La femme « nue allongée » qui ne choquait personne

Il faut dire qu’en 1740 on ne se posait sans doute pas les mêmes questions qu’aujourd’hui. Toujours est-il que l’on peut se surprendre à faire un parallèle interrogatif entre cette sanguine réalisée par François Boucher (1703-1770) laquelle sert d’étendard à la collection Horvitz actuellement exposée au Petit Palais et, la publicité Yves Saint-Laurent qui a été il y a peu retirée des réseaux d’affichage. Dans un cas comme dans l’autre, la femme est exhibée comme un objet de consommation. Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Publicité | Un commentaire

On a tous quelque chose de Topor

A condition, bien sûr, qu’ils aient déjà un certain âge, les auditeurs de France-Culture se souviennent de son rire, qui illuminait le rendez-vous dominical « Des papous dans la tête ». Un rire franc et massif, un rire de bonne santé, un rire gourmand qui montre que l’on est bien décidé à croquer la vie à pleines dents.
Mais il y a aussi cette image, glaçante, qui servit d’affiche à Amnesty international pour dénoncer la torture. La mâchoire inférieure décrochée par un coup de marteau. Un supplice réservé à ceux qui réclament la liberté d’expression. L’affiche, qui date de 1976, fut reproduite de façon monumentale à Maastricht en 1989. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 2 commentaires

Heureux comme un Baraki en friture

Parfaitement étanches au qu’en-dira-t-on les Barakis s’épanouissent du côté de Charleroi, en Belgique, débordant un peu la frontière avec la France. De l’art de « vivre en jogging en buvant de la bière », la formule de l’auteur résume assez bien assez bien le sens général du livre. Mais elle ne prévient pas les âmes sensibles auxquelles on ne saurait trop déconseiller cette lecture sortie cette année aux Éditions Points. Continuer la lecture

Publié dans Livres | Un commentaire

Tout simplement sérénissime

Au cœur du Marais, un peu à l’écart des foules dans la tranquille rue Elzévir, Ernest Cognacq et son épouse Louise Jay, fondateurs de la Samaritaine (effarés sans aucun doute de ce qu’on fait subir à leur chef d’œuvre Art nouveau !) nous reçoivent en leur hôtel particulier à l’élégante façade de pierre blanche du XVIème siècle. Entre cour et jardin, ils nous invitent à admirer leurs collections XVIIIème léguées à la Ville de Paris en 1928. Au deuxième et troisième niveaux, on peut admirer des peintures de Boucher, Chardin et Fragonard, des dessins de Watteau, des sculptures, des meubles estampillés et autres objets précieux (bijoux, tabatières, porcelaines de Saxe…). Continuer la lecture

Publié dans Exposition | Un commentaire

Nord-Est de Paris: place au « mix and match »

L’ex-peu avenant boulevard Macdonald a fait peau neuve. A l’austère paysage industriel a succédé un bling-bling contemporain que l’on peut découvrir sans peine par le RER E, station Rosa Parks ou le tramway T3. Car, c’est une bonne nouvelle, les aménagements de cette ancienne zone de relégation ont été conduits dans le but de désenclaver le secteur et de créer un quartier de suture avec Aubervilliers au nord, elle aussi en pleine métamorphose et le quartier de la Villette à l’est. Cette volonté de rendre aimables les anciennes frontières de Paris s’était d’abord manifestée sur le côté nord du boulevard avec la construction d’un nouveau quartier en 2011 sur les friches de l’hôpital Claude-Bernard, détruit depuis 1970. Continuer la lecture

Publié dans Architecture | Laisser un commentaire

De l’orphelinat à l’asile, récit d’un destin africain

L’Afrique est culturellement à l’honneur ce printemps et ce, pour notre plus grand bonheur ! Cette ambiance toute africaine ne pouvait que nous inciter à rattraper un retard de lecture d’importance : le dernier roman d’Alain Mabanckou, « Petit Piment », sorti en ce début d’année aux éditions de poche Points, après avoir été l’un des événements de la rentrée littéraire 2015.
Faut-il réellement présenter Alain Mabanckou, écrivain et enseignant franco-congolais à la renommée internationale, récipiendaire de nombreux prix prestigieux, homme public à l’élégance vestimentaire légendaire ? « Je suis né au Congo-Brazzaville, j’ai étudié en France, j’enseigne désormais en Californie. Je suis noir, muni d’un passeport français et d’une carte verte » : ainsi se définit-il lui-même. Continuer la lecture

Publié dans Livres | Laisser un commentaire

Une marelle infernale dans laquelle tout demi-tour est exclu

L’une des formes de management les plus courantes, en situation de crise, est d’arriver à faire en sorte que le salarié demande lui-même son départ. Si cela ne fonctionne pas, la phase II peut consister à le mettre en « mobilité » jusqu’à ce qu’il finisse par envisager la sortie. Si le « plan » est mal maîtrisé, cela peut déboucher sur un suicide. C’est cette histoire que raconte « Corporate ». Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Un commentaire

Direction Porte d’Italie

Lorsqu’il se marie en 1918, Guillaume Apollinaire va consacrer l’événement à la brasserie Poccardi à proximité des grands boulevards. Le 2 mai, en compagnie de Pablo Picasso, Ambroise Vollard, Gabrielle Buffet et Lucien Descaves, il y déguste notamment des ravioli al pollo, un filet de turbot au vin blanc et une  entre-côte grillée sauce béarnaise le tout accompagné de Chianti vieux et d’Asti spumante. Il se trouve que la carte générale de ce restaurant disparu figure à l’exposition « Ciao Italia » qui vient de débuter au Palais de la Porte Dorée. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Exposition | 4 commentaires

Bushmills et Giant’ s Causeway Bay (Irlande du Nord), deux surprises de taille

Bushmills ? Le nom de ce village de 1500 habitants, perdu tout au nord de l’Irlande du Nord, ne vous dit sans doute rien… à moins que vous ne soyez amateur de bon whisky. Bushmills abrite en effet la plus ancienne distillerie officielle de whisky, la première au monde à obtenir une licence royale en 1608. Continuer la lecture

Publié dans Documentaire | 2 commentaires

La carte postale d’Oran

Selon le cachet de la poste, celle-là a été expédiée d’Algérie le 3 janvier 1916. Guillaume Apollinaire avait choisi une carte représentant « La prière du chamelier » sur fond de désert. Alors qu’il profitait d’une permission auprès de Madeleine Pagès, l’infatigable correspondant continuait d’entretenir par voie de plume ses relations d’avant-guerre. La carte postale, adressée à la poétesse Mireille Havet, a été adjugée le 3 avril 700 euros, au cours d’une vente aux enchères qui a vu se disperser nombre de pépites liées à l’écrivain. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Enchères, Marché de l'art | Un commentaire