Les princesses nues du guetteur mélancolique

Il se trouve que Guillaume Apollinaire a écrit un poème titré « printemps » dont les Soirées de Paris, la revue dont il est à l’origine, a le plaisir de vous présenter un extrait.

« Et toi mon coeur pourquoi bats-tu, écrivait-il, comme un guetteur mélancolique, j’observe la nuit et la mort. »

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Apollinaire, Poésie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *