Mollard soigne ses commensaux

Il est bon d’aller déjeuner chez Mollard, la brasserie Art Nouveau, inaugurée en 1895. Son décor tout en verre et mosaïque, signé Edouard-Jean Niermans l’architecte du Negresco à Nice, est des plus reposants face à l’agitation de la Gare Saint-Lazare juste en face. Un lieu que n’a sûrement pas manqué de fréquenter Guillaume Apollinaire lorsqu’il attendait le train pour le Vésinet où habitait sa comtesse (le titre n’est pas avéré) de mère.

Ce lundi 11 juillet, sans préjuger des autres jours, c’était en tout cas le sans faute, du service jusqu’à l’assiette en porcelaine de Limoges. Le filet de bar avec ses deux sauces de part et d’autre était un modèle d’équilibre et de goût, entouré de rates parfaitement cuites. Le cabillaud choisi par ma convive méritait les mêmes compliments avec une ratatouille particulièrement fine et une texture qui exprimait toutes les nuances possibles de chaque légume.

Les deux desserts retenus nous ont confirmé dans l’impression de savoir-faire de ce qu’il convient d’appeler une institution parisienne. D’une part un gratin de fruits frais qui émergeait d’un sabayon singulièrement tendre et goûteux et, d’autre part, un baba au rhum à l’assemblage classique mais efficace, réservé aux mangeurs de caractère.

Avec une Badoit et deux cafés, l’addition se montait à 83 euros, une valeur toute relative tant l’impression d’avoir passé un bon moment s’est prolongée bien au-delà du repas. Le coup de chapeau est mérité.

Ouvert tous les jours, toute l’année/Service continu de 12h00 à 00h30
115 rue Saint-Lazare 75008 Paris/Informations : +33 (0)1 43 87 55 62
Réservations : +33 (0)1 43 87 50 22
Email: espace.clients@mollard.fr

www.mollard.fr

PS: Entre 1905 et 1907, c’est chez Mollard qu’Apollinaire retrouvait son ami René Dalize.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Gourmandises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Mollard soigne ses commensaux

  1. Ping : Bons baisers de Saint-Lazare | Les Soirées de Paris

Les commentaires sont fermés.