Du côté de chez Jean

Magnifique hommage rendu il y a une semaine Salle Gaveau à Jean d’Ormesson, un an après sa disparition. Organisée par Le Figaro, cette soirée reposait sur les témoignages alternés de Jean-Marie Rouart, académicien, et d’Étienne de Montety, directeur du Figaro Littéraire. Maxime d’Aboville, comédien, lisait quant à lui des textes tirés des œuvres de Jean d’Ormesson.  Alors, petit retour sur image…  Jean-Marie Rouart rappelle que Jean d’Ormesson et lui ont traversé tous les deux plus d’un demi-siècle. Ils ont comme amorcé une conversation qui ne s’est interrompue qu’avec la disparition de Jean. Ce dernier lui avait dit il y a quatre ans, alors qu’il passait tout près de la mort, « Ne pars pas avant moi ». Finalement, il a été exaucé…  Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Histoire, Livres | Un commentaire

Qui réveillera la belle tête de cire du musée de Lille?

Elle fut pour le musée de Lille aussi célèbre que la Joconde pour le Louvre. On vint la voir de partout. Alexandre Dumas fils, qui en février 1866 donnait à Lille une conférence sur son écrivain de père, en fut tellement remué qu’il commanda une copie. Il la plaça au beau milieu de sa bibliothèque devant une grand tenture de soie brodée d’animaux fantastiques. « Cette tête est divine » déclarait il. Elle est « un grand Tout en un petit volume car son expression donne l’image de la vie et la matière dont elle est faite donne la sensation de la mort ».
Cette merveille n’a pas d’état civil. On ne sait pas qui l’a réalisée. On ignore l’époque et le lieu de sa naissance. Elle n’avait et elle n’a toujours pas de nom. On l’appelle « La Tête de cire » comme on dirait « La Statue de bronze ». Depuis 1834, cette belle endormie attend toujours son prince charmant. Elle occupe aujourd’hui une place modeste de la galerie Chardin du palais des Beaux-Arts de Lille, victime peut-être des “Jeunes“ et des “Vieilles“ de Goya, deux tableaux magiques qui ont rejoint les cimaises lilloises et lui ont chipé la vedette. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Musée | 4 commentaires

Si loin de nous

Fascinante photographie dont la banalité apparente succombe en lisant la légende. Elle a été prise en début de semaine par la sonde Insight depuis le sol martien, au terme d’un périple de plusieurs mois. Elle ne contient que trois plans: une partie de la sonde elle-même, une étendue de paysage désolé et un bon tiers de ciel orangé. Ce n’est pas la première photo de Mars, mais l’exploit subjugue toujours autant dans la mesure où moins de la moitié des missions ont été couronnées de succès. Compte tenu des variations astrales, l’engin se situe actuellement à quelque 130 millions de kilomètres. Comme la sonde est parvenue en tirant des bords sous le vent solaire telle un voilier en baie de Perros Guirec, elle a dû effectuer pour ce faire environ quatre fois la distance théorique. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 2 commentaires

Les roses de Poccardi

Il est à vrai dire difficile d’affirmer aujourd’hui que les tables de chez Poccardi étaient garnies de fleurs, singulièrement des roses, mais le jeu de mots était irrésistible. C’est une bonne chose de faite. Si cette brasserie italienne présente un intérêt aux lecteurs des Soirées de Paris, c’est parce que c’est là le 2 mai 1918, qu’a été arrosé à l’Asti Spumante, après la messe à Saint-Thomas d’Aquin, le mariage d’Apollinaire en compagnie de sa femme Jacqueline, Picasso, Ambroise Vollard, Gabrielle Buffet-Picabia, Lucien Descaves et son épouse. Le 30 avril Apollinaire avait prévenu son ami Picasso par un courrier adressé à son domicile de Montrouge de l’imminence de l’événement.  Le repas fut simple et l’on peut supposer des plus gais. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 2 commentaires

Jean Marais éternellement

Un visage d’une grande beauté dans lequel éclatait un regard bleu clair respirant l’honnêteté et la franchise, une silhouette athlétique d’Apollon, puis, les années passant, celle majestueuse d’un Hadès vieillissant à la belle crinière blanche. A ce physique de séducteur s’ajoutaient une voix reconnaissable entre toutes, un sourire éclatant des plus sympathiques et un rire en cascade d’enfant joueur. Ainsi pourrions-nous esquisser en quelques traits le portrait de Jean Marais disparu le 8 novembre 1998, il y a tout juste vingt ans. Mais celui pour qui la beauté intérieure, les qualités morales, importaient plus que la beauté physique, était bien davantage que cela, connu pour son extrême gentillesse et sa générosité, sa fidélité en amitié et une étonnante modestie malgré sa renommée, une carrière théâtrale et cinématographique impressionnante et des rôles ayant marqué à jamais l’histoire du cinéma français. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma, Théâtre | 6 commentaires

