Sempé, poil au nez

Enfances. Cet album contient d’une part une riche collection de dessins et de l’autre, un entretien entre l’auteur et Marc Lecarpentier. L’harmonie entre le trait et la parole est parfaite. La délicatesse du dessin se retrouve dans le récit autobiographique de l’auteur. Son humour en demi-teinte, sa mélancolie toute de tendresse et optimiste, sont présents dans l’une et l’autre partie du livre.

Son regard sur une enfance difficile et proche du drame est évoquée avec pudeur, simplicité et sans hargne. On est aux antipodes du célèbre «familles, je vous hais».

Le petit Nicolas et Jean-Jacques Sempé sur le "mur" de Google images.Photo: Les Soirées de Paris.

Mieux, l’enfance est souvent évoquée et revendiquée dans le comportement de l’auteur. En témoigne une histoire qu’il raconte. Il s’agit d’une invitation solennelle de Jean-Jacques Servan-Schreiber à ses collaborateurs à la fin d’une conférence de rédaction de l’Express. Sempé y assistait. Après que le directeur eût conclu «et maintenant allons déjeuner», Sempé a répondu «poil au nez». Certes, c’est un peu infantile, mais pas plus que l’inconsciente solennité du discours du chef.

De la même manière ses personnages souvent minuscules par rapport à un décor qui emplit toute la page assument avec une bonne humeur résignée un destin souvent écrasant. On songe à Tati ou à Etaix voire à Chaplin.

Quel plaisir comparé au déluge de vulgarité et de grossièreté dont les «amuseurs» de la télévision nous accablent.

Enfances de Jean-Jacques Sempé Denoël-Martine Gossieaux 300 pages 42 euros.

Une fiche Wikipédia sur Sempé.

L’exposition Sempé à l’Hôtel de Ville racontée par Martine Esquirou pour Les Soirées de Paris.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *