Rembrandt et la figure du Christ, passionnant mais déroutant

Se retrouver  face à sept  portraits de Jésus représenté sous l’apparence d’un seul et même individu,   de face, de profil  ou de trois-quarts, tantôt recueilli les mains jointes, tantôt pensif tête baissée,  tantôt  étonné bouche ouverte,  a  quelque chose de déstabilisant. De dérangeant même… Certes, le Verbe s’est fait chair (et Dieu s’est fait homme) mais le Christ perd ici en mystère ce qu’il gagne en familiarité charnelle…

On doit à Rembrandt  (et à son école) cette «série» de «Têtes du Christ», des huiles sur panneaux de dimensions quasi identiques,  regroupées dans  la dernière salle d’exposition que Le Louvre consacre au thème « Rembrandt et la figure du Christ ».  Elles ont été inspirées par un seul modèle, un jeune barbu dont le doux visage triangulaire encadré de longs cheveux bruns séparés en leur milieu par une raie. Dans la salle, son visage apparaît comme être réfléchi par des  miroirs.

On sait que, vers 1640, le peintre néerlandais, rompant avec la tradition chrétienne, voulut se démarquer de la représentation stéréotypée de Jésus  pour  lui substituer une image novatrice,  plus proche de la réalité. C’est  pour peindre sur le vif, d’après nature, et par souci de véracité historique qu’il aurait fait poser un jeune membre de la communauté juive d’Amsterdam qui servit de modèle à tout son atelier. D’où la difficulté d’attribuer certaines œuvres au maître ou à ses élèves. 

L’exposition oppose  (à nos yeux un peu trop schématiquement)  « les » Christ en croix de Pontius-Rubens, de Jan Levens et de Jacob Backer (corps glorieux, musculeux, voire sensuels),  à  celui de Rembrandt, traits grossiers et dépouille misérable. On s’attardera plutôt sur  cette toile célèbre du Maître, qui frappe par son audace. Elle représente le Christ en parfait contre-jour.  Pour son «Souper d’Emmaüs», l’artiste eut en effet recours à une chandelle cachée pour délimiter -en ombre chinoise- la silhouette du Christ  assis de profil.  Peint en 1629, alors que l’artiste n’a que 23 ans, ce tableau de taille modeste saisit d’entrée le visiteur.   

L’exposition rend d’un bout à l’autre hommage au talent du peintre flamand qui, d’un coup de pinceau, de plume ou de crayon, immortalise la diversité des émotions éprouvées par  les personnes auxquelles Jésus s’adresse : disciples, pèlerins, Madeleine, Marthe et Marie… Sa toile intitulée «L’incrédulité de St-Thomas» exprime l’éblouissement de l’apôtre auquel  le Christ fait face, tandis qu’à ses côtés, un homme chauve se montre curieux, une femme étonnée. Toute une palette de sentiments exprimés  sur une seule toile !

Jusqu’au 18 juillet

Rembrandt, Le Christ se révélant aux pèlerins d’Emmaüs, huile sur toile, Paris, musée du Louvre, Inv. 1739/© 2010 Musée du Louvre : Philippe Fuzeau

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Exposition. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *