Lectures d’été à contresens de la rentrée littéraire

C’est la rentrée littéraire ! Mais ce sont plutôt des lectures d’été que j’ai envie de partager, celles que l’on emporte sur la plage ou dans un transat sous les pommiers… Loin de la livraison de rentrée, quatre  livres, pour les 4 points cardinaux et pour un supplément de voyage.

 «Mille jours en Toscane» (chez Mercure de France) au nom joliment évocateur de langoureuses vacances italiennes, est arrivé comme un beau fruit mûr sur les étals avant l’été. L’auteur américaine, Marlena de Blasi a tout laissé tomber pour vivre d’abord à Venise, puis en Toscane à la suite d’un coup de foudre avec un employé de banque italien. C’est le récit au jour le jour de sa vie, de son amour fou pour son bel étranger autant que pour l’Italie et le village de San Casciano, gros comme un pois chiche, où l’on vous reçoit avec des beignets de fleurs de courgettes….

Parce qu’elle a le goût des portraits en couleurs, le sens des situations piquantes, et un immense talent culinaire, Marlena de Blasi écrit comme elle fait les gâteaux , avec une gourmandise exquise. A chaque fin de chapitre, elle donne ses recettes colorées, après avoir confié ses  rencontres savoureuses sur les marchés et les chemins de Toscane, mais aussi ses  rires et ses larmes nées d’amitiés somptueuses.  «Ma perché i tuoi piatti sono sempre dolce salati ?» lui demande un voisin un soir (pourquoi vos plats sont ils toujours sucrés-salés ?). «Parce que pour moi, la vie a ce goût-là» lui répond-elle…  A dévorer comme un pain croustillant…

A l’opposé, âpre et violent, «Purge» de la finlandaise Sofi Oksanen, paru en 2010 chez Stock, et Prix Femina Etranger, vous précipite au Nord. Avec une écriture précise comme un scalpel, Sofi Oksanen qu’on imagine en Gorgone punk funeste, vous plonge dans une Estonie de cauchemar où deux femmes, enfermées dans un huis clos intense, tentent de sauver leur peau. L’une, Zara, la plus jeune, a atterri un beau jour pour s’y cacher, dans la cuisine de l’autre, Aliide vieille et ridée. Ensemble elles s’approchent lentement de leurs vérités bâillonnées, qui ont meurtri leurs corps, et vont croiser leurs destins… On sort de là, assommé comme par un coup de vodka.

Sam Shepard est à l’affiche d’un de plus  films les plus attendus de la rentrée « Blackthorn» où il joue  Butch Cassidy dans un western onirique de Mateo Gil.  Profitez donc de la rencontre avec le vieux «Butch» au cinéma, pour aller visiter les livres trop rares du génial Sam, auteur méconnu, scénariste de « Paris Texas». Commencez doucement, par  exemple avec ces nouvelles parues en «10/18», «A mi-chemin», mes préférées. Faites un saut dans le temps avec le «guérisseur», la première nouvelle de ce recueil pour voir comment on manœuvre un «hongre»  avec doigté dans  l’Ouest américain, le vrai…

Et pour tous ceux qui n’ont jamais lu Amélie Nothomb, avant de vous précipiter sur le dernier de ses romans, qui  tombent tous les ans comme les feuilles à la rentrée, découvrez d’abord «Stupeurs et tremblements». Un premier roman irrésistible pour revisiter le pays du Soleil Levant à travers les yeux d’une jeune stagiaire ingénue.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *