Le tourment du guerrier

Par quel concours de circonstances ce personnage, qui a tout du poète et du rêveur, se lance-t-il dans la plus cruelle et la plus violente des guerres ? Pourquoi, à peine sorti de l’adolescence, devance-t-il l’appel pour rejoindre le Front, en 1916, découvrant ainsi l’angoisse, l’ivresse du danger et l’incertitude des lendemains ? Pour guérir d’un amour avorté et le remplacer par de nouvelles sensations, plus violentes encore ?
« Colombe sous la lune », le premier roman de Laurence Campa nous plonge rapidement dans une atmosphère crépusculaire et tendue dont il sera difficile de se détacher. Continuer la lecture

Publié dans Livres | Laisser un commentaire

Le ciel avait ses deux témoins

Les Soirées de Paris entament leur pause estivale à compter d’aujourd’hui. Si les parutions quotidiennes sont suspendues jusqu’au 23 août, la maison reste ouverte. Près de 1750 articles ont été publiés depuis le mois de septembre 2010, époque à partir de laquelle la revue fondée en 1912 par Guillaume Apollinaire et ses amis, a été relancée. Les outils d’analyse de diffusion du site permettent de constater que chaque année, malgré l’interruption estivale, une centaine de lecteurs continue au quotidien à explorer la bibliothèque des chroniques déjà parues. Il me reste à remercier les lecteurs de leur fidélité et à adresser ma profonde gratitude à tous ceux qui depuis le début ont contribué à rendre cette publication vivante et… Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Presse | 3 commentaires

« Le Caire confidentiel », polar aux fumigènes

D’abord parce que le policier enchaîne les cigarettes et dirait-on, pas seulement des cigarettes. Ensuite parce que l’histoire se situe juste avant que la ville ne s’enflamme avec la révolte populaire de 2011. Et aussi parce que « Le Caire confidentiel » est un vrai policier comme on les aime avec des rideaux de fumée qui ne dissipent jamais vraiment. C’est la bonne surprise du mois de juillet, dûment primée, un peu comme l’avait été il y a trois ans l’excellent thriller espagnol « La Isla minima ». Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Un commentaire

Un bal masqué mémorable

On sait que Verdi avait décidé d’adapter le livret écrit par le français Scribe pour l’opéra d’Auber, « Gustave III ou Le Bal masqué » (donné en 1833), pour composer son propre opéra « Gustavo », lui aussi inspiré de l’assassinat du souverain libéral de Suède Gustave III tué d’une balle dans le dos lors d’un bal masqué à Stockholm en 1792, un fait historique. On sait aussi que les autorités napolitaines s’opposèrent en 1858 à ce que l’assassinat d’un roi fut représenté sur la scène du San Carlo. Il est vrai que Napoléon III venait d’être la cible du révolutionnaire italien Felice Orsini. La censure romaine finit par accepter l’idée que l’action se déroule dans la lointaine Amérique à Boston (dont on ne savait rien), le héros étant un imaginaire gouverneur britannique, Riccardo, comte de Warwick. De nos jours, on s’en tient au comte Riccardo, très inspiré de Gustavo III, roi de Suède. Continuer la lecture

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Art Nouveau, Métamorphose et communisme façon Ali Baba

Lorsque l’on évoque la ville de Prague, surgissent aussitôt dans les esprits des images liées à l’Art Nouveau, à Franz Kafka ou encore à l’histoire récente de ce pays marqué par quarante années de totalitarisme. Le Printemps de Prague et la Révolution de velours sont encore bien présents dans les mémoires et lorsque l’on franchit le seuil de la charmante librairie Shakespeare – calquée sur la célèbre libraire parisienne Shakespeare and Company – le premier livre qui attire le regard, de par son emplacement de choix, est une imposante biographie consacrée à Vaclav Havel (1936-2011), le “président-philosophe” bien-aimé. Si l’on dispose d’un tant soit peu de temps, les visites des musées Mucha, Kafka et celui du communisme s’imposent alors d’elles-mêmes. Continuer la lecture

Publié dans Musée | Un commentaire

Madame Bovary à la sauce piquante de Feng Xiaogang

Li Xuelian est prête à coucher, prête à tuer et même les deux, si quelqu’un veut bien se charger de l’opération. Elle a été flouée une fois par son mari, une seconde fois par un tribunal, et n’entend pas se laisser marcher sur les pieds. Dans « I am not Madame Bovary », la petite paysanne va faire preuve d’une telle opiniâtreté qu’elle va faire trembler le pouvoir jusqu’à Pékin. Quoiqu’un peu long, le film de Feng Xiaogang en salles depuis le 5 juillet, fait montre d’une originalité inédite. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Un commentaire

Le Centre international des arts José de Guimarães à juste une heure de Porto

A 60 kilomètres de Porto, la ville historique de Guimarães (150 000 habitants) est inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité. Berceau du Portugal, elle a vu naître son premier roi, Dom Afonso Henriques. Un château médiéval et un palais ducal du XVe siècle dominent la cité historique, où de belles maisons typiques à balcon de bois et toit mansardé entourent des places animées. Architecture préservée, églises et couvents classées, musées, les rues piétonnes du centre regorgent de trésors historiques. Mais pour les aficionados de l’art contemporain, Guimarães réserve une surprise de taille qu’on ne s’attendait pas à trouver là. Continuer la lecture

Publié dans Musée | Laisser un commentaire

Le Panthéon en surcapacité de stockage

Rien de plus facile que d’entrer au Panthéon. Sans recommandation particulière du chef de l’État, il suffit de s’acquitter de la somme de neuf euros pour aller admirer ces gens qui ont réussi au point d’avoir une concession de première classe à l’abri du bruit et des intempéries. Qui plus est dans une crypte dotée d’une rare hygrométrie de cave champenoise. On se sent bien modeste à déambuler dans ce dédale intemporel. Mais la liberté de pouvoir y entrer et surtout d’en sortir à sa guise, console substantiellement d’appartenir à ceux qui ne sont rien. Continuer la lecture

Publié dans Anecdotique, Apollinaire, Histoire | 3 commentaires

« Imprimé en France et s’il pleut en Italie »

C’est ce qui est mentionné en tout début d’une nouvelle collection 10/18 dont la matière pourrait ressortir au néo-dadaïsme. Autant dire que tout est permis, que la bride est lâchée, malgré un contenu maîtrisé. Il y a dans l’ordre que l’on veut: « Le monde merveilleux du bobo », « Le monde merveilleux de la femme au foyer » et « Le monde merveilleux du premier rendez-vous ». Les trois volumes sont traduits de l’anglais, ce qui donne par exemple chez l’éditeur Penguin Books, « How it works: the hipster »  (Comment fonctionne un hipster) pour l’univers bobo. Réservé aux vieux enfants qui ne comprennent pas le monde moderne, cette suite est des plus drôles. Continuer la lecture

Publié dans Livres | 2 commentaires

La folle gaieté d’Anna

Certains bipolaires le savent. Lorsque la gaieté monte, qu’elle se transforme en euphorie impossible à réfréner, en logorrhée incontrôlée, c’est que la crise n’est pas loin. C’est le cas d’Anna bien que ce ne soit pas explicitement précisé dans le film éponyme qui sera en salles dès le 5 juillet. Pour son premier long métrage, Jacques Toulemonde s’est attaqué à un sujet difficile qui a concerné au moins un de ses proches. Il en a fait une histoire fébrile, intense, qui nous laisse intranquilles de bout en bout. Continuer la lecture

Publié dans Cinéma | Laisser un commentaire