Paul Jacoulet se donne à la BnF

Il y aurait un petit doute sur la date de naissance réelle de Paul Jacoulet, cet artiste français disparu en 1960 et connu pour ses ukiyo-e, soit des estampes inspirées des techniques japonaises. Sa notice biographique sur Wikipédia précise en effet qu’il se serait attribué opportunément la date de naissance de son frère mort-né en 1904 afin d’échapper à la Première guerre mondiale. Une façon d’éviter une boucherie avérée dont on ne saurait le blâmer.

C’est peut-être grâce à cet évitement que l’on doit à cet homme la production tout en délicatesse gravée qui est présentée à la BnF François-Mitterrand depuis le 5 juillet et jusqu’au 4 septembre. Issues d’une donation, les estampes de Paul Jacoulet procurent à celui qui les regarde un effet apaisant comme une bruine estivale.

Les graines de camélia, Oshima, Izu Paul Jacoulet © ADAGP, 2011 BnF, dpt des Estampes et de la photographie

Nulle commotion n’est à attendre de ses œuvres tant ce type de production est éloigné de ce genre d’objectif. C’est beau, c’est agréable à regarder, sans que la simplicité de ces deux qualificatifs ne soit en rien réductrice. Le talent de Paul Jacoulet nous fait comprendre par comparaison combien peut être un brin fatigant le génie certifié des autres.

Cette donation est un beau cadeau. Visible à la galerie des donateurs elle rassemble 70 estampes en couleur, des dessins et des matrices en bois. Il s’agit essentiellement de portraits de japonais, de coréens et de micronésiens avec une mention spéciale pour les micronésiennes. S’y ajoutent des œuvres inspirées de la Chine à partir de photographies ou de spectacles donnés à Tokyo.

L’exposition sur le site de la BnF

La notice Wikipédia

Paul Jacoulet dans son atelier en 1923 Collection particulière

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Exposition. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Paul Jacoulet se donne à la BnF

  1. Ping : Paul Jacoulet, l’inconnu, flottant sur un monde inconnu | Les Soirées de Paris

Les commentaires sont fermés.