Cherchez l’Aurore

Finalement, celui qui s’en sort le mieux, c’est celui qui joue l’imbécile. Il vient de reprendre un restaurant et « briefe » son équipe de serveuses avec des principes de management débiles. L’une des serveuses, Aurore, est interprétée par Agnès Jaoui avec ce jeu si particulier dont elle ne se départit plus quel que soit le rôle qui lui est attribué. À vrai dire presque rien ne fonctionne correctement dans ce film qui additionne pourtant moult talents. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | 2 commentaires

Case prison pour la bibliothèque de Coulommiers

C’est que l’on appelle un (beau) changement de destination. L’ancienne maison d’arrêt de Coulommiers (Seine-et-Marne) a été transformée en bibliothèque municipale et fonctionne en tant que telle depuis juillet 2003. Une transformation d’autant plus réussie que le cabinet d’architecte (Béatrice Julien et Pierre Gory) chargé de l’opération a non seulement su préserver l’histoire du bâtiment (classé il est vrai) mais en a remarquablement tiré parti. Continuer la lecture

Publié dans Architecture, Surprises urbaines | Un commentaire

Dernier souvenir de Riva-Bella

Les gens du coin l’appelait « Pépin » parce qu’il fixait toujours un parapluie à son chevalet. Dans la réalité son patronyme était Hector, Pierre Hector. Il s’était établi pour l’été dans ce coin de Normandie. En cette année 1938, il prenait sa voiture tous les jours afin de mieux saisir la pointe du Hoc qu’il s’acharnait -selon lui- à rater. Sa myopie faisait qu’il peignait comme Cézanne, du moins c’est ce qu’on lui disait à Paris. Continuer la lecture

Publié dans Nouvelle | 2 commentaires

À la poursuite de François Hollande

C’est en découvrant « Cinq années dans les pattes de Gérard Depardieu » que beaucoup de lecteurs ont pris note de l’existence d’un précédent album concernant François Hollande. À la fois auteur de bande dessinée et reporter, Mathieu Sapin a en effet inauguré la formule lors des primaires socialistes de 2011. Il a suivi le candidat jusqu’à son élection durant six mois. Surtout dans le contexte actuel, cette BD se révèle aussi attachante que la seconde. Continuer la lecture

Publié dans BD | 2 commentaires

L’expo plein-pot

En prenant de l’altitude  pour cadrer la ville de Flint, dans le Michigan, Philippe Chancel a obtenu une photo artistique. Comme on peut le voir sur la vue partielle ci-contre, le site rasé de General Motors évoque désormais une de ces œuvres géométriques qui faisaient le bonheur des amateurs d’art dans les années soixante. Ce tirage laser est l’un des plus attachants parmi toutes les photos exposées à la Fondation Cartier dont le thème est, jusqu’à saturation, la bagnole. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | Un commentaire

« Jardins »: un petit coin de paradis sans parapluie

Au moment où la nature renaît et nous offre des explosions de couleurs et de fragrances, alors que la douceur printanière (relative) nous invite à prendre l’air, le Grand Palais nous propose lui aussi sa part de nature, mais muséale. Sobrement intitulée « Jardins », cette exposition explore tous azimuts ces univers tour à tour rustiques et précieux qui n’en finissent pas d’inspirer les artistes qu’ils soient peintres, photographes, cinéastes, céramistes, joailliers… ou bien sûr jardiniers et paysagistes. Bien que limitée dans l’espace à l’Europe de l’ouest et dans le temps, à la période qui va de la Renaissance à nos jours, l’exposition insiste sur la dimension infinie des jardins en commençant sous les auspices de Gilles Clément « Pour faire un jardin il faut un peu de terre et l’éternité » et en se poursuivant avec Michel Foucault « Le jardin c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde ». Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Jardins | Laisser un commentaire

Apollinaire ne veut pas travailler. Il veut fumer

C’est l’une de ces ritournelles auxquelles on ne prête pas forcément attention, mais qui entrent dans l’oreille et ne vous lâchent plus pendant toute une journée. Comme tous les succès populaires, on en ignore souvent le titre, on n’en connaît pas l’auteur, et ce sont des bribes approximatives des paroles qu’on chantonne presque malgré soi. Cette chansonnette qui connut ses jours de gloire il y a vingt ans était fort reconnaissable par l’accent anglo-américain de l’interprète, accent qui contribua sans doute au succès. Il s’agissait de China Forbes et du groupe « Pink Martini » dont le titre « Je ne veux pas travailler » dans l’album « Sympathique », gagna une victoire de la Musique en 1997 et fit à peu près le tour du monde, se vendant à près d’un million d’exemplaires. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | 2 commentaires

« Bajazet »: le charme racinien en pays ottoman

Après “Britannicus”, mis en scène par Stéphane Braunschweig la saison passée Salle Richelieu (1), voici Racine (1639-1699) de nouveau dans la Maison de Molière, au Vieux-Colombier cette fois-ci, avec “Bajazet”. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

Les voyages imaginaires de Darius

Dans les Fleurs du mal de Baudelaire « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ». Appelées aussi « Synesthésies » ou équivalences sensorielles, les Correspondances désignent les rapports entre le monde matériel et le monde spirituel. D’après Baudelaire, seuls les artistes savent déchiffrer le sens des analogies qui permettent de passer du monde des perceptions à celui des idées.
« Darius », c’est d’abord un texte, un très beau texte signé Jean-Benoit Patricot (lauréat du prix Durance Beaumarchais SACD 2014), un dialogue épistolaire, une correspondance à deux voix. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

La femme « nue allongée » qui ne choquait personne

Il faut dire qu’en 1740 on ne se posait sans doute pas les mêmes questions qu’aujourd’hui. Toujours est-il que l’on peut se surprendre à faire un parallèle interrogatif entre cette sanguine réalisée par François Boucher (1703-1770) laquelle sert d’étendard à la collection Horvitz actuellement exposée au Petit Palais et, la publicité Yves Saint-Laurent qui a été il y a peu retirée des réseaux d’affichage. Dans un cas comme dans l’autre, la femme est exhibée comme un objet de consommation. Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Publicité | Un commentaire