Il nous dit les mêmes mots

L’objectif de vendre beaucoup d’albums sera probablement atteint. Disparu en 2009, Alain Bashung a en effet laissé nombre de ses admirateurs en deuil et donc en manque. L’objet s’intitule « En amont ». Finement titré ainsi parce que selon sa veuve, les 11 chansons qui composent le disque ont été interprétées de son vivant ce dont on pouvait se douter. Avant sa sortie officielle, deux titres -il est vrai remarquables- ont fait l’objet d’une diffusion précoce afin d’appâter le client: « Immortels » et « Elle me dit les mêmes mots ». Tous avaient été destinés à l’album « Bleu pétrole » mais l’artiste les avaient néanmoins écartés de la sélection finale. Le résultat est que l’ensemble semble pour le moins inégal et qu’à l’écoute on ne peut s’empêcher de penser à une opération de raclage de fonds de tiroir dans les règles. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

« L’affaire Sparsholt » garde son mystère

Alan Hollinghurst, l’un des grands écrivains anglais contemporains (né en 1954), romancier, poète, nouvelliste, traducteur de Racine (« Bajazet » et « Bérénice »), est plus que reconnu par ses pairs : son premier roman, The Swimming Pool Library, paru en 1988 (la Piscine-bibliothèque, nouvelle traduction 2015 chez Albin Michel) a reçu en 1989 le prix Somerset Maugham ; The Ligne of Beauty (La Ligne de beauté, Fayard 2005), écrit sous les auspices de Henry James, a obtenu en 2004 le Booker Prize, équivalent de notre prix Goncourt ; en France, The Stranger’s Child 2011 (l’Enfant de l’Étranger, Albin Michel), a reçu le prix du meilleur livre étranger en 2013.
Dans son dernier livre, « L’affaire Sparsholt » (« The Sparsholt Affair » 2017), paru récemment chez Albin Michel, on retrouve l’essence même des éléments qui caractérisent son œuvre : roman choral mettant en scène un groupe de personnages que l’on va voir évoluer sur plusieurs générations. Tantôt proustien pour la hantise du temps qui passe, tantôt jamesien pour l’ambiguïté de toutes choses, il est aussi pleinement propre à l’auteur, aussi bien par l’extrême sensibilité dont il témoigne que par sa prose ou sa composition virtuoses. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 2 commentaires

Incident secret dans le métro parisien

Cela se passait sur la ligne 13 du métro parisien. Un début d’après-midi d’une journée calme et ordinaire, ni pluvieuse comme souvent, ni particulièrement ensoleillée. Grise peut-être. Peu importe la saison ou même l’année d’ailleurs. Disons simplement que ça se passait dans les années quatre-vingt-dix, avant l’arrivée d’Internet, du portable et des réseaux sociaux.
À la station Miromesnil, la jeune fille monta machinalement dans le wagon, le nez plongé dans un livre. Elle chercha tout aussi machinalement une place pour s’asseoir afin de poursuivre confortablement sa lecture. Un strapontin s’avérait disponible. Elle s’en empara. Le strapontin mitoyen, celui situé dans le renfoncement, était occupé par un homme apparemment de haute taille. Continuer la lecture

Publié dans Nouvelle | 2 commentaires

S’il avait eu un pihi

Convenons qu’il est plus commode parfois d’apprécier un calligramme d’Apollinaire du regard que de le déchiffrer. Cette paire de lunettes, dédiée à son ami le peintre Léopold Survage, disait ceci: « il a contemplé les foules et il en a exprimé la vie par le moyen de quelques ombres humaines il n’attend pas que le temps donne de l’originalité à ses sensations -il est sûr de lui- il sait donner une ordonnance à la fois pompeuse et familière à tous les détails, si bien que dans ce qui est si naturel dans son œuvre, on pourrait le comparer à l’art du dramaturge« . Dans son anthologie  des poèmes écrits par Apollinaire durant la période de guerre -c’est à dire jusqu’à son décès-, Claude Debon a ainsi fait œuvre utile. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Livres | 4 commentaires

Vent d’Espagne sur Paris

Bien qu’ayant quitté son Argentine natale en 1997 pour aborder aux rives européennes, le bouillant maestro Leonardo Garcia Alarcon n’a rien perdu de son tempérament sud américain, si bien que ses spectacles sont toujours un moment d’exubérance dont on ressort le sourire aux lèvres et la joie au cœur.
On a pu le vérifier « una vez mas » le 6 novembre dernier à l’auditorium de Radio France, lors d’une soirée orchestrée par sa Cappella Mediterranea, formation sur instruments anciens qu’il a fondée en 2005, donnant maintenant quelque quarante-cinq concerts par an et ayant déjà une vingtaine de titres à son actif. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Un commentaire