Un président se pose à Sein

Le phare de l'île de Sein. Photo: Les Soirées de ParisLe secret a été éventé en quelques minutes. Il faut dire que sur l’île de Sein, ce n’est pas l’air qui manque. Chaque Sénan savait bien que François Hollande allait faire étape aujourd’hui sur le micro-archipel consacré Compagnon de la Libération, mais il n’était pas prévu que le président de la république déjeunât (aujourd’hui) au restaurant l’Ar-Men, point gastronomique local. A l’improviste Les Soirées de Paris ont donc testé l’auberge.

Quand un président se déplace, même sur un espace aussi innocent que Sein, il y a des repérages et des actions préalables. Le plus étonnant, a été la tonte de la lande tout autour du mémorial de la Libération, à une centaine de mètres de la piste qui accueille l’hélicoptère. Le terrain n’est guère habitué à des prévenances davantage faites pour un jardin dessiné par Le Nôtre. La faucheuse ce lundi 18 août était moins insolite que la tondeuse sur ce dénivelé sénan si particulier que son terrain de foot détient la rare particularité de dribbler tout seul.

Une semaine pile avant le 25 août deux hélicoptères ont déposé, en plus d’un ou deux préfets, quelques cadres de l’Elysée qui se sont sans doute vite adaptés sur cette île sans voiture dont on peut faire le tour à pied en une heure. Le minutage de la visite a été remis aux édiles locaux et dans ce minutage donc, figurait un repas à l’Ar-Men, « le dernier -restaurant- avant l’Amérique » peut-on lire sur la carte, vu la position très avancée de Sein sur l’Atlantique.

L'hôtel et restaurant l'Ar-Men sur l'île de Sein. Photo: Les Soirées de Paris

L’Ar-Men sur l’île de Sein. Photo: Les Soirées de Paris

Le secret n’a, on l’a dit, pas tenu longtemps et à l’Ar-Men, une semaine auparavant, on ne parlait déjà que de ça, tout en affectant une certaine distance à l’événement. Entre soixante et quatre vingt personnes étaient attendues pour un menu fixé à l’avance. Comme le faisait remarquer un jeune vacancier de neuf ans, « c’est bien la peine d’être président si on ne peut pas choisir ce qu’on mange ».

Le client de passage a plus de choix dans le cadre cependant unique du menu à vingt quatre euros. Crustacés, terrine de poissons, trio de poissons avec une généreuse sauce au beurre que l’on peut éponger avec du bon pain, à l’Ar-Men on sait soigner le client. Le sancerre était à la hauteur de sa réputation et les desserts (gâteau de crêpes, tarte aux raisins) bien goûteux comme à la maison. François Hollande pourra s’y consoler d’une croissance pour le moins atone.

Son regard ne pourra que se complaire de cette île à l’horizon éperdu où plusieurs saisons peuvent caractériser le climat dans une seule et même journée. Peut-être quelqu’un lui parlera-t-il aussi du funeste projet d’un industriel qui veut prélever dans le sol maritime sénan, plusieurs milliers de tonnes de sable à la seule fin pour le moins burlesque, de le faire avaler à des poules en batterie de façon à ce qu’elles pondent des œufs moins fragiles. A se pincer pour y croire mais le fait s’est déjà produit à l’archipel des Glénans.

Aujourd’hui 25 août, le président Hollande ne saura pas forcément qu’il déjeunera avec l’unique consul des Soirées de Paris après le périphérique, Ambroise Menou, qui est aussi et surtout le maire adjoint, le médecin, le pharmacien, pompier et président de la société de sauvetage. Peut-être qu’il en manque encore.

Aujourd’hui il faut un bateau pour se rendre sur l’île depuis Audierne alors qu’il fut un temps très lointain, une époque glaciaire bien reculée, où elle était gagnable à pied. C’est ainsi que l’on rejoint le restaurant l’Ar-Men. En prenant la route du phare qui mérite une ascension pour finalement embrasser Sein au propre comme au figuré.

Hôtel/restaurant Ar-Men/02 98 70 90 77/www.hotel-armen.net

PS: c’était le 1000e article des Soirées de Paris.

L'île de Sein vue du phare. Photo: Les Soirées de Paris

L’île de Sein vue du phare. Photo: Les Soirées de Paris

Print Friendly
Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Gourmandises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Un président se pose à Sein

  1. Jeanne Yvonne dit :

    A l’ Ar Men, les Fouquet’s pourront désormais ajouter sur la carte : « goûté par le Président » , en plus du « dernier resto avant l’Amérique » …peut être noteront-ils aussi : « approuvé par les Soirées de Paris » !!

    Quelle chance pour Mr Hollande d’être sur cette île en ce jour où tombe une si belle pluie, cela donne encore plus de charme à ce lieu magique !

    JH

  2. Byam dit :

    Joyeux 1000e aux Soirées de Paris, rendez-vous sur l’Ile de Sein pour le 2000e article, sous la pluie ou le soleil qu’importe … le président nous a quitté, et le soleil ne va pas tarder à refaire son apparition …

    • Bruno Sillard dit :

      Je suis d’ac. pour Sein, le nom est définitivement sympathique, mais dans un bateau normal, avec un moteur, et une mer qui évoquerait plutôt Eric Satie plutôt que Wagner. Enfin je dis ça j’ai même des bottes et une casquette irlandaise!

  3. Bruno Sillard dit :

    La dernière photo illustre très bien ce que devait ressentir Hollande après un cari réunionnais bien épicé, une trentaine d’heures d’avion, ne pas oublier de choisir quelle cravate bleue ira pour quel complet bleu, avant la Réunion, après Mayotte, sans oublier après la Réunion et avant Mayotte. Ne pas se gourer avec les complets bleus plus chaud pour Sein, puis choisir sa cravate bleue, ah oui prévoir une autre dans sa poche parce que les fruits de mer ça tachent. Pfff si je leur faisais le coup de ramener Pétain de l’Ile d’Yeu à l’ile de Sein, au nom de la paix des braves. Ca marche toujours la paix des braves. Je chargerai Montebourg d’organiser la cérémonie en marinière. Oh l’ile elle est bleueee, elle tourne, quoi qui ya le Président…

  4. L’art-mène à tout comme on dit par là-bas. PHB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *