Célébration du livre non coupé

À moins que vous ne soyez bibliophile aguerri ou collectionneur avisé, il y a peu de chance que vous ayez fait récemment l’acquisition d’un livre “à l’ancienne“, non coupé, qui nécessite un coupe-papier et attend encore la défloration du premier lecteur. Le livre «non coupé» (ou «non massicoté») est devenu une rareté, voire une curiosité. Seuls quelques très rares imprimeurs le proposent encore. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 5 commentaires

Benesse Art-Site : un petit paradis arty sur l’île de Naoshima (mer intérieure du Japon)

Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et… art. Petite île escarpée de 8 km², peuplée de 3000 habitants, Naoshima est parcourue de sentiers grimpants à la végétation foisonnante. Ils offrent des points de vue romantiques sur ses criques cerclées de pins sylvestres et les eaux scintillantes de la mer intérieure du Japon. L’île est connue des amateurs d’art contemporain. Continuer la lecture

Publié dans Jardins, Musée | 8 commentaires

Pépites musicales dernier cri

Hector Berlioz a dû en soupirer d’aise dans sa tombe, lui qui avait attendu vingt et un ans après sa mort pour voir son grand œuvre représenté à Paris ! Berlioziennes, berloziens, et vous tous qui ne le connaissez pas encore, réjouissez-vous : incontestablement, le grand événement discographique de ce début d’année est « Les Troyens » paru chez Erato, épopée virgilienne et shakespearienne que les frileux Français osent rarement aborder. Honneur à Erato pour s’être lancé, en plein marasme discographique, dans une entreprise de seize chanteurs, trois chœurs, et le plus vaste orchestre jamais conçu pour un opéra. L’enregistrement s’est déroulé en avril 2017 à Strasbourg, en version de concert, au cours de trois soirées publiques. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Un commentaire

En digne émule d’Alexandre Dumas…

“Au revoir là-haut”, le roman de Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013, n’est plus à présenter. Surtout depuis qu’il a été porté à l’écran par Albert Dupontel avec le succès que l’on sait. Deux millions de spectateurs ! Cette double arnaque située dans l’après-guerre de 1918, cette histoire on ne peut plus abracadabrante, mais probablement fondée, de milliers de cercueils enterrés au petit bonheur la chance et de commandes de monuments aux morts non honorées ne pouvait laisser tout un chacun indifférent. D’autant plus que la forme venait parfaire le fond, le récit étant extrêmement bien écrit, dans un style d’une grande fluidité. Alors que le livre se terminait sur une fin non équivoque, ne voilà-t-il pas qu’une suite à ce passionnant roman nous est annoncée : “Couleurs de l’incendie”, parue en ce mois de janvier. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 3 commentaires

Gaspard et la vie de famille

Pour plaire à sa sœur Coline, Félix a conçu un jeu. À l’aide d’un feutre il lui a tracé sur le dos un tableau avec des cases. Comme pour une partie de bataille navale, il a mis des chiffres sur les côtés. Et lorsque Coline dit « D4 », il sait qu’il doit lui gratter la case correspondante. Depuis qu’il est petit Félix invente des choses. Comme le moyen de retrouver un bouchon de mousseux en lui greffant un petit parachute rouge qui se déploie après l’ouverture. « Gaspard va au mariage » est un film aux séquences pour le moins imprévisibles. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | 3 commentaires

Arrêtons d’aller fumer des cigares à la Maison Blanche…

… et faisons notre boulot de journaliste, tel est en substance l’un des messages contenus dans le film « Pentagone Papers ». D’où il ressort également, entre autres choses, qu’un journal est au services des gouvernés et non des gouvernants. « Pentagone papers » relate un épisode crucial de la presse américaine au début des années soixante-dix en pleine guerre du Vietnam et alors que le président des États-Unis est Richard Nixon. Hormis un petit quart d’heure introspectif qu’il n’aurait pas été inutile de réduire, le film de Steven Spielberg est en tout point passionnant. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma, Presse | 2 commentaires

Première tentative de départ au zoo du bois de Vincennes

Dans leur enclos, les babouins ne ruminent pas leur défaite mais savourent la réussite de leur escapade. À les voir gratter la terre au pied de l’enceinte en béton, il n’est pas impossible qu’ils envisagent désormais l’éventualité de creuser un tunnel. Il y a quelques jours, ils se sont fait la belle, obligeant le personnel du Parc Zoologique de Paris à évacuer les promeneurs lesquels justement, étaient venus se payer un après-midi d’évasion. Une prouesse d’économie circulaire qui engageait à redécouvrir cette ménagerie à ciel ouvert,  fraîchement remaniée. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 3 commentaires

Agrégats vasculaires

La doctoresse regardait alternativement son interlocuteur et l’écran de son ordinateur. C’était une jeune femme d’environ 35 ans, les cheveux courts et pas de maquillage. Quand elle se leva, Édouard vit qu’elle portait un jean et des bottes.  Sa voix était à la fois douce et ferme. Elle fit glisser sa paire de lunettes sur le bas de son nez avant d’informer son patient que selon le résultats des examens effectués, des athéromes avaient envahi différents « territoires », autour du cœur et jusqu’au cerveau. Sentant venir la question, elle prit l’initiative. Continuer la lecture

Publié dans Nouvelle | Un commentaire

D’un prince à l’autre : Louis de Gonzague Frick et Paul Fort

Les étals des bouquinistes sont souvent des malles aux trésors pour les explorateurs curieux. Parmi nos dernières découvertes : une plaquette de 43 pages des éditions Flammes Vives « Hommage à Paul Fort, prince des poètes ». Elle fut publiée à Paris en 1952, à l’occasion des 80 ans du poète. Si la renommée de Paul Fort est encore relativement importante, c’est sans doute en grande partie grâce à Georges Brassens qui mit en chansons plusieurs de ses poèmes, en particulier Le Petit cheval (« Qu’il avait donc du courage… » ) aujourd’hui enseigné dans les écoles primaires. Continuer la lecture

Publié dans Livres, Poésie | Un commentaire

In bed with Clemenceau

Son dernier appartement était bien sombre mais il jouissait d’un petit jardin où il élevait ses poules. Ce logis lui a maintes fois servi de repli jusqu’à son dernier souffle en 1929. Georges Clemenceau avait pour voisins un collège de Jésuites. Il y a toujours une cour de récré derrière le mur et ce qui est drôle c’est que le sol est jonché de balles de jeu. Le lieu est aussi un musée dont l’étage supérieur a été racheté récemment à fin d’agrandissement. Un nouvel espace qui a été inauguré par Emmanuel Macron himself en novembre. Continuer la lecture

Publié dans Histoire, Musée | Un commentaire