On vous attend à Kiruna

Il en est de certains films comme de certains vins dont on dit qu’ils sont (presque) parfaitement équilibrés. Glané au hasard des bacs à DVD réunissant les sorties récentes, on choisira d’abord « Rendez-vous à Kiruna » non pas pour sa couverture sans attrait mais pour Daroussin, si rarement décevant. Dans ce film il joue le rôle d’un architecte parisien qui réussit autant qu’il est grincheux. Il est un jour appelé par la police suédoise pour reconnaître à la morgue, un fils mort noyé qu’il n’a jamais connu.

Psychologiquement lorsque l’on insère un DVD de ce type, si peu vendeur,  avec des noms d’acteurs suédois assez logiquement inconnus, on prépare d’emblée un plan B. En l’occurrence, ce sera inutile. Les vues autoroutières tout comme les paysages suédois un brin monotones forment paradoxalement un cadre qui ne nous ennuie jamais et nous distrait sans pause. Contexte auquel s’ajoute une histoire assez finement bâtie en cela qu’elle évite les facilités du genre road-movie que l’on pourrait craindre.

Paysage suédois sans « Rendez-vous à Kiruna ». Photo (d’écran): Les Soirées de Paris

En outre la sobriété des dialogues n’a d’égale que la justesse des échanges. Quand on vient d’une de ces séries télévisées scénarisées jusqu’à la saturation ou chaque saillie fait mouche toutes les trente secondes, aller au rendez-vous de Kiruna en compagnie d’Anna Novion (la réalisatrice) et de Jean-Pierre Daroussin a quelque chose d’étrange, esthétique et au final assez rafraîchissant.

Le personnage interprété par Daroussin est désagréable, coriace, assez étanche aux emmerdeurs. Les aléas de ce voyage impromptu rendront par endroits perméable cette cuirasse. Un auto-stoppeur, une serveuse, un biker, un flic et même un élan avec ses grands bois comme des antennes paraboliques, croisent tour à tour sa route, provoquant ici sa sympathie, réveillant ailleurs sa capacité d’étonnement.

Avec ce rendez-vous septentrional, l‘esprit s’échappe sous des latitudes un peu fraîches. On essaiera cependant de faire abstraction de la voiture fournie par BMW, celle qui véhicule toute l’histoire, passagers et paysages. Au contraire du briquet Zippo qui n’apparaît que quelques secondes dans Pulp Fiction, dans «Rendez-vous à Kiruna» et certes pour les besoins de la cause, cette Béhème omniprésente sert un peu trop l’enseigne de luxe allemande.

Cette présence de la marque automobile à l’écran est heureusement pondérée par le talent de de l’ensemble des acteurs et par la joliesse des paysages suédois dont la simplicité plane valorise par contre-pied tous les reliefs de cette histoire réussie.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Cinéma. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à On vous attend à Kiruna

  1. Bruno Sillard dit :

    « Rendez-vous à Kiruna » est un film franco-suédois. C’est la trilogie suédoise Millenium avec le triomphe mondial des bouquins et aussi les succès de l’adaptation ciné, l’une suédoise, l’autre américaine (avec Daniel Craig), qui a bouleversé la carte du thriller mondial, la Suède remontant dans le palmarès de tête du genre. On a vu passer en France à la télévision « l’inspecteur Wallander », également même si le genre se rapproche aussi de la SF, la géniale série TV « Real Human ». Les pays voisins ne sont pas épargnés, mais on savait déjà que la Scandinavie n’est pas si tranquille que ça !

  2. Philippe Bonnet dit :

    Merci pour ces précisions cher ami. PHB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *