Déconnexion heureuse aux Tuileries

"Au coeur de la cellule organique". Photo: MPSCe week end, direction le jardin des Tuileries pour un petit voyage champêtre et délicieusement régressif. Le salon « Jardins Jardin » nous entraîne dans les rêveries enchantées de paysagistes de talent qui ont imaginé, créé et composé des jardins éphémères qui dureront le temps que durent les roses, qui est aussi celui des quelques jours de la manifestation. 

Suivez le guide: rendez vous dans la  « cellule organique »  (ci-dessus) des Jardins de Gally en forme de cellule végétale. Dans son cœur, le noyau est préservé de tout contact extérieur et c’est lui qui contient le précieux ADN. Pénétrez dans un cocon de bottes de paille habillées de plantes aromatiques et potagères qui constituent le cytoplasme, le lieu d’échanges vers l’extérieur. C’est là que se fait la photosynthèse qui donne la couleur verte aux feuilles.

Puis laissez vous entraîner dans la Canopée de Christian Fournet pour les pépinières Lappen. Elle nous offre un paysage de collines fleuries et d’alcôves végétales tout en douceur et en poésie, un hommage au dessinateur Miyazaki et à son approche poétique du monde.

le jardin de femmes de Valentine de Guillebon et Sophie Savoie. Photo: MPS

Photo: MPS

Un peu plus loin, Valentine de Guillebon et Sophie Savoie (pour Prisma Presse) ont choisi de parler à notre cerveau reptilien en sollicitant notre odorat: dans leur composition qui se veut un jardin de femmes  (ci-contre), les « helichrysums » diffusent leur parfum délicat et embaument. L’air est délicatement parfumé.

Et pour que votre rêve devienne enfin réalité, les cabanes de « Copacabanon » réinventent la cabane en bois : des cabanes dessinées et conçues par Nelson Wilmotte, architecte et réalisées avec du bois de nos forêts françaises du haut Jura. Une gamme livrée en kit  et complètement modulable avec  des variantes, des tailles, des modèles et des finitions différentes. Séchez vos larmes, Ils ont votre cabane, celle que vous attendiez depuis si longtemps. Elle est au jardin des Tuileries et a portée de clic….de souris.

Marie-Pierre Sensey

 

Le "Copacabanon", photo: MP Sensey

Copacabanon, photo: MPS

« Jardins Jardin » jusqu’au dimanche 5 juin
www.lesjardinsdegally.com
www.c-fournet.com
www.lappen.de
www.paysa3.com
www.copacabanon.com

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Jardins. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Déconnexion heureuse aux Tuileries

  1. mais comment toutes ces plantes échappent-elles aux pluies diluviennes?
    attention de ne pas vous noyer dans la Seine….

  2. de FOS dit :

    Zut alors, j’ai raté l’évènement, pourtant proche ! Merci pour ce rattrapage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *