Le come back graphique des Onze mille verges

Il y a au moins deux points communs entre l’auteur de bande dessinée Tanino Liberatore et Guillaume Apollinaire. L’un comme l’autre sont nés en Italie (à 73 ans d’intervalle) et le premier comme le second ont exprimé leur sensibilité à l’érotisme cru à travers leur oeuvre.

C’est le 15 juin 2011 que les Editions Glénat devraient sortir une nouvelle version des Onze mille verges publiées en 1907 sous la signature de « G.A ». Un ouvrage qui sera illustré Par Tanino Liberatore ce qui constitue, par le croisement de ces deux auteurs,  une sorte d’événement.

Si le penchant très net d’Apollinaire pour l’expression charnelle se retrouve notamment dans ses lettres à Madeleine ou à Lou, c’est surtout pour lui, tout au long de sa courte vie, un moyen de gagner de l’argent. Il est à peu près certain que le poète soit l’auteur des Onze mille verges dont il aurait dit que sa substance, son traité, étaient plus forts que l’œuvre de Sade lui-même. Il est établi que Guillaume Apollinaire a contribué à un recensement d’œuvres érotiques pour la Bibliothèque nationale et qu’il s’est exprimé sur des auteurs libertins comme Sade et l’Arétin. Le plus méticuleux de ses biographes, Michel Décaudin, a en revanche exprimé des doutes sur la paternité d’œuvres comme «Mirely ou le petit trou pas cher» et aussi «Les Exploits d’un jeune Don Juan» qui ne serait que l’adaptation (mais par Apollinaire) d’un roman allemand déjà existant.

Une des rares images sages des Onze Mille verges. Souce: Glénat

Comme le fait dire la cinéaste Catherine Breillat à l’un de ses personnages, dans son excellent film La Traversée, «les femmes n’aiment pas le cuit, elles préfèrent le cru». Si c’est le cas des lectrices des Soirées de Paris, mais aussi de ses lecteurs, on pourra toujours s’aventurer à découvrir ou redécouvrir cette œuvre nouvellement illustrée par Liberatore. Les Soirées de Paris ont pu en prendre connaissance en avant-première.

Autant qu’il est possible de le savoir, à peu près tous les aspects de la sexualité y sont explorés tout au long des pérégrinations de Mony Vibescu, «prince roumain à la virilité volontaire», qui voyage de Bucarest à Paris et de Paris en Chine. Au terme de son périple il se fait assassiner par un régiment, réalisant ainsi sa prophétie : «Si je vous tenais dans un lit, vingt fois de suite je vous prouverais ma passion. Que les onze mille vierges ou même les onze mille verges me châtient si je mens» !

Une des illustrations des Onze mille verges par Liberatore. Source: Glenat

Difficile de faire plus cru que ce récit à moins de basculer dans un genre érotico-abstrait qui resterait à inventer. Les dessins de Liberatore, connu pour son héros roboïde Ranxerox, sont à l’avenant. Son graphisme maîtrisé, esthétique, sanglant, met par exemple en scène une infirmière de guerre, chevauchant un soldat à l’agonie ayant perdu ses deux jambes, mais aussi quelques images plus sages quand le récit reprend  son souffle.

Et heureusement qu’Apollinaire accorde de temps à autre quelques pauses aux nerfs de ses lecteurs avec des passages teintés d’humour et de poésie comme celui-ci :

«Chacune de ses fesses semblait avoir été taillée dans un marbre de carrare sans défaut et les cuisses qui descendaient en-dessous étaient rondes comme les colonnes d’un temple grec. Mais quelle différence ! Les cuisses étaient tièdes et les fesses étaient froides, ce qui est un signe de bonne santé. La fessée les avait rendues un peu roses si bien qu’on eût dit de ces fesses qu’elles étaient faites de crème mêlée de framboise

La lecture de l’oeuvre dont l’intitulé complet est «Les Onze mille verges ou les amours d’un Hospodar» est tout sauf obligatoire. Il s’agit d’un texte fort, sans aucune espèce de concession à la pudeur, qui peut mettre fort mal à l’aise en empoisonnant au curare toute forme connue de romantisme. Pour avis.

 Une fiche sur Tanino Liberatore

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Apollinaire, BD, Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le come back graphique des Onze mille verges

  1. Ping : Deux contes immoraux en ce week-end Pascal | Les Soirées de Paris

  2. Ping : Godefroy Ségal exhibe avec succès les Onze Mille Verges | Les Soirées de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *