Picasso à la plage

On compte en 2019 une vingtaine d’expositions dévolues à Picasso de par le monde. Lesquelles s’ajoutent à celles actuellement en cours au musée qui porte son nom sur Calder d’une part et la Méditerranée d’autre part.
Ailleurs c’est « Olga », « L’exil », « En Uruguay », « À Chypre », « Fellini », « Naissance d’un génie » à Pékin ici, « Picasso paysages » au musée d’art de Toulon là, ou encore « Picasso illustrateur » à Tourcoing et même à Beyrouth avec l’approche bien trouvée de la « famille »: le nombre d’angles livrés chaque année donne le tournis. Ce n’est effectivement pas la matière qui manque et au besoin on peut toujours puiser dans le généreux réservoir des centenaires. 2073 sera le dernier millésime possible (celui de sa disparition) mais seuls les très jeunes lecteurs des Soirées de Paris auront le loisir d’y assister. Le succès, à chaque fois justifié, ne se dément pas. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | Un commentaire

Quand Renoir « paysannait » en Champagne

Apollinaire considérait Renoir comme « le plus grand peintre vivant » et disait de lui qu’il avait su choisir « l’humanité, elle seule, comme critère de la beauté ». En 1880 Renoir a déjà 39 ans. Il travaille dans son atelier de Montmartre et a pour habitude de déjeuner rue Saint Georges dans la crémerie de Madame Camille. C’est là qu’il rencontre Aline Victorine Charigot de dix huit ans sa cadette qui devient son modèle, sa maîtresse puis sa femme et la mère de ses 3 fils : Pierre l’acteur, Jean le cinéaste et Claude le céramiste.
Aline est originaire d’Essoyes en Champagne non loin de Troyes et c’est elle qui lui fait découvrir en 1888 son village natal et qui va convaincre Pierre Auguste d’acheter là bas en 1894 leur première maison. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique | 6 commentaires

Poésie en cavale

Les abonnés aux Soirées de Paris connaissent bien la signature de Philippe Bonnet. Celui qui en 2010 a redonné vie à la revue culturelle d’Apollinaire y traite les thèmes les plus divers, abordant souvent des friches inexplorées ou des sujets délaissés. Mais le lecteur commettrait une erreur de jugement s’il pensait qu’avec les «Textes de variété moderne » qu’il vient de publier, Philippe Bonnet possède une double vie : journaliste le jour, poète la nuit. En réalité, qu’il s’agisse d’articles au quotidien (on sait qu’il a une longue pratique du métier de journaliste), de textes de réflexion ou encore de pure création comme ici, il n’a pas son pareil pour débusquer la poésie cachée dans les interstices de la quotidienneté. Continuer la lecture

Publié dans Livres, Poésie | 4 commentaires

Et Dieu dans tout ça

Je me souviens des deux curés qui traversaient la cour du collège  entourés d’une nuée de gamins rigolards.  Nous n’étions pas encore en 68, il aurait été impensable  d’imaginer qu’ils ne puissent être habillés autrement qu’en soutane.  Les jeudis on allait au catéchisme. Après 1968, les deux curés s’en sont allés, l’un pour se marier et l’autre  est devenu prêtre ouvrier. Et moi j’ai cessé de fumer faute de presbytère pour griller tranquille une Kool menthol.   Je me souviens d’une église non loin de Thouars dans les Deux Sèvres. Les colonnes  de la nef étaient inclinées  comme arc-boutée pour faire front à la tempête qui un jour viendra. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 2 commentaires

Atomic Perret

C’est l’un des aspects les moins connus de l’œuvre d’Auguste Perret. De Amiens en passant par Paris et le Havre ses architectures en béton se reconnaissent de loin. Sauf à Saclay dans l’Essonne car les activités de recherche nucléaire y sont depuis toujours protégées des curieux. Quand Frédéric Joliot-Curie et Raoul Dautry le sollicitent après guerre, Auguste Perret (1874-1954) est un septuagénaire  accompli. Une photo le montre en 1948 élégamment habillé, le chef surmonté d’un canotier. Et il n’est pas mûr pour la retraite. Et c’est à lui que l’on va confier l’aménagement du plateau de Saclay qui abrite toujours le saint des saints de la recherche nucléaire française. Malgré des destructions ou réaménagements hasardeux, notamment dans les années soixante-dix, l’ensemble reste incroyablement réussi. Début juillet, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) organisait une visite de presse, afin de faire connaître l’étendue des activités du lieu au-delà de ses aspects militaires. Suivez (un peu) le guide, notez que le dosimètre sera superflu. Continuer la lecture

Publié dans Architecture, récit | Un commentaire

Grands frissons yankees

Don Winslow est célèbre notamment pour ses deux ouvrages consacrés au trafic de drogue mexicain. La scène qui ouvre son best-seller « La griffe du chien » (2005 aux Etats-Unis, 2007 en France) est située à El Sauzal, Etat de Baja California, Mexique, 1997, et commence ainsi :
« Le bébé est mort dans les bras de la mère ».
Le corps de la mère couvrant celui du bébé dans une terrible torsion, un vain effort pour lui éviter la mort.
Suit la description du massacre de dix-neuf personnes – hommes, femmes, enfants – parmi les plus glaçantes de la littérature
Art Keller, quarante-sept ans, membre de la DEA (Drug Enforcement Administration, l’agence américaine de lutte contre la drogue créée en 1973 par Nixon) contemple ce massacre dont il est responsable : il a fait croire que le chef de famille était un informateur.
Puis il nous raconte sur plus de huit-cents pages la lutte perdue par les États-Unis contre les cartels de drogue mexicains et colombiens entre 1975 et 1997. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 2 commentaires

Morphologies imaginaires

Mine de rien, ça lui plaît de tromper son petit monde avec ses animaux venus du fond des âges à moins que, au contraire, ils aient déjà muté et appartiennent à notre futur. Ça lui plaît aussi de présenter des bronzes qui ont un aspect de bois flotté à moins que ce ne soit l’inverse. Le visiteur s’y perd et lui s’amuse.
Quentin Garel travaille sur le monde animal depuis vingt ans déjà. Vingt ans qu’il a ouvert son regard sur la beauté animale et sur sa diversité. Et pourtant il n’est ni sculpteur animalier ni militant de la cause animale. Il est dans un autre registre, il témoigne, il interroge, il met en scène pour mieux interpeller… et observe les réactions du public de son œil malicieux. Cela se passe à Saint-Pierre-de-Varengeville en Seine-Maritime. Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Histoire | 2 commentaires

L’art contemporain s’invite à Fontevraud

L’Abbaye Royale de Fontevraud, située aux confins des trois provinces du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine – l’actuel Maine-et-Loire -, proche de la ville de Saumur et d’un autre lieu historique tout aussi majestueux et emblématique, le Château de Montsoreau, est l’une des plus grandes cités monastiques d’Europe héritées du Moyen Âge. Doté d’une histoire particulièrement riche et singulière, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, ce site de treize hectares installé dans une vallée des plus verdoyantes est décidément de toute beauté. Depuis peu, l’art contemporain y est le bienvenu. Continuer la lecture

Publié dans Exposition | 3 commentaires

La mort est une chose transitoire…

… ainsi qu’aimait le rappeler le poète américain Alan Seeger, notamment cité en liminaire par le critique anglais William Archer, dans un recueil de poésie publié et traduit chez Payot en 1918. Il se trouve que le nom de ce poète mort lors de la première guerre mondiale le 4 juillet 1916, a réapparu sous les feux de l’actualité puisque la maison Taittinger a fait savoir au début du mois, qu’elle avait acquis l’édition originale du poème « Champagne ». Car le texte, c’est là le lien avec la marque champenoise, invite précisément à déguster le seul vin à même et en toutes circonstances de dissiper les états d’âme. Ce que la première dépêche AFP sur le sujet avait néanmoins omis de préciser, c’est qu’Alan Seeger avait été un ami de Guillaume Apollinaire et également un collaborateur des Soirées de Paris avec, dans le dernier numéro d’avant-guerre, un article parfaitement décalé sur les joies du base-ball. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Apollinaire | 5 commentaires

Elle était belle et ne se taisait pas

L’actrice Delphine Seyrig, disparue en 1990 à l’âge de 58 ans, a laissé dans les mémoires le souvenir d’une voix unique, éthérée, aux inflexions troublantes. Cette voix allait de pair avec une incontestable présence. Antoine Doinel, dans une scène savoureuse de « Baisers volés » de Truffaut, la décrit comme une « apparition ».
Le succès du film « L’année dernière à Marienbad » d’Alain Resnais (1961) lui doit beaucoup. Ce film la propulsa au rang de star. L’actrice tourna avec les plus grands, en particulier Joseph Losey (« Accident », 1967), Jacques Demy (« Peau d’âne », 1970), Buñuel ( « Le Charme discret de la bourgeoisie », 1972) ou Marguerite Duras (« India Song », 1975). Cette notoriété hors du commun serait suffisante pour qu’une institution publique lui consacre une exposition. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma, Exposition | Un commentaire