une expérience peu palpitante, il n’est cependant pas déplaisant d’emprunter une belle bouche de métro, une élégante entrée du “chemin de fer métropolitain”. Ainsi quelques rares stations Art nouveau, reconnaissables d’emblée à leur édicule Guimard, peuvent-elles encore aujourd’hui être admirées, comme Porte Dauphine ou Place des Abbesses. Pour célébrer le centenaire de la naissance du métro parisien, en cet an 2000 si festif, Jean-Michel Othoniel se surpassa en revisitant entièrement la station Palais-Royal Musée du Louvre jusqu’à en faire une œuvre d’art à part entière : Le Kiosque des Noctambules. Depuis, la Place Colette, sur laquelle s’élève la majestueuse Comédie-Française, peut s’enorgueillir d’une bouche de métro tout en couleurs. “Il est grand temps de rallumer les étoiles.” avait proclamé le poète Apollinaire.

Constitué de grosses perles de verre coloré de Murano, insérées dans une structure en aluminium, Le Kiosque des Noctambules est très emblématique du travail de Jean-Michel Othoniel qui, après avoir exploré à ses débuts le souffre et la cire, s’est tourné vers ce matériau translucide dès 1993. L’installation représente deux coupoles. La première, qui surplombe l’entrée de l’escalier, est formée de perles aux tons chauds (jaunes, blancs et rouges) et représente le jour. La seconde, dans des tons plus froids (bleus, blancs, jaunes et violets), elle, désigne la nuit. Chacune des coupoles est surmontée d’un petit personnage lui aussi en verre. L’œuvre se prolonge dans les couloirs du métro avec, sur les côtés, deux petites vitrines circulaires, telles des hublots, présentant en leur intérieur un collier de grosses perles.

L’artiste ayant tenu à ce que chaque perle soit unique, la réalisation du Kiosque des Noctambules a nécessité la fabrication de plus de mille sphères et cabochons. Les éléments ont été dessinés et conçus dans les ateliers du CIRVA avant que les verriers de Salviati ne s’attèlent à la production proprement dite. Collaborant depuis des années avec les meilleurs artisans de Murano, Jean-Michel Othoniel n’a de cesse d’explorer cette matière aux propriétés délicates et poétiques qui devint dès lors sa signature. Ainsi retrouve-t-on ce côté chaleureux, gai et festif dans nombre de ses œuvres, qu’il s’agisse d’expositions personnelles ou de commandes publiques, telles Les Belles Danses (Château de Versailles, Mai 2015), Le Trésor de la cathédrale d’Angoulême (Cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, Septembre 2016), Le Cortège endormi (Eglise Notre-Dame-de-l’Assomption – Valloire, Février – Mars 2017) ou encore La Grotta Azzurra présentée l’an passé dans l’exposition “Jardins” au Grand Palais.

Tout à la fois œuvre architecturale et sculpture monumentale, Le Kiosque des Noctambules est un peu comme un rêve qui prendrait forme. “Le beau permet de s’élever, le merveilleux nous mène à une certaine forme de spiritualité” confie Jean-Michel Othoniel pour qui “réenchanter la vie est un acte poétique et politique”. Œuvre minérale à la fragilité apparente, l’enchevêtrement de perles de couleurs et les rambardes ajourées donnent à cette installation des airs de fête, d’arbre de Noël enchanté. La nuit venue, elle scintille de ses mille feux pour le plaisir des noctambules à qui elle est dédiée et des amis de “La Maison de Molière”, comme est communément appelée la Comédie-Française, lorsqu’ils s’en vont à la fin de la représentation. Molière est bien évidemment aux premières loges. Lui qui conçut de nombreux spectacles pour le jeune Louis XIV et sa cour et collabora aux fêtes des plaisirs de l’île enchantée à Versailles n’aurait certes pas désavoué cette profusion de couleurs.

Isabelle Fauvel

Site de l’artiste Jean-Michel Othoniel
Exposition Musée d’art moderne et contemporain Saint-Etienne Métropole du 26 mai au 16 septembre 2018 : Jean-Michel Othoniel, Face à l’obscurité

 

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *