Les prochaines récidives de Tristan Félix

Voilà deux rendez-vous que Les Soirées de Paris recommandent les yeux fermés à ses lecteurs, s’agissant de Tristan Félix, personnage à multiples facettes dont nous nous sommes déjà fait l’écho à deux reprises. Nous diffusons son programme.

Le 5 novembre 2011 à 20 h, au Grand Parquet : présentation pour la 2è fois (la 1ère eut lieu en décembre 2009 à la Halle Saint-Pierre) des créations de L’Usine à Muses, collectif pour la promotion des arts vifs et de la poésie.

1) 30 mn avec les marionnettes polyglottes, tendres et sauvages du Petit Théâtre des Pendus, créées et animées par Tristan Felix et mises en musique par Laurent Noël.

2) Je te plumerai,  un court-métrage d’animation sur une étrange expérience de double portrait médiumnique à deux plumes simultanées (avec Tristan Felix et une adolescente, Gabrielle Breton-Peslier).  Réalisation nicAmy, musique Laurent Noël.

3) 30 mn de clown trash et poétique avec Gove de Crustace (clone de Tristan Felix).

Le tout à 10€ ou 5€ pour les chômeurs et les enfants.

Le 19 novembre 2011, à 19h30 : à la Librairie/galerie Le Monte-en-L’air, lieu alternatif, punk, mot-dit, très dynamique et équipé pour des soirées de choc. BESTE-OFF de La Passe, une revue des Langues Poétiques (éditée par Tristan, Félix), pour fêter ses 7 ans et ses 13 numéros. Au programme, un choix de lectures et prouesses poétiques, écrites, visuelles et sonores; l’intervention de marionnettes et de créatures inquiétantes ou farcesques et la clown Gove de Crustace, en chair et en os, mais aussi en vidéo (projection de “crash-clown”, mini-métrages). L’Usine à Muses sera donc aussi de la partie, toujours à débusquer et bousculer la poésie. Interprètes: les poètes Philippe Blondeau, Aurore Dourthe, Maurice Mourier, Tristan Felix, et le musicien Laurent Noël.

Rétribution au chapeau.

Un article des Soirées de Paris sur l’un de ses précédents spectacles.

Un autre sur l’avant-dernier numéro de la Passe.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Poésie, Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *