Gaspard et la vie de famille

Pour plaire à sa sœur Coline, Félix a conçu un jeu. À l’aide d’un feutre il lui a tracé sur le dos un tableau avec des cases. Comme pour une partie de bataille navale, il a mis des chiffres sur les côtés. Et lorsque Coline dit « D4 », il sait qu’il doit lui gratter la case correspondante. Depuis qu’il est petit Félix invente des choses. Comme le moyen de retrouver un bouchon de mousseux en lui greffant un petit parachute rouge qui se déploie après l’ouverture. « Gaspard va au mariage » est un film aux séquences pour le moins imprévisibles.

Ce serait dommage de tout révéler ici tellement cette histoire signée Antony Cordier nous emmène sur un parcours original. Le producteur et la distribution ont eu un certain mérite à flairer dans ce scénario les germes d’une réussite incontestable. Curieusement et pour une fois, la bande-annonce est assez fidèle au résultat. Un avant-goût d’un mets qui se révèle exquis. Il n’y pas dans « Gaspard va au mariage » tous ces procédés qui font habituellement la mécanique d’un film pour le rendre efficace. Et pourtant il l’est. Mais ce sont la poésie, la facétie, l’humour un brin barré et des mises en scène étonnantes qui font que l’on ne s’ennuie pas. Mieux c’est tout comme si ce conte bienvenu nous absorbait dans l’intrigue.

Gaspard est dans un train pour Limoges. Dans la campagne environnant la capitale de la porcelaine, son père dirige un zoo avec sa compagne, son fils et sa fille. Il ne manque plus que le troisième frère: Gaspard. Lequel sur sa route rencontre une jeune femme qui elle, va à Biarritz. Comme le déplacement de Gaspard est motivé par le mariage de son père, il propose à Laura l’inconnue de se joindre à lui pour faire comme s’il formait un couple. Mais on l’a dit, rien ne va se passer comme prévu dans cette histoire cousue de fil kaki.

Et nous n’en dirons pas beaucoup plus pour préserver les effets de surprise. Si ce n’est que la vie familiale, même déjantée, est ici à l’honneur. Coline qui se prend un peu pour un ours est, sans trop l’admettre, amoureuse de son grand frère. Mais dans ce huis-clos rural, les sentiments se propagent le long de circuits compliqués, aux issues incertaines. On compte quelques images marquantes comme ce père qui plonge nu dans un aquarium afin de se faire soigner son eczéma par des petits poissons affamés de peaux mortes. Juste avant de voir le frère et la sœur qui sans trop de gêne, prennent leur bain ensemble avant d’aborder sans périphrases inutiles, la vaste actualité des choses de la vie.

Comme un livre, le film est divisé en plusieurs chapitres et se conclut (joliment) par un épilogue en forme de boucle bouclée. Avec une voix qui dit peu avant le générique final qu’une des choses les plus difficiles dans la vie est de trouver quelqu’un que l’on aime plus que sa famille. Si « Gaspard va au mariage » ne peut que réjouir, les spectateurs les plus blasés devront mettre leur cynisme entre parenthèses ou faire semblant à la sortie de ne pas avoir été touchés.

 

PHB

(1) La bande-annonce sur Allo Ciné

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Cinéma. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Gaspard et la vie de famille

  1. de FOS dit :

    Un mariage auquel j’ai bien envie de m’inviter !.

  2. Desailly dit :

    Salut Philippe,
    voilà une belle histoire de dos! Suite à nos derniers échanges. Je garde l’idée de côté. À suivre. Un film à voir sans aucun doute. Merci. Denis

  3. Bouton dit :

    J’avais envie de le voir mais là c’est encore plus vrai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *