Marin Karmitz, étranger résident à la Maison rouge

La photo de jeune homme qui sert de tête d’affiche à l’exposition des œuvres de la collection du producteur-réalisateur-exploitant de salles de cinémas Marin Karmitz (réseau des MK2 à Paris) présentée à « la Maison rouge », lieu culturel dédié au contemporain non loin de la place de la Bastille, est tout à fait emblématique. Elle signe à la fois l’universalité de l’œuvre et la tonalité de l’ensemble. Si l’homme de cinéma nous présente quelque quatre cents photographies, peintures, dessins, statues, installations et vidéos, la photographie tient, et de loin, la place d’honneur, en un éblouissant festival noir et blanc. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 3 commentaires

Tout retour vers l’avant est (presque) impossible

Quand le bateau cule, il rebrousse chemin. S’il recule il recommence l’opération. Il est aussi possible de dire qu’il fait marche arrière (toute), qu’il fait demi-tour ou qu’il retourne à son point de départ. Mais, et c’est là tout l’objet de la rubrique du jour, il ne pratique pas « un retour en arrière », formule qui sort à tort et à travers de toute expression publique. En effet, le retour à lui-seul signifie bien que l’on s’éloigne de l’avant. Le « retour en arrière », c’est comme le « tri sélectif », un premier mot pour signifier une chose et un second attaché comme un wagon pour bien appuyer le propos. C’est la définition du pléonasme. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 6 commentaires

Dans l’antre de la création

Une Master class est l’occasion, pour le spectateur privilégié, de se glisser subrepticement dans l’antre de la création. “Un cours magistral donné par un artiste de renom”, telle est la définition proposée par le Larousse. Le dictionnaire, par ailleurs, cite en exemple les célèbres leçons de chant prodiguées par la Callas dans les années 70, à la fin de sa vie, à la Julliard School de New York. Celles-ci eurent un tel retentissement qu’elles furent, par la suite, souvenez-vous, le sujet d’une pièce de théâtre à succès de l’Américain Terrence Mac Nally : “Master Class” (1995), mise en scène l’année suivante par Roman Polanski, à Paris, au Théâtre de la Porte Saint Martin, avec Fanny Ardant dans le rôle de la diva. La Master class peut bien évidemment s’appliquer à nombre de domaines artistiques, dont celui de l’art dramatique. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

Christian Dior, couturier du rêve

Je ne sais pas si vous aimez les grandes expositions », ces « blockbusters  » qui rassemblent les foules et battent les records d’audience (genre Grand Palais ou Louvre), mais quant à moi, j’ai tendance à préférer les lieux plus modestes et en général plus pointus. Étant habituée au bel espace, dans le hall à droite, réservé aux expositions temporaires du musée des Arts décoratifs, je me réjouissais de découvrir l’exposition « Christian Dior, couturier du rêve », qui battait son plein depuis juillet dernier. La rumeur aidant, j’avais pris la précaution, ce mercredi 8 novembre, de me munir d’un billet coupe file, mais arrivée à midi, j’ai découvert une longue file d’attente, tout le monde étant muni de coupe files pour midi tapante ! Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Mode | Laisser un commentaire

Le bon camarade Oulianov

En juillet 1921, Lénine se voit contraint de s’exiler sur les bords de la Volga à Nijni-Novgorod, une ville qui sera rebaptisée Gorki en 1934. Il a fait part de son état de santé défaillant au Politburo qui lui conseille vivement d’aller se reposer dans une datcha confortable du 17 e siècle. Là-bas, il circule en Rolls-Royce. « Son goût du luxe et sa maladie ne rendent pas nécessairement Lénine plus humain ni plus conciliant à l’égard des nantis » écrit l’historien Luc Mary qui vient de publier sa biographie alors que la révolution russe « fête » ses cent ans. Continuer la lecture

Publié dans Histoire, Livres | 2 commentaires

Bon voyage (de noces) en Turakie

La Turakie ne figure sur aucune carte. C’est un vieux pays pourtant, une terre à la fois proche et lointaine, frontalière du rêve et de la poésie, diplomatiquement voisine de la magie et du système D. Un pays qui ne connaît pas d’autres limites que celles de l’imagination de son, comment dire, roi ? non, de son intendant peut-être ? Michel Laubu ne voudrait pas de couronne. Il n’est qu’humble animateur, metteur en avant des vraies vedettes que sont les objets qui peuplent la Turakie. Continuer la lecture

Publié dans Spectacle, Théâtre | Un commentaire

Gabriele Munter, Vassili Kandinsky et le mouvement du Blaue Reiter à Murnau

Elle fut une artiste passionnée et talentueuse, une femme déterminée, une pionnière et un esprit libre. Elle n’est pas très connue du grand public. Lorsque son nom est mentionné c’est souvent en tant que compagne de Kandinsky. Bien qu’elle ait partagé la vie de ce dernier pendant douze ans, une période fondamentale dans le cheminement vers l’art abstrait de Kandinsky, Gabriele Munter mériterait que son nom et son œuvre soient davantage mis en lumière.

(Ci-dessus: Kandinsky : paysage de Murnau avec église ©Lottie Brickert) Continuer la lecture
Publié dans Histoire, Musée | 4 commentaires

Le 99e rendez-vous avec Guillaume Apollinaire

Il est arrivé en premier avec un petit pot de bruyère à la main. Mais pas n’importe quelle bruyère. De la bruyère de Malmedy en Belgique, que Louis Bernard Koch, historien diplômé de l’Université de Liège,  a prélevée exprès autour du monument réalisé en 1935 par Fernand Heuze sur un dessin d’Oscar Lejeune, à la mémoire de Guillaume Apollinaire. Et il l’a apportée hier, le 9 novembre dans le cadre de la commémoration amicale de l’écrivain disparu le 9 novembre 1918 et inhumé le 13, deux jours après l’armistice. Apollinaire qui avait écrit :« J’ai cueilli ce brin de bruyère/L’automne est morte souviens-t’en/Nous ne nous verrons plus sur terre/Odeur du temps brin de bruyère/Et souviens-toi que je t’attends » (L’adieu, « Alcools », 1913). Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | 5 commentaires

Ecrit dans le noir…

Tel est le titre du dernier livre de Michel Schneider, essayiste et psychanalyste, dans lequel il nous propose une douzaine d’essais sur de grands écrivains, dont huit déjà publiés mais « amendés », et cinq inédits. Un nouveau témoignage, comme les précédents (voir notamment ses « Morts imaginaires »), de sa folle passion pour la littérature, et de son style remarquable et percutant. Continuer la lecture

Publié dans Livres | Un commentaire

Mise en Bièvre

Quand Joris-Karl Huymans se penchait sur le cours de cette vieille rivière parisienne en 1890, il en parlait comme du « plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville ». Filant la métaphore, il expliquait que dès son arrivée à Paris, la rivière comme « les filles de campagne », était la « proie des racoleurs, spoliée de ses vêtements d’herbes et de ses parures d’arbres ». En cette fin de 19e siècle, le romancier et critique d’art Huymans déplorait déjà le sort de la Bièvre, dans un livre illustré que l’on peut consulter facilement sur le site Gallica ou se le procurer chez un bouquiniste. Continuer la lecture

Publié dans Histoire, Livres | 2 commentaires