Le « Gospel Dream » en concert à Paris, l’Alléluia couleur lilas

Une houle d’aubes  mauves  vient se placer à l’orée  du  chœur de l’église. Elles sont neuf. Neuf longues robes de communion couleur lilas à envelopper des choristes originaires d’Afrique, des USA et d’Outre-mer. Trois hommes et six femmes qu’accompagnent un pianiste et un saxophoniste ténor.

On peine à imaginer que de si modestes moyens puissent emplir et, mieux, faire vibrer l’immense volume de la cathédrale américaine de l’avenue George V à Paris…  Et pourtant dès les premières notes, surtout si vous êtes bien placés, un frisson vous parcourt l’échine.

Pendant une heure et demie, « Gospel Dream »,  l’ensemble mixte et cosmopolite de chanteurs noirs créé en 1990 par le révérend congolais Michel M’Passy  imprime à l’édifice religieux (bondé) son rythme. Il lui insuffle sa joie de vivre sous la maîtrise d’une jeune et efficace chef de chœur. C’est elle qui imprime aux voix le mouvement et l’ampleur, elle qui d’un simple et sec claquement de doigt  accélère ou ralentit l’allure, fait monter ou redescendre les décibels.  L’âme est prise de vertige.

Des robes couleur lilas. Capture d'écran à partir du site web de Gospel Dream.

Portés par l’expression d’une foi revendiquée, les chants authentiques américains alternent avec  les mélopées africaines en chawali, aisément  identifiables. L’hymne de l’Afrique du Sud est  entonné par le groupe avec une ferveur particulière, saxophoniste compris. A l’ultime mélopée chantée (« O Happy day ! »), on a  préféré celle qui l’a immédiatement précédée,  et qui s’achevait par un « Amen »  si bouleversant  qu’on crut y  percevoir la blue note… L’improvisation étant la règle dans le gospel,  cet ordre n’a rien d’établi.  

Gospel Dream  fonctionne comme une famille. Il met donc chaque choriste à  l’honneur (sauf une, trop nouvellement entrée ?), ce qui permet d’individualiser les voix, du baryton à la soprano. On n’a pu qu’être ébloui  par la puissance et la ferveur  qui se dégageait du mince et fragile buste et  de ce visage encadré de fausses tresses…  Son souffle vient de loin. Et quand la chef de chœur s’élança  – seule ! – au milieu de la nef pour entonner  a capella un nouvel air, on retint son souffle. Il fallait oser.

On se retient aussi (en fait pas très  longtemps…) de claquer des mains, de se lever et de se balancer à leur rythme.  L’assistance est d’abord réservée. Mais la musique est  entraînante, l’exubérance des chanteurs  communicative, leur interpellation irrésistible, leur gentillesse entreprenante. Qu’il soit croyant  ou païen, chaque participant qui garde en mémoire les horreurs de la violence raciale ne peut décliner l’invitation souriante à serrer  la main à son voisin au nom de l’échange, du partage… Hommage  collectif à la souffrance des noirs du temps de l’esclavage puis de la ségrégation raciale (God signifie Dieu, et  spell langage), le gospel  a pour lointains ancêtres les Negros Spirituals, ces chants individuels faits de répétitions que les esclaves fredonnaient sur leur lieu de travail pour se donner du courage  à l’ouvrage. 

En écoutant Gospel Dream, on ne décèle ni  haine, ni invective. Ni même d’exaltation exacerbée comme on peut parfois le ressentir dans certaines églises de Harlem. Ici, l’Alléluia a la couleur des bons sentiments.

Le concert est  payant. A relativement peu de frais,  cette sympathique chorale fait  passer un agréable  moment et  instille dans les cœurs une belle dose d’optimisme. Réjouissant en ces temps d’animosité et de crise.

Concerts (à 20 h 30) les 1er mars et le 9 avril prochain en l’Eglise Saint-Germain-des-Prés, le 3 mars à la Cathédrale Américaine, le 10 mars à l’Eglise Saint-Roch.

S’il vaut mieux vaut réserver (01 43 14 08 10), les tickets sont disponibles à l’entrée du concert, le jour même de la prestation.

En savoir plus.

Aperçu vidéo.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Musique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *