Vent d’Espagne sur Paris

Bien qu’ayant quitté son Argentine natale en 1997 pour aborder aux rives européennes, le bouillant maestro Leonardo Garcia Alarcon n’a rien perdu de son tempérament sud américain, si bien que ses spectacles sont toujours un moment d’exubérance dont on ressort le sourire aux lèvres et la joie au cœur.
On a pu le vérifier « una vez mas » le 6 novembre dernier à l’auditorium de Radio France, lors d’une soirée orchestrée par sa Cappella Mediterranea, formation sur instruments anciens qu’il a fondée en 2005, donnant maintenant quelque quarante-cinq concerts par an et ayant déjà une vingtaine de titres à son actif. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Irvin Yalom adore et assume le mélange des genres

Irvin Yalom est psychiatre. Et romancier. Et grand amateur de philosophie. Et grand vendeur de livres. Et star médiatique – du moins aux États-Unis et dans certains autres pays du monde où il est adulé. Il a publié ses mémoires en 2017. Leur traduction en français est parvenue dans les librairies en août 2018. Pas exactement une lecture de plage pour autant.
En France, la notoriété d’Irvin Yalom a été relativement tardive. Il avait certes pénétré le monde universitaire et médical grâce à ses travaux académiques, théoriques d’abord puis beaucoup plus pratiques, liés à sa riche expérience en matière de psychothérapie de groupe. Mais il a fallu ses romans, très ancrés dans ses univers de prédilection, pour qu’il touche un public français – et européen – plus large. « Et Nietzsche a pleuré », « La méthode Schopenhauer, apprendre à mourir » lui ont ouvert progressivement les bibliothèques des non-experts. « Le problème Spinoza » a même emporté le Prix des lecteurs du Livre de poche en 2014. On a pourtant connu des romans dotés de titres plus aguicheurs… Continuer la lecture

Publié dans Livres | 3 commentaires

Gliome versus Guillaume, au-revoir Thierry Lalo

Il était venu à l’automne à l’occasion d’une séance de signature pour mon livre « Apollinaire, portrait d’un poète entre deux rives. » Il s’appelait Thierry Lalo. Je ne le connaissais pas. Je me souviens de son crâne qui avait l’air comme calciné par endroits. Avec son phrasé lent, il était venu me raconter qu’il avait eu l’occasion de mettre en musique un texte de  Guillaume Apollinaire « Les Cloches » et aussi quelques autres. Ses amis m’ont dit plus tard qu’il était atteint d’un cancer incontrôlable au cerveau. Il s’est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi à l’hôpital de la Croix Saint-Simon. Continuer la lecture

Publié dans Musique | 4 commentaires

Un secret bien gardé

En 2011, Annie Ernaux poursuit son œuvre autobiographique avec la publication de “L’autre fille”, un court texte écrit sous forme de lettre adressée à sa sœur aînée, morte deux ans et demi avant sa naissance et dont, à l’âge de dix ans, elle apprend subrepticement l’existence par le plus grand des hasards. L’existence de cette petite fille enlevée à six ans par la diphtérie lui a été soigneusement cachée, a été enterrée à jamais à la face du monde, tel un lourd secret bien gardé. Sur la petite scène des Déchargeurs, la comédienne Marianne Basler s’empare avec le talent qu’on lui connaît de ce texte poignant et nous emmène avec elle sur les traces de cette vie vécue à l’ombre d’un fantôme. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | 3 commentaires

The Big Mango, une galerie d’art à l’échelle d’une capitale

Bangkok est une mégalopole qui dissimule habilement ses charmes. C’est une ville bruyante, malodorante, où les déplacements – tous modes de transport confondus – tournent souvent au calvaire… et pourtant. C’est une ville qui sait surprendre. Avec des événements qui peuvent laisser pantois les visiteurs, comme l’inauguration récente d’un énième centre commercial de grand luxe célébrée avec un spectacle à 1 milliards de bahts, soit la bagatelle d’environ 26 millions d’euros (oui, 26). Mais aussi avec des initiatives bluffantes comme cette toute première Biennale d’art contemporain (the BAB) qui s’est ouverte le 19 octobre pour durer presque 4 mois. Continuer la lecture

Publié dans Essai | 3 commentaires

Politiques du visible : Dorothea Lange, une photographe engagée

Sa photo Migrant Mother, réalisée en 1936, a fait le tour de la terre. Le portrait de la « piéta prolétaire » de 32 ans au regard assombri par le manque de perspectives est devenu emblématique des migrations des paysans jetés sur les routes américaines par la crise de 1929. Migrants, chômeurs, SDF, racisme, camps de détention… les photos de Dorothea Lange, exposées au musée du Jeu de Paume, résonnent fortement avec notre actualité. Les cinq séries présentées, dont des inédits, nous permettent de mieux connaitre l’œuvre de cette icône de la photographie documentaire en suivant un parcours chronologique : période de la Dépression (1933-1934), travail pour la Farm Security Administration (1935-1939), camps d’internement des Américains d’origine japonaise (1942), chantiers navals de Richmond (1942-1944) et reportage sur un avocat commis d’office (1955-1957). Continuer la lecture

Publié dans Exposition, Photo | 3 commentaires

Marguerite Yourcenar, portrait d’une femme libre

La plupart des livres offerts le 25 décembre ou le 1er janvier commencent souvent leur piètre existence sur la table de salon avant de rejoindre le rayon du bas de la bibliothèque et terminer lamentablement dans un grenier ou, au mieux, sur les étals des bouquinistes. Ce ne sera sans doute pas le cas de cet ouvrage sur Marguerite Yourcenar publié chez Flammarion, qui séduit d’abord par la richesse et la qualité de son iconographie, mais permet surtout de belles découvertes et de bons moments de lecture. L’auteur en est Achmy Halley qui a consacré sa vie à l’étude de la vie et l’œuvre de Marguerite de Crayencour, dite Marguerite Yourcenar, et a même dirigé pendant près de dix ans la Villa Mont-Noir, dans les Flandres françaises, où Marguerite enfant passa toutes ses vacances et qui est devenue une résidence d’écrivains. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 3 commentaires

Louis Aragon et Elsa Triolet à égalité

C’est le 6 novembre 1928 qu’une bonne étoile fit se rencontrer Louis Aragon et Elsa Triolet, dans le Montparnasse bohème des surréalistes, à la célèbre brasserie parisienne La Coupole, pour ne se voir séparer qu’une quarantaine d’années plus tard, le 16 juin 1970, à la mort d’Elsa. Deux personnalités hors du commun pour une vie, elle aussi, hors du commun. Avec “Il y aura la jeunesse d’aimer” actuellement à l’affiche du Lucernaire, Didier Bezace et Ariane Ascaride nous font entendre les voix des deux artistes, de ce couple emblématique de la littérature du XXème siècle, à égalité pour l’éternité. Continuer la lecture

Publié dans Théâtre | 3 commentaires

Apollinaire, poste restante

Il se trouve que peu de temps avant sa mort -il y a pile cent ans aujourd’hui-, Guillaume Apollinaire avait écrit un article sur la grippe espagnole qui devait le faucher dans sa 38e année. Dans un numéro du Mercure de France il avait en effet troussé un articulet sur l’épidémie qui complétait l’hécatombe des tranchées. Il y recommandait à ses lecteurs potentiellement atteints par le virus de « renifler du jus d’oignons ». Il citait à ce sujet une certaine Mrs Hetty Green, une riche américaine qu’il présentait comme une « déterminée mangeuse d’oignons ». Elle ne sortait jamais, racontait-il, sans en avoir dans les poches. Et dans le même ordre d’idées il précisait qu’il fallait bien les bouillir pour ne pas gâter un baiser impromptu. Continuer la lecture

Publié dans Apollinaire | Un commentaire

« Le Brûlot », journal d’un vieux ronchon

Disparu il y a vingt ans, Gustave-Arthur Dassonville fait partie de ces personnages que l’on regrette de ne pas avoir connus de leur vivant. Seuls quelques historiens contemporains ou quelques sympathisants des mouvements libertaires connaissent le nom de ce personnage singulier (croqué ci-contre par le dessinateur Barberousse) né près de Valenciennes en 1913, qui fut pendant plus d’un demi-siècle le seul auteur, le seul imprimeur et le seul distributeur d’un petit journal au titre explicite « Le Brûlot » . Il a 22 ans lorsque sort le premier numéro, vendu sur abonnement. Jean Galtier-Boissiere, le fondateur de Crapouillot, figure parmi les premiers abonnés. Continuer la lecture

Publié dans Presse | 2 commentaires