Des gaufres Meert au coeur de Paris

Pour goûter une gaufre de chez Méert, il y a deux écoles. Et depuis près de trois mois il y a deux endroits. L’école orthodoxe d’abord, recommandée par la maison lilloise : la gaufre doit se déguster à la température de la pièce. Mais il y a de vieux amateurs, dont fait partie l’auteur de ces lignes, qui ont choisi de la déguster rafraîchie au réfrigérateur. C’est une méthode savante et recommandable. L’attaque gustative est comme le début d’un baiser. Et puis au fur et mesure qu’elle se réchauffe entre le palais et la langue, la gaufre libère tous ses parfums tandis que les dents écrasent délicatement sa texture consentante. Une merveille.

Depuis près de trois mois donc, Méert s’est installé à Paris au 16 rue Elzévir (derrière le musée Picasso, métro Saint-Paul) alors que cela fait depuis 1761 que le confiseur et salon de thé régale les lillois et clients de passage dans la petite rue Esquermoise à deux pas de la grand place. En superficie la boutique parisienne est bien plus modeste que la maison mère. On ne peut qu’y acheter, il n’y pas de place prévue pour s’asseoir autour d’un thé. Mais c’est quand même un progrès (1).

Il y avait depuis longtemps des allers et retours Paris Lille dont l’objet officiel ou secret était bien d’aller se ravitailler en gaufres. Des voyageurs en ramènent pour eux-mêmes ou sont mandatés par leur famille pour le faire. Une fois dans le frigo familial, le niveau de la pile est surveillé de près et le décomptage matinal peut éveiller des soupçons dans les familles les plus unies.

Ceux qui ont connu depuis longtemps la gaufre à la vanille n’iront pas voir les autres variantes désormais proposées. La déception est possible pour les vétérans, notamment avec la gaufre aux spéculoos, a priori tentante, mais dans laquelle le surdosage en sucre nuit à la dégustation. Non la vraie fête, la vraie formule qui a fait ses preuves, c’est la gaufre à la vanille de Madagascar. S’il n’en reste qu’une dans le paquet et, en admettant que votre conjoint vous la cède, considérez ce geste comme une authentique preuve d’amour sacrificiel.

PHB

Méert, le site officiel

(1) Mise à jour: depuis la rédaction de cet article, un second endroit parisien s’est ouvert au 3 rue Jacques Callot dans le 6e arrondissement

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Gourmandises, Histoire, Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Des gaufres Meert au coeur de Paris

  1. catherine dit :

    excellent, on salive rien qu’à la lecture!

    • GIRERD Maryse dit :

      Oui, rien qu’à la lecture. Le plaisir est double, celui de saliver, et celui de lire ces lignes de critique culinaire, qui sont un vrai plaisir à elles toutes seules, les deux étant entremêlés, un régal!

  2. Agathe dit :

    Les gaufres Meert ont toujours été un délice. Reste à voir si les gaufres Parisiennes sont à la hauteur des gaufres originales Lilloises!

  3. Witt dit :

    Et avec un soupçon de crème chantilly….là je meurs

  4. Juliette Delaporte dit :

    Oui, il n’est pas de plus grande preuve d’amour que de céder sa gaufre Meert à un autre. Seule une mère sacrificielle peut le faire sans sourciller. Ne plus se demander qui pourrait cacher un cadavre pour vous, mais considérer qui pourrait abandonner sa gaufre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *