En pleine guerre, Apollinaire mise sur Don Quichotte

« Maintenant que je suis soldat, vous m’interrogez sur l’illustre mutilé de Lepante. Aucune question ne pouvait me surprendre plus agréablement ». Il a de quoi être surpris, Apollinaire, en ce mois de juin 1915. Voilà près de dix mois qu’il porte l’uniforme. Cette fois il est au Front, en Champagne. La guerre, qui n’est pas forcément jolie, fait rage. Il se raccroche à la vie grâce à son activité débordante et sa correspondance amoureuse avec Lou, restée à Paris, et avec Madeleine, qui vit en Algérie. Il compte publier très prochainement, avec les moyens du bord et la complicité de deux de ses soldats, les premiers exemplaires de sa nouvelle revue, “Case d’Armons“. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | Un commentaire

Cinéma planétaire pour vieux gangsters

L’expérience valait d’être tentée. Le dernier film de Martin Scorcese n’est pas sorti en salles mais sur Netflix. L’entreprise américaine a misé 160 millions de dollars sur « The Irish Man », susceptible d’être visionné par quelque 150 millions d’abonnés au réseau mondial. « Meet the Future », comme disait ironiquement Paul Newman dans « Butch Cassidy et le kid » à propos du vélo et de ses promesses. Nous sommes bien loin ce faisant de la petite salle de cinoche du coin de la rue et même des multiplexes. Même le film est hors normes de par sa longueur, pas moins 3 heures et 26 minutes. Mais là où nombre d’auteurs auraient calé sur une telle distance, Scorcese s’en sort avec les honneurs. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Un commentaire

Salon musical à Antony

Dimanche dernier, le premier décembre, Françoise Caillet tenait son salon musical annuel dans son appartement situé dans le centre d’Antony, à deux pas de l’Espace Vasarely.
Ancienne psychanalyste, Françoise est aussi administratrice de « Coline en ré », cette belle association dont le sous-titre est « La musique sauve les enfants », fondée en 2003 par le médecin Jean-François Galliot. L’idée étant de produire des concerts donnés gratuitement par des artistes, jeunes ou de haut niveau, dont les recettes volontaires venant des spectateurs iront au profit d’enfants en danger.
Jean-François a donné à l’association le nom de « Coline » en souvenir de sa femme disparue à l’époque, puis « Les Virtuoses du cœur » ont suivi, afin de trouver des fonds permettant d’opérer du cœur des enfants déshérités dans le monde entier. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Gentleman ou butor, il faut choisir

Le langage diplomatique, avez-vous sûrement noté, marque le pas. Qu’elle vienne du Brésil, d’Amérique, de Hongrie, d’Italie et très récemment de Turquie, l’invective ad hominem entre chefs d’État a remplacé les belles manières. Celles qui faisaient justement l’intitulé d’un livre trouvé sur un étal de plein air. Le fait qu’il soit vendu seulement six euros en dit long sur la désuétude alarmante du savoir-vivre. Celui-là a été écrit par un Belge. Léon de Paeuw (1873-1941) explique comment il convient de se comporter lors des situations courantes de l’existence. Comment ne pas manquer d’égards à l’adresse d’un roi, d’un pair ou d’une personne de moindre rang. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Livres | Laisser un commentaire

La dame -en rose- de chez Maxim’s

Le lundi soir chez Maxim’s rue Royale, jour de fermeture du restaurant, on range les chaises et les tables et la petite scène du théâtre s’anime. Place à la petite troupe réunie autour de Gérard Chambre qui nous conte à sa façon l’histoire de Jackie Kennedy. Et pourquoi pas à la façon d’une comédie musicale comme pour conjurer le mauvais sort qui semble avoir fait d’une vie si romanesque une tragédie ? Ponctuant le monologue de celle qui se raconte à la première personne avec nostalgie et aussi une certaine classe, des petites saynètes chantées et dansées viennent égayer le récit. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

Nouveau vent de fraîcheur au Musée d’Art moderne

La jeune femme qui regarde la toile de Delaunay tient à la main la même image du même artiste. De 1920 à 1931, Robert Delaunay est revenu vint fois sur le motif de la Tour Eiffel. Ceux qui étaient habitués à cet hôte privilégié du MAm peuvent être rassurés, la nouvelle rénovation qui vient de s’achever ne l’a pas oublié. Delaunay fait partie des VIP du lieu de même que Fernand Léger, Georges Braque, André Derain, Pablo Picasso, Juan Gris ou encore Foujita, soit un carrousel étourdissant de grands peintres dont la modernité n’a toujours pas été diminuée avec le défilement années. Le fait que ce musée apparu en 1937 se rafraîchisse encore une fois, valait convocation. D’ici le printemps 2020 s’ajoutera également une remise à neuf des bas-reliefs du bassin du parvis. Ce qui n’est pas du luxe, tant l’extérieur fait un peu grise mine. Mais le chantier est en cours. Continuer la lecture

Publié dans Musée | 3 commentaires

Viens chez moi, je fais une soirée diapos

Quand j’ai annoncé la nouvelle à mon ami, il n’en revenait pas. Il n’est pourtant pas du genre à s’en laisser conter (pensez donc : il est Parisien). Mais là je l’ai senti étonné, presque admiratif. D’ailleurs il n’a pas hésité et m’a répondu tout de go «Alors là, je viens». Je venais de lui apprendre que j’organisais chez moi une « soirée diapos ». Oui une vraie soirée privée où je projetterai des diapositives, à l’ancienne, en vrai et en direct, bref en live, avec un projecteur et un écran sur pied. Une soirée comme celles auxquelles vous avez forcément assisté un jour ou l’autre, à condition que vous soyez de la génération de ceux qu’on appelle aujourd’hui les boomers. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Photo | 6 commentaires

Un bruit a couru…

… qu’un magasin de parfumerie allait bientôt remplacer la librairie Gibert, place Saint-Michel à Paris, suscitant un début de relatif affolement. C’était un faux bruit. En fait, il devrait bien y avoir début décembre une substitution sur cette place où l’on mange de moins en moins et de moins en moins bien, mais justement, sur le site d’un lieu de restauration, une brasserie, pas une librairie. Cela fait peine. Les fragrances, fussent-elles sublimes ne nourrissent pas son homme. Mais, si on creuse un peu dans l’histoire de ce large espace dû depuis 1855 à Haussmann, on apprend qu’au numéro deux, là où se trouve la librairie Gibert Jeune (1), il y avait un restaurant, « La rôtisserie périgourdine ». Ce « temple des gourmets » ainsi qu’il s’intitulait sur une carte postale de haute époque, proposait notamment de la truffe sous la cendre et on se demande un peu où pareil plat pourrait se déguster aujourd’hui dans Paris. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 3 commentaires

Gare au greenwashing de la Tour Montparnasse

Que faire de la tour Montparnasse se dressant telle une hérésie architecturale dans le ciel parisien depuis 1973 du haut de ses 210 mètres, défigurant à elle seule tant de belles perspectives haussmanniennes depuis le Champs de Mars, le jardin du Luxembourg ou la rue de Rennes ?
La municipalité parisienne s’est penchée sur son devenir, d’autant plus que les alentours sont un désastre urbain. Elle aurait pu opter pour la démolition, comme on le fait ailleurs dans la couronne parisienne pour certaines aberrations des années 1970.
La tour n’aurait manqué à personne, et le geste aurait été radical, exemplaire et libérateur. Continuer la lecture

Publié dans Architecture | 8 commentaires

Ainsi était SIC

Invitée récemment au Musée des Beaux-Arts de Tourcoing (exposition sur Picasso illustrateur, jusqu’au 13 janvier), Patricia Sustrac, présidente de l’association des Amis de Max Jacob, glissait dans sa conférence, sans doute à l’attention d’étudiants ou d’universitaires, que le numéro spécial Apollinaire de la revue d’avant- garde SIC (janvier-février 1919) constituerait un excellent sujet de thèse.
La rédaction d’une thèse n’est pas véritablement dans les objectifs des Soirées de Paris. Mais en attendant qu’un chercheur publie le résultat de ses investigations, ce qui lui prendra plusieurs années, nous pouvons au moins évoquer cet extraordinaire numéro, ayant eu la chance de le dénicher dans une salle de ventes de Bruxelles. Il est vrai qu’on peut le consulter également sur le site Gallica et que l’intégralité de la revue est parue en fac similé chez J.-M. Place. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire, Presse | 2 commentaires