Le grec facile

L’ouvrage était juché sur une poubelle. La main qui l’a déposé a renoncé à le laisser choir dans le container. La personne a dû juger qu’il fallait donner une chance à l’orphelin. Il s’agit d’une « Nouvelle méthode pour apprendre la langue grecque ». Il a été fabriqué par Pierre Le Petit, « imprimeur et libraire ordinaire du roy, » rue Saint-Jacques, à l’enseigne de la Croix d’Or. Le livre comporte quatre indications chronologiques calligraphiées, deux à l’encre, une effacée et une au crayon.

La première, en deuxième de couverture indique « Ex Libris A.S.B Rouart 14.9bris 1812 ». La seconde ressemble à une dédicace. Elle mentionne une date (1655) et trois noms: « Lancelot, Armant et Nicole ». La troisième est effacée. La toute dernière, à la fin du livre, laisse penser à une note de libraire. Elle est écrite au crayon et hésite entre deux dates, 1754 et 1694. Ce dernier chiffre correspond à l’installation du libraire-imprimeur rue Saint-Jacques (vieille piste gauloise modernisée par les Romains) parmi d’autres professionnels établis au même endroit.

Selon le numéro deux du bulletin de l’association Guillaume Budé, publié en 1953, Paris comptait au 16e siècle de nombreux libraires-imprimeurs, 75 en 1500, 102 vers 1550. Les deux métiers se confondaient. Quant à Pierre Le Petit, sa fiche Wikipédia précise qu’il est né aux alentours de 1617 et qu’il est mort en 1686. Ses successeurs auraient continué à publier sous son nom jusqu’en 1693. Enfin, dans sa puissante nomenclature, la BnF relève que c’est un certain Claude Lancelot qui est l’auteur de la méthode pour apprendre la langue grecque mais elle cite un autre imprimeur, Antoine Vitré. Il se pourrait bien, dans ces conditions, que le « Lancelot » qui figure dans la dédicace soit celui-là. Dernier point, une pastille en bleu indique 975 ce qui est peut-être une indication de tirage.

Mais ce qui est extraordinaire dans cette trouvaille à la datation confuse, c’est l’époque. En 1655, le règne de Louis XIV vient à peine de commencer. Il a été sacré à Reims l’année précédente avant de régner jusqu’au mois de septembre 1715 à Versailles où il expirera.

On relèvera que l’intitulé du livre vante une méthode facile. N’en croyez-rien. À le parcourir on se demande en quoi il pourrait y avoir un enseignement plus complexe. Au moins est-il complet avec un chapitre premier consacré aux lettres et aux syllabes ainsi qu’à quatre dialectes, l’Attique, l’Ionique, le Dorien et l’Éolique. Tout de suite ça donne envie de souffler à l’égard de ce qui est tout sauf un « page-turner » comme le disent les anglo-saxons qui n’ont pas de temps à perdre. Il y a même des « observations poétiques » notamment dans l’usage que font les poètes du plus-que-parfait. À la toute fin l’auteur ne peut s’empêcher de glorifier la facilité « prodigieuse » de la langue grecque à « diverfifier les chofes en mille & mille manières ».

Il faut s’incliner pour mémoire devant ceux qui seront allés jusqu’au bout. Leur érudition nouvelle leur aura, espérons-le, permis de faire le déplacement dans les Cyclades ou encore d’accueillir en France et en VO, un simple voyageur ou quelque ambassade grecque.

Ce qui est émouvant pour finir c’est le trajet opéré par ce livre. Soigneusement imprimé sous Louis XIV, par combien de mains est-il passé avant d’échouer en mars 2018, sous Emmanuel Premier, au faîte d’une poubelle en plastique? Combien en reste-t-il, c’est un mystère. Toujours est-il que le voilà de nouveau au chaud à l’abri d’une humidité qui a d’ailleurs souillé certaines de ses pages.  En tout cas le destin est intervenu pour son sauvetage in-extremis, c’est une certitude.

PHB

 

Print Friendly, PDF & Email
N'hésitez pas à partager
Ce contenu a été publié dans Anecdotique, Histoire, Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le grec facile

  1. Marie J dit :

    On attend la prochaine chronique des Soirées en grec !

  2. Marie-Hélène Fauveau dit :

    Quelle merveilleuse chronique
    J’ai tellement aimé le grec au lycée…et tout oublié
    Me donneriez -vous la traduction ?
    merci

  3. Philippe Person dit :

    Une des conséquences inattendues de la canicule « Raffarin » qui décima la population âgée de nos villes de grande solitude, eut lieu l’automne-hiver suivant : les héritiers vidèrent les studios occupés par leurs vieux parents et… l’on put alors trouver des dizaines de cartons de livres en vrac dans les rues parisiennes… J’ai récupéré beaucoup de livres comme celui trouvé par Philippe… En sauvant des livres, en les lisant de surcroît, j’avais l’impression d’entrer en correspondance avec ces aînés… Reconstituer le parcours de ce « grec facile » depuis sa publication, c’est traverser des vies, des époques…
    Il y a du rêve sur les poubelles parisiennes

  4. iturralde dit :

    je me suis mise au grec à un age avancé avec Assimil et j’adore…
    quand j’ai vu le titre de votre chronique,je me suis dit,peut-être cette méthode …
    en tous cas, vos articles si variés et toujours intéressants sont un plaisir renouvelé.,
    en revenant au grec puis-je me permettre de vous signaler un ouvrage que vous connaissez probablement, paru en novembre 2017, La Langue Géniale de Andrea Marcolongo génial !
    merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *