Parfum de savane dans la capitale

On aime beaucoup cette girafe apposée sur l’une des façades de l’Opéra Comique à Paris. En aplomb sur la rue Favart, la façade est un peu triste. Cependant, si l’œil cherche l’évasion, il trouve finalement la tête de ce «mammifère ongulé artiodactyle et ruminant» avec ses fameux motifs en damier sur le cou (du Vuitton avant l’heure).

Depuis la savane, cette girafe qui cherchait des pousses d’arbres à grignoter, a passé son cou par inadvertance dans un de ces couloirs métaphysiques normalement interdits à la circulation et qui font la jonction entre des mondes très différents, pour des besoins de service ou de maintenance technique.

Cette girafe se promène depuis dans les plaines avec en mémoire un fragment d’indicible. Ses consœurs ont bien remarqué qu’elle faisait une drôle de tête mais, jusqu’à ce jour, elles se sont abstenues de toute remarque.

Street art rue des Solitaires à Paris. Photo: Les Soirées de Paris.

Comme en écho à cette girafe, il y a aussi ce petit pochoir bleu de la rue des Solitaires dans le 19e arrondissement, qui invite le passant à prendre de la hauteur. Et ce personnage juché sur son perchoir, peut se demander si, à hauteur de pochoir, il a d’ores et déjà suivi la recommandation où s’il lui faut au contraire aller encore plus haut. Ce sont les joies ordinaires du «street art» avec effets de savane.

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Surprises urbaines. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Parfum de savane dans la capitale

  1. Violaine dit :

    il y a à ce sujet une « fresque », qui a été inaugurée très récemment face à la fontaine stravinsky, un artiste célèbre il paraît, jeff aerosol.

  2. Philippe Bonnet dit :

    Effectivement, merci du renseignement chère lectrice. L’artiste dont vous parlez a même un site Internet: http://www.jefaerosol.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